Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 juin 2012

Vers un second tour serré

Difficile de dire qui de Gisèle Boullais (PS) ou d'Olivier Marleix (UMP) sera notre prochain député. Le duel qui se dessine laisse planer un suspens relatif dont l'issue devrait dépendre de l'attitude des électeurs du FN et du taux de participation lors du second tour.

Le nombre élévé de candidature (au total 15) a eu un impact résiduel sur la dissémination des suffrages. Hormis les trois arrivés en tête, les douze autres candidats se partagent les miettes (13,8%). Le second tour reste donc très ouvert, les reports de voix effectifs - hors Front National - mettant quasiment sur un pied d'égalité Gisèle Boullais et Olivier Marleix .

Sur Dreux, Gisèle Boullais confirme avec 40,82% le retour amorcé du PS depuis les présidentielles. L'UMP en revanche est en chute libre comme l'attestent les 30,69% obtenus par Olivier Marleix.

Les résultats :

Olivier MARLEIX (UMP) 36,76%   
Gisèle BOULLAIS (SOC) 32,68%
Jérôme VAN DE PUTTE (FN) 16,73%   
Gisèle QUERITÉ (FG) 4,11%     
Jacques DAUTRÊME (EXD) 2,09%
Rondro TSIZAZA (CEN) 1,25%   
Dieudonné MBALA MBALA (AUT) 1,14%     
Christine CHASSAING (ECO) 1,09%
Fatima MENTION-KARBOUBI (PRV) 0,81%
Dominique MAILLOT (EXG)    0,78%     
Mourad SOUNI (AUT) 0,75%
Mireille DAMBRUN (DVD) 0,54%
Luc VIRY (EXG) 0,43%
Typhaine RAHAULT (EXG) 0,41%
Alain ARIPA (DVD) 0,41%    

Abstention : 45,83%

Les réactions : « Je suis heureux que les électeurs m’aient placé en tête de ce premier tour des élections alors que je suis nouveau sur la circonscription drouaise. Ils ont voulu rester fidèle au travail fait par Gérard Hamel (Ndlr : député UMP sortant). Ce soir, la gauche n’est pas majoritaire dans le pays. Maintenant, rien n’est encore gagné et nous devons reprendre la campagne pour mobiliser le maximum d’électeurs pour le second tour. » Olivier Marleix.

« Je suis un peu désolée par le taux de participation qui est très faible. On perd même de la participation par rapport à 2007. Par contre, c’est satisfaisant de voir que le Front national fait un score plus faible qu’à la présidentielle. Sur la ville de Dreux, il ne fait que 10%. La différence de voix avec le candidat de l’UMP n’est pas énorme. Il faut, par contre, qu’on arrive à mobiliser l’électorat des quartiers populaires. » Gisèle Boullais.

08 mai 2012

Présidentielles à Dreux

Si l'on se référait aux seuls résultats des élections présidentielles, Dreux serait une ville de gauche. Et pas qu'un peu. Les scores de François Hollande (39,42% au premier tour et 62,78% au second) témoignent d'une vague rose déjà observée il y a cinq ans avec Ségolène Royal. La candidate socialiste obtenait un résultat global sur Dreux de 54,55% au second tour. Sarkozy n'a jamais été populaire à Dreux, c'est peut-être pour cela qu'il n'est jamais venu en visite chez nous.

dreux,presidentielles,resultats,sarkozy,hollande,hamel©Jackolan1

Dans ces circonstances, les acteurs de la droite locale ont toujours tendance à relativiser. On évoque un facteur sociologique, avec une population mouvante qui s'est renouvellée au cours des dernières années avec l'arrivée de franciliens à la sensibilité politique plus ancrée à gauche. Un vote contestataire, en rien assimilable à la gestion locale de Gérard Hamel.

