Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2012

Gare au changement

Ca fait un bail que la municipalité souhaite convertir les abords de la gare en un pôle économique tertiaire, d'une part pour redynamiser une zone laissée en friche depuis de nombreuses années mais également pour exploiter cette manne prodigieuse que constitue le trafic des usagers de la ligne Paris-Dreux.

Le projet est bien en cours et l'on voit déjà s'ériger le bâtiment du futur Pôle-emploi sur l'ancien parking jouxtant le défunt buffet de la Gare. Plusieurs résidences sont en construction sur le boulevard Pasteur. Entre modernisme et tradition, une nouvelle configuration physique des lieux apparaît, préfigurant ainsi de nouveaux enjeux économiques. Mais la petite révolution en cours, c'est que le hall de la SNCF va se transformer prochainement en mini galerie commerciale. Car Dreux fait partie des huit sites pilotes qui acceuilleront des boutiques  de restauration et de "dépannage du quotidien" - à savoir des biens de consommation de première utilité (dentifrice, huile, pain, savon, stylo, conserves...) - au sein de leur gare.

dreux,gare,coeur d'agglo,commerce,sncf

La SNCF vient d'attribuer l'exploitation de ces commerces à Relay et Servex. L'emplacement des futures enseignes restent à définir selon les superficies disponibles mais plusieurs noms circulent : Trib's (pour les sandwiches), Casino Shop, Monop'Stations.

Cette extention commerciale doit répondre aux besoins des nombreux voyageurs de la ligne Paris-Dreux, pour un grand nombre résidants drouais travaillant en Ile-de-France et dont les horaires coincident rarement avec ceux des ouvertures des commerces locaux. Voilà l'argument officiel. Il n'est pas dit que la SNCF en tant que bailleur fasse surtout son beurre sur ce type d'opération.

En attendant la vieille lune de la carte orange à Dreux, l'acte rationnel eût été d'installer ce type de commerces en gare de Houdan, épicentre du transport du contingent drouais vers Paris et sa banlieue. On est donc en droit de se dire que de futurs aménagements du titre de transport pour les abonnés de la ligne Paris-Dreux pourraient prochainement intervenir.

30 mars 2012

Un train pas comme les autres

Les nombreux usagers de la ligne Dreux-Paris n'ont certainement jamais eu le plaisir d'avoir cette perspective de leur trajet. Suivre le lacis des rails se profilant par dessus la neige, distinguer quelques bâtiments et paysages familiers. Le spectacle monotone de la ligne droite en plan fixe, relevé par les sons de la machinerie a des allures de transsibérien. Alors montez à bord, pour un voyage jusqu'à Houdan, sans frissons garantis mais avec un point de vue unique.

 

13 octobre 2008

Usagé de la SNCF

2008_0317Salondulivre0024.JPGDepuis quelques temps, je suis un de ces voyageurs permanent de la ligne SNCF Dreux-Paris. Une expédition quasi quotidienne pour satisfaire aux besoins alimentaires du foyer. Le travail, quand il n'est pas aidé ou mal payé à domicile, hé bien, il faut aller le chercher à Paris ou dans ses environs. Les mieux motorisés monteront dans leur voiture tandis que les autres, un peu moins aventureux prendront le train. Je fais partie de cette seconde catégorie.

On connaît tous le confort  spartiate des trains de banlieue, leur relative propreté et leur non moins relative ponctualité. Je ne m'étendrais pas sur le sujet, d'autres le font mieux que moi. En revanche pour la fréquence, rien à redire, on peut compter sur des trains toutes les vingt minutes aux heures de pointe.

En fait, le bât blesse au niveau des forfaits à partir de Dreux. Hors Ile-de-France, point de carte orange ou de passe Navigo. Nous sommes obligés de combiner un abonnement SNCF + un coupon mensuel pour voyager sur le réseau Francilien.

Sortons les calculettes. Les comptes d'apothicaire commencent. Un abonnement SNCF Dreux-Paris coûte près de 200 euros. La carte orange deux zones (il faut bien circuler dans Paris ensuite) nous revient à 55,10 euros. C'est déjà une bonne retenue sur salaire surtout quand on sait que les employeurs parisiens ne prennent pas systématiquement à leur charge une partie du titre de transport, a fortiori quand il s'agit d'un abonnement SNCF.

Dans ces conditions, le moyen le plus pratique, et peut-être le moins cher, est d'acheter un coupon 6 zones dans la gare la plus proche dépendant du réseau Francilien. Chez nous, elle se trouve à Houdan. Vingt kilomètres de Nationale, un accès direct mais des travaux qui encombrent l'itinéraire depuis 6 ans. Bon enfin, il y a bien plus contraignant. Arrivé en gare de Houdan, se garer coûte 27 euros par mois ou 67 euros par trimestre. Avec l'essence des 40 kilomètres aller-retour quotidien, les frais s'accumulent.

Le voyageur malin peut aussi envisager de prendre un abonnement SNCF entre Dreux et Houdan pour éviter la voiture. Mais il lui en coûtera 116 euros pour le mois. Autant rester automobiliste. Ou devenir fraudeur.

Bon après tout ça, il faut bien aller bosser. Se coltiner les conversations de ménagères et les bruits d'I-Pod surboostés. Subir les heures de pointe, le trafic incessant du metro et le rythme effréné de la capitale. Y'a finalement qu'une fois au bureau qu'on peut se détendre, à condition bien sûr que le train arrive à l'heure.

Certes, l'intrépide voyageur apprécie doublement le confort de la région drouaise, le week-end venu. Le calme et le charme de la vie de Province... Mais c'est une vie faite d'abnégation pour une quête de confort toute relative stimulée par l'attractivité immobilière et les infrastructures pas forcément satisfaisantes entre Dreux et Paris. De plus rien n'est adapté à la vie des usagers. Aucune administration, aucun commerce n'est accessible après 19 heures. Il faut pouvoir poser une RTT ou attendre le samedi pour un rendez-vous avec son banquier ou acheter une baguette.

Brocardée depuis longtemps de ville-dortoir, Dreux tient, sur ce point, plus que jamais son rang. Mais on entre là dans un autre débat. Pour l'heure je vous laisse, j'ai un train à prendre...