Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 janvier 2009

En tenue de sport

Certains athlètes goguenards ne manquent jamais de faire remarquer leur ignorance en géographie avant un déplacement sur nos terres. "C'est ou Dreux?". La question n'est hélas pas du ressort des seuls adeptes de l'effort physique. Mais bon, dans le langage courant de cette corporation, on évoque rarement la sous-préfecture de l'Eure-et-Loir pour en connaître l'itinéraire depuis l'INSEP ou n'importe quelle autre cité de l'hexagone. Je ris car les choses risquent de changer...

2008_0615vélo0055.JPGA défaut de nous situer sur la carte de France, les mordus du ballon ou de la course à pied ont peut-être eu vent des "classiques" du sport spectacle à la drouaise : le Challenge Marrane, les rencontres amicales de football international, sans oublier la grande marotte de Gérard Hamel : le gala de catch. Des évènements populaires certes, mais assez marginaux tout de même. Alors pour 2009, la municipalité a décidé de changer de braquet en misant sur le cyclisme. Le Tour de l'avenir partira de Dreux contre une enveloppe de 34 000 euros à ses gentils organisateurs. Un échauffement selon Pascal Rossion, adjoint en charge des sports, qui se positionne pour accueillir une hypothétique étape du Tour de France. Ca tombe bien, la même société (ASO) organise les deux épreuves...

Du côté de la municipalité, on s'attache de plus en plus à conjuguer sport et attractivité. Rassembler les drouais autour d'un évènement ponctuel mais aussi poser les bases de nouvelles spécificités dont la ville pourrait tirer bénéfice. Un peu comme ce fabuleux projet de Centre national pour le sport de haut niveau. On prévoit d'accueillir en lieu et place de l'ancien Sanatorium des Bas-Buissons, des installations sportives ad hoc mais également les sièges de certaines fédérations. S'il voit le jour, ce complexe devrait contribuer à modifier profondément l'image de marque de la ville et imposer, après l'industrie pharmaceutique, un nouveau pôle de compétence.

Dreux 1532.jpgReste la question de la politique sportive à mener à l'échelle municipale et qui consisterait à développer l'activité et le niveau de performance des clubs et des athlètes. A la Mairie, on estime que cette tâche revient aux associations. A elles d'impulser le rythme, l'effort publique suivra en cas de résultats. Mais peut-on seulement prétendre à l'élite dans une ville limitée par ses ressources humaines et ses infrastructures? Dreux a rarement eu les honneurs d'une grande performance, d'un exploit retentissant à l'échelle nationale même si l'absence de gloire emblématique n'empêche pas les talents d'éclore. L'histoire montre que la réussite sportive passe - outre les heures d'entraînement - par un investissement financier et humain, une bonne politique de détection, un réseau social dense et une présence au sein des organes décisionnels du sport. J'oublie sans doute quelques ingrédients mais à partir de cette recette, on peut parvenir un plat relativement consistant.

La gestion d'une structure sportive a aussi un coût. Alors le conseil municipal s'est montré plutôt généreux vis à vis des associations lors de la distribution des subventions annuelles en décembre dernier. Au cours du vote du budget, Gérard Hamel a d'ailleurs rappelé qu'il comptait favoriser les clubs de niveau national. Mais les sportifs évoluant à ce rang et leur encadrement, savent également qu'une manne publique est souvent insuffisante pour être ambitieux. La sueur ne suffit plus, il faut aussi des moyens financiers que seuls de généreux partenaires peuvent offrir. C'est, à l'heure actuelle, ce qui manque le plus à Dreux pour évoluer au sein de l'élite.

08 août 2008

Quizz drouais - Sport

Quel fut le meilleur résultat de Dreux en coupe de France de football :

A. 32e de finale en 1963, contre St Brieuc

B. 2e tour contre l'US Trincamp, en 1980

C. Finaliste contre l'OM en 1921

D. 164e de finaliste face Béville-le-Comte, en 1951

 

Piscine de Dreux : Qui a effectué le premier plongeon?

A. Un canard

B. Un adjoint municipal

C. Kiki Caron

D. Marcel Taupin

 

Parmi ces footballeurs, lequel n'a jamais foulé le  stade du vieux pré?

A. Jean-Michel Larqué

B. Raymond Kopa

C. Zinedine Zidane

D. Maxime Bossis

 

Dans quelle discipline Dreux a-t-il été deux fois champion de France en 2001 et 2006?

A. Korfball

B. Cricket

C. Curling

D. Fléchettes

 

16 juin 2008

Vélo social

Depuis deux jours, tout le monde en parlait dans le quartier. "Hey Jack, n'oublie pas la course dimanche!". La course? Mais oui, suis-je bêta, la dernière étape du tour d'Eure-et-Loir cycliste qui après un petit tour en ville arrivait en haut du boulevard Louis Terrier. Mon cher voisin, Marcel Taupin, me rappelait même l'avant veille qu'il fallait remonter à près de quarante ans avec les Paris-Ezy et Paris-Camemebert, pour voir une compétition de vélo dans le coin. C'était dire l'importance de l'évènement.

Chose curieuse, malgré leur enthousiasme, aucun de mes voisins ne voue une adoration particulière à la petite reine. Mais le cyclisme, sport populaire par essence, a ce pouvoir d'attirer les foules même pour une simple épreuve locale. Tout en m'affairant à buter mes pieds de pommes de terre, je guettais de loin les premiers signes de la caravane. 15h35, quelques pétarades de moto. Je lâche aussitôt ma binette pour accourir vers le portail ; les gendarmes. Pas de doute, quand la gendarmerie aboie, la caravane passe. A peine posté sur le trottoir, je reçois un bob Skoda, un dépliant de prévention contre l'alcool au volant et un exemplaire de l'Echo républicain daté du 14 juin. Chouette. Je vais peut-être avoir des stylos du Conseil Général ou des fraises tagada-tzointzoin. Mais non. Les sponsors non content de polluer l'espace sportif sont devenus radins.

Enfin, je retrouvais mes chers voisins, en place pour certains depuis une bonne demi-heure et je dois dire, même si nous nous fréquentons depuis quelques années, que je n'avais jamais eu l'occasion de voir un tel rassemblement. Plus fort que la fête des voisins. Marcel devisait sur les carences stratégiques de Raymond Domenech ; André Sanfrapé m'expliquait que son terrain trop marneux ne supportait pas la culture potagère ; Huguette Legranbois se désespérait de la fraîcheur ambiante... Après quasiment une heure de palabres décousues mais vivantes, un escadron de la gendarmerie ouvrait le passage à un groupe d'échappés roulant à vive allure. Le temps d'une photo, je me relève, voilà c'était fini. Non, pas tout à fait. Le peloton arrivait deux minutes plus tard à toute berzingue. 

2008_0615vélo0058.JPG

Diable, tout ce temps à patienter pour vivre une poignée de secondes le passage de coureurs pressés. Drôle de constat, où d'un côté l'attente génère du lien social et de l'autre, la vélocité rend inaccessible à tout contact. Ceux qui patientent et ceux qui agissent. La course cycliste, miroir à deux faces d'une société à deux vitesses.

13 février 2007

Capitale du Cricket

L'évènement n'a pas fait de bruit dans Landerneau. Tout de même, Dreux champion de France : le titre est aussi rare qu'un poil sur un oeuf. Les esprits chagrins railleront notre plaisir en maugréant cyniquement : "Oui champion de France des canisites" ou bien "Champion de France des travaux en cours".

Il s'agit pourtant bel et bien de sport, et même de cricket pour être plus précis. Ce sport venu d'outre-manche est certes aussi populaire sur le continent que la pelote basque au Royaume-Uni. Mais il existe une ligue dans l'hexagone, sponsorisée par une banque britannique, où s'oppose chaque saison une quinzaine de clubs. Les drouais s'étaient déjà distingués en 2001 en remportant le championnat pour la première fois de leur histoire. Ils ont réedité leur performance l'an passé en prenant le meilleur sur Northern Aubervilliers. Alors ne boudons pas notre plaisir. Vive le cricket! Vive Dreux!!