Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 décembre 2006

Les fous du stade

Ca bastonne plus aux abords des terrains de foot que sur les rings de boxe. L'actualité récente a beau se braquer sur les dérives de supporters ultras, on ne compte plus les multiples incidents commis ça et là dans des compétitions bien moins prestigieuse que le championnat de France de L1 ou la coupe de l'UEFA. A titre d'exemple, citons le cas des footballeurs du FC Drouais, en déplacement le week-end dernier pour le sixième tour de la coupe du Centre. Le match se déroule en milieu d'après-midi dans un climat hostile pour les visiteurs reçus copieusement à coups d'insultes racistes par des hôtes à l'hospitalité fort douteuse. Jusque là, on assiste tristement à un énième comportement primitif de bons gros beaufs. Et puis, la situation s'envenime, un dirigeant drouais se fait corriger en loucedé sur le bord du terrain, Dreux prend un puis deux buts avant que n'éclate une échauffourée dans les couloirs du vestiaire, à l'issue de la rencontre. Bon on ferme les bans, c'est nul. Hé ben non, certains ont la connerie tenace et veulent absolument en découdre sans ballon. La victoire sur le terrain ne suffit plus, il faut l'obtenir aux poings.

Pendant qu'une partie du staff et des joueurs drouais décarrent rapidement des lieux, un groupe d'individus prend en chasse leur fourgonette, bien décidés à conclure les débats par un KO. Cagoulés à bord de deux voitures, les poursuivants serrent leurs victimes pied au plancher, usant même d'une barre pour endommager leur véhicule. Entre temps, les drouais ont pu alerter les autorités locales et parviennent après dix minutes d'angoisse à se rendre à la première gendarmerie pour témoigner des incidents. On est  ni à Nancy ni à Paris, juste dans la paisible bourgade de Vineuil, en Loir et Cher.

 

08 novembre 2006

La sobriété de ses supporters inquiète le FC Drouais

Le constat est amer et dur à avaler : les poivrots désertent les stades de foot. En tous cas à Dreux. L'annonce est passée aussi discrètement qu'un verre d'eau dans une bacchanale lors de l'assemblée générale du FC Drouais. Pendant que Joel Viseux égrénait en toute transparence le bilan financier de la saison écoulée, notant au passage le relatif équilibre de la trésorerie (490 000 euros de dépenses - 430 000 euros de recettes), la manne providentielle consécutive aux transferts de Patrick Vieira D'Arsenal à l'Inter de Milan, via la Juventus, le soutien des partenaires locaux... Bref noyés au beau milieu de ces litanies de circonstance, peu de gens ont relevé que la buvette du club subissait une baisse de 40% de ses recettes. Certes la canicule ne s'est pas encore déplacée en plein hiver mais il y a de quoi interpeller les prévisionnistes et autres conjoncturistes du microcosme footeux. Que se passe-t-il à Dreux? Le jambon beurre est-il rance? La merguez pas assez cuite? Le vin bouchonné? La bière trop tiède? Le club argue qu'il s'agit d'un déficit de bénévoles. Mais l'affaire mérite une enquête approfondie...