Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 août 2012

Histoire des radios drouaises (3/3)

No radios’s land

A la fin des années 80, les fréquences occupées jadis par les radios drouaises sont vacantes, la réception des « parisiennes » est relativement audible selon que l’on habite en centre ville ou sur les plateaux. Localement, la bande FM se parcourt surtout au son des grésillements et des stridences du larsen.

Seule rescapée de l’aventure des premières radios libres drouaises, l'imperturbable RTV poursuit sa routine sans véritablement remettre en question son fonctionnement.


"Il n'y avait personne qui donnait une âme à la radio"


RVS récupère un émetteur sur Dreux en 1990. Mais, la radio normande passe sous la coupe de NRJ qui impose « Rires et chansons »  sur 96.8. En1998, le réseau est demantelé pour avoir émis sans autorisation préalable du CSA. Radio Nova récupère alors la fréquence et diffuse aux drouais un vent de modernisme.

Parallèlement, la Radio des Trois Vallées, fidèle à son image d’associative remplit toujours sa mission de lien social tout en conservant une programmation désuète. Courant 2005, Eric Steiner en prend les commandes. Il assainit les comptes mais ne parvient pas à la  moderniser. Pendant ce temps, l'offre radiophonique drouaise s’étoffe avec l’arrivée d’Europe 1, d’Evasion, de Skyrock et de Radio Orient. En 2009, Eric Madelon, alors animateur sur RTL2, devient président de RTV qui devient RTV 95.7. Très vite, le ton change, l’image également. L’animateur qui a découvert la radio avec RTV, restructure l’antenne, améliore le système de diffusion et associe les nouveaux outils numériques à la station.


"On va faire une radio adulte et joyeuse"


De nouveaux chantiers se mettent en place. Programmes, puissance, promotion sont au cœur des objectifs. 

"L'avenir serait d'embaucher plus de gens et se développer sur le plan technique"

 

Un grand merci à Francis Maini de m'avoir permis d'utiliser le cadre du Rothen pour les interviews d'Eric Madelon.

Jack

28 avril 2008

Mauvaises ondes

1813543251.jpgSans mauvais jeu de mots, ça barde sur RTV. La vénérable radio drouaise, qui a discrètement fêté ses 25 ans l'année dernière, passe un cap difficile depuis la nomination de son nouveau président. Perte de crédit, dissensions sur les programmes, manque de concertation entre la direction et le personnel... Résultat, les quatre salariés de l'équipe ont sonné le tocsin la semaine dernière en faisant grève. 

Il y a quelques mois déjà, la disparition des tablettes de l'animateur fétiche des émissions d'accordéon avait provoqué un psychodrame. Aujourd'hui, le malaise porte sur  le management d'Eric Steiner, propulsé à la tête de la Radio des Trois Vallées en automne dernier, comme un cheveu sur la soupe. Nomination surprenante pour cet ancien ingénieur en informatique reconverti dans l'information locale sur internet

L'image et le style, au coeur du problème? A vrai dire, RTV, depuis sa création en 1982, a conservé un aspect "artisanal", un ton assez éloigné des standards actuels, une technique parfois approximative. Mais c'est aussi ce qui fait son originlité et son charme.  Au début des années 80, parmi les quatre radios locales existantes, RTV se démarquait pourtant par son organisation structurée, ses plages de débats, l'éclectisme de ses émissions musicales.... C'était de la radio ambitieuse. Mais la station drouaise ne s'est pas donnée les moyens d'évoluer sur le plan artistique. On peut louer les efforts de l'équipe, reconnaître la qualité de son travail, RTV accuse malgré tout un sérieux déficit d'image. L'illustration en est même flagrante avec son site internet qui a les honneurs et les railleries d'un portail dédié aux sites les plus kitschs du web.

Alors, quid du dilemme entre Eric Steiner et son équipe? Une querelle entre deux conceptions de la radio associative? Un problème d'égo? La réponse peut-être à l'antenne, sur 95.7.