Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 novembre 2008

Indian tonic

C'est un concept sans chichis ni fioritures. On place en vitrine les produits phares, on vend de tout, enfin, ce qu'on a pu trouver chez les grossistes, on propose des films et une service de téléphonie vers l'international. Pour désigner l'établissement, certains parlent prosaïquement de bazar. D'autres, plus polissé de supérettes.

2008_1007matinDreux0048-1.JPG

Rue Saint-Denis, un îlot d'exotisme s'est ouvert depuis quelques mois. Du manioc, des préparations pour Curry... de tout pour réussir votre Mafé ou votre Vindaloo.

09 janvier 2007

L'épineux ramdam des acacias

Bonne nouvelle : les Gao et les Seguini sont réconciliés. Vous êtes bien contents pour eux et vous avez raison. Le contentieux qui les opposait depuis quelques semaines a été réglé à grand renfort de bonne intelligence, de concessions et de compréhension. Il en faut guère plus pour un conflit de voisinage.

Les faits. Le 22 décembre, les époux Gao, propriétaires d'une supérette boulevard Henri IV, crèvent l'abcès. Depuis des mois ils encaissent  les agissements irrespectueux des turfistes du bar-PMU mitoyen - Les acacias - qui squattent le petit parking de leur commerce, obligeant leurs clients à faire demi-tour, faute de places disponibles. La police municipale est alertée et elle verbalise les véhicules non autorisés à stationner. Les parieurs du débit de boissons - tenu par les époux Seguini - s'insurgent, à peine conscients qu'ils viennent d'échapper à un fatidique alcotest et boycotte instamment le pastis de la supérette.

Mécontents du traitement infligé à leur clientèle, les Seguini se plaignent alors des livraisons nocturnes et tapageuses du magasin, à l'heure où les insomniaques regardent "Très chasse" sur TF1. Monsieur Seguini n'aime pas être dérangé dans son sommeil et il le fait savoir. Le ton monte, les rapports s'enveniment jusqu'à ce qu'un modus vivendi soit établi.

Pour une saine cohabitation entre voisins et l'équilibre social du quartier, les gérants des Acacias s'engagent à discipliner leur clientèle en l'incitant à se garer ailleurs ou à venir en vélo. Les Gao installeront une chaîne aux entrées et sorties du parking durant les heures de fermeture. Ils repousseront également leurs livraisons de quelques heures. Au moment de "Télé-matin".

La paix semble depuis, revenue sur le plateau nord.