N'empêche, on sent poindre un changement dans le vote drouais qui pourrait se manifester dès juin prochain avec les législatives et a fortiori dans deux ans pour les municipales. Même ses fidèles partisans le disent : Gérard Hamel est en bout de course. L'usure du pouvoir et les guerres intestines menées au sein de sa majorité ont déséquilibré l'action du Député-Maire. Jusqu'à maintenant, il représentait la figure paternelle assurant une stablité pateline aux drouais. Mais l'insatisfaction demeure : l'emploi se dégrade toujours autant en dépit des efforts de rénovation urbaine.

Il y a tout de même un fait qui interpelle. Le bureau de vote des Oriels totalise depuis cinq ans des scores étourdissants pour la gauche. En 2007, Ségolène Royale y obtenait 91% des voix. Ce dimanche, François Hollande a fait mieux avec 93%. Il existe donc une force de frappe foudroyante dans ce quartier qui étrangement n'a jamais véritablement sanctionné Gérard Hamel dans sa conduite des affaires municipales. Il y a comme un hiatus, un comportement électoral volatile qui prouve en tous cas le peu d'engagement de la droite locale pendant la campagne de Nicolas Sarkozy.

16 mars 2008

Troisième sacre pour Gégé Ier

Il se voyait réelu avec 55% des voix. Il l'a été avec un peu plus de 53%.

Gérard Hamel rempile donc pour un nouveau mandat, celui qui verra l'éclosion d'un centre d'affaires autour de la gare, la rénovation du quartier des bâtes, la construction d'un parking souterrain sur le champ de foire et last but not least, une compétitivité stimulée, conséquence aléatoire de la stratégie d'attractivité menée depuis quelques années par la municipalité. 

Nous devrions donc prochainement vivre dans un superbe écrin de prospérité et de bien-être. Ou bien dans l'illusion des promesses. A suivre, donc.

 

 

 

09 mars 2008

Un long dimanche de fiançailles

« Triste journée pour aller voter » me confiait Marcel Taupin ce matin. Il faisait effectivement maussade, vous savez quand le pavé est humide, le ciel bas et les nuages gris.

J'allais baguenaudant vers le théâtre – hé oui on ne dit plus la « salle des fêtes » mais le « théâtre » - accomplir mon devoir de citoyen, en pensant à cette remarque de mon ami Marcel. Faisait-il principalement allusion à la météo ou voyait-il en ce jour solennel, un acte sans saveur, sans appétence? J'étais perplexe sur le coup, un peu plus éclairé en arrivant au bureau de vote.

J'y retrouvais ces visages familiers, ces visages creusés par les années, ces visages incrustés dans le paysage politique drouais depuis des décennies. Un étrange sentiment de réconfort mélé de lassitude. A l'écart, des employés municipaux, un rien exaspérés par je ne sais quelle contrainte matérielle, devisaient avec méfiance. Josette Philippe, guillerette, lançait quelques plaisanteries comme si l'issue du scrutin était pour elle une affaire entendue. « On se voit ce soir, hein ». Le champagne était, on peut l'imaginer, déjà au frais.

Avant ça, j'avais fait de l'origami avec un bulletin de vote taille patron difficile à insérer dans une enveloppe au format carte de visite. On nous fait sans cesse la leçon du développement durable, du tri sélectif, du respect de l'environnement, blah-blah et les organisateurs ne sont même pas fichus de trouver un moyen ergonomique et écolo pour nous faire voter.

Et qui est l'heureux élu alors? Oui, je devrais aller à l'essentiel. Donc, Gérard Hamel sort en tête du premier tour (45,60%). Fiancé avec les drouais mais pas encore marié. On note un fort taux d'abstention et une possible triangulaire (à moins d'un report de voix) pour le second tour puisque Miled Zrida dépasse les 10% et Valentino Gambuto obtient un peu plus de 27% des suffrages. Place désormais aux négociations. Moi, je me mets en congé quelques jours des municipales, car, ne l'oublions pas, il y a une vie ailleurs.

1059140581.2.jpg