Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 août 2012

Twitter m'a tuer

mmikkiche.jpgC’est fou comme avec les nouveaux médias, on peut facilement passer de l’ombre à la lumière. Prenez Mehdy Mikkiche, un jeune homme qui cherche à faire parler de lui en exprimant le tréfonds de se ses penséees sur Twitter. On le connaît à peine. On sait tout juste qu'il vient de Saint-Lubin-des-joncherets, a étudié au Lycée Branly et se passionne pour la politique.

Au cours de ces dernières heures, son nom a fait le tour de la sphère médiatique du web et a même eu les honneurs de l'AFP. Son baptême du feu a débuté ce week-end quand le site d’extrême-droite Fdesouche rend compte de tweets franchement pas politiquement correct. Le militant UMP pro-Fillon met son grain de sel dans le débat sur les Roms, reconnaissables, selon lui, à leur teint « crasseux » et dont les femmes portent des « robes en velours avec des chaussettes montantes et des sabots. »

Physionnomiste, l’ex-étoile montante de l’UMP qui brille désormais au firmamement des hara-kiris du tweet, manie également l’humour noir à la truelle. "Et si on envoyait Anders Breivik à l'Université d'été du Parti Socialiste?" s'exclame-t-il toujours sur son compte Twitter. Hilarant? Non, consternant.

Notre jeune impétueux se présentait pourtant il y a peu comme le moralisateur de la nouvelle classe politique.

Démisionnaire de la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), syndicat lycéen ancré à gauche,  « suite à des discordes internes et des propos douteux sur mes origines » (sic), il claquait la porte de la présidence des Jeunes Sarkozystes d’Eure-et-Loir en 2011, déclarant « nos dirigeants nationaux donnent une mauvaise image ».

Mehdy Mikkiche a tout intérêt à réviser ses cours de communication politique avant la rentrée. Et de réfléchir un peu avant de twitter.

09 avril 2008

A boulet rouge

Quelques semaines après leur défaite aux muncipales, les socialistes drouais n'en finissent pas de règler leurs comptes. Au ban des accusés cette fois, Miled Zrida, candidat dissident et cible d'une attaque retentissante de la part de Gisèle Boullais, colistière de Valentino Gambuto.

"Miled Zrida a trahi et n'a pas respecté les règles du jeu de la démocratie. Il a tout fait pour faire perdre Valentino" avant de lâcher une rafale sur "ceux qui tirent les ficelles de la gauche drouaise : Françoise Gaspard, Maurice Ravanne et la franc-maçonnerie locale".

Boum. Déclaration tonitruante pour une toute jeune conseillère municipale qui pratique la communication à la dynamite. En visant les francs-maçons, elle aurait dû savoir qu'elle s'exposait à une levée de bouclier générale et la contre-attaque ne s'est pas faite attendre. Florilège de la vindicte, extrait de l'Echo et de la Rep:

Jean-Pierre Lesage (Candidat PS aux municipales de 2001) : "Il n'est pas étonnant de voir des maçons dans mon entourage puisque je le suis moi-même. Mais en 2001, j'ai bel et bien été désigné par les socialistes pour mener la liste. Et de toute façon, tout le monde sait que le Grand Orient est majoritairement à gauche [...] Les allusions selon lesquelles une société tirerait les ficelles sont fausses. La plupart sont connus et relèvent du domaine privé. Les vieux démons resurgissent lorsque l'on a pas d'arguments [...] Le PS s'appauvrit intellectuellement. Quelque part, ça ne me regarde plus, mais si j'y étais encore, je proposerais la création d'une autre section section socialiste. A Dreux, le PS n'est pas à gauche et hormis Birgitta Hessel, ils n'ont aucune culture politique". 

Miled Zrida (Dissident PS) : "Après ses propos, la logique voudrait qu'elle démissionne de son poste de conseillère municipale [...] Le premier des socialistes aurait dû se prononcer publiquement sur ces propos"

Patrick Jouteau (Maire PRG de Crécy-Couvé) : "Peut-être faudrait-il lui apprendre l'histoire de Dreux et de Maurice Viollette, qui était  aussi franc-maçon. ce sont des propos qui ne donnent pas envie de faire de la politique, mais plutôt envie de vomir"

Birgitta Hessel (PS, Conseillère régionale) : "La déclaration de Mme Boullais me donne la nausée [...] Contrairement à l'intitulé de sa liste "Dreux pour tous", elle ne souhaite pas que la ville soit réellement pour tous".

Voilà le travail. Aussi, je me permets de suggérer à Madame Boullais la lecture de cet ouvrage pour lui éviter tout désagrément ultérieur.

772533361.jpg

 

PS : Voir également les nombreuses réactions sur le site de l'Echo républicain

 

03 mars 2008

Miled et l'ombre de Françoise

1393157823.JPGAinsi donc Françoise Gaspard soutient Miled Zrida. (Sacrée déconvenue, soit dit-en passant, pour le candidat officiel du PS, Valentino Gambuto, qui, hormis quelques clichés en compagnie de François Hollande et Ségolène Royale affichés en vitrine de sa permanence, n'a pas la reconnaissance voire la légitimité qu'il aurait pu espérer). L'ancien maire socialiste de Dreux, qui rappelons le, fut élue entre 1977 et 1983, reste toutefois vague sur les raisons de son choix. Sa bonne bouille? Ses petites lunettes qui lui donnent un côté rive gauche? Son goût pour les intellectuels et la sociologie?? Mystère et boule de gomme. Miled se sent plutôt fier de ce soutien, mais est-ce vraiment un service à lui rendre, surtout lorsqu'on traîne un bilan municipal contrasté? D'ailleurs, que reste-t-il des années Gaspard ? Un plan de circulation, une grande rue piétonne... Aidez-moi, je sèche!!

1209134471.jpgSi je m'en réfère à l'excellent blog Dreux 80, Françoise Gaspard s'est beaucoup investie en faveur de la réhabilitation des quartiers et s'est considérablement impliquée pour l'intégration des immigrés. Investissement et implication ne signifient pas pour autant accomplissement. On retiendra surtout, dans un contexte économique défavorable (licenciements, chomage), une action culturelle omniprésente malgré une gestion municipale critiquée. Elle a voulu décoincer Dreux, bousculer les mentalité et s'est heurtée du coup  à des opposants de plus en plus nombreux et incisifs.

Récemment, dans la Rep, l'ancien édile devenue sociologue a évoqué l'absolue quiété de Dreux le dimanche. Une "ville morte". Pas  vraiment une info car au temps de sa mandature, la ville se caractérisait déjà par une léthargie dominicale. Enfin,  je suis heureux d'apprendre que Françoise Gaspard revient régulièrement sur ses anciennes terres, même si elle le fait en toute discrétion.

15 janvier 2007

Tri sélectif : Valentino Gambuto met les pieds dedans

En bon bûcheron de la politique, Valentino Gambuto fait feu de tout bois et ce malgré le redoux. Emboitant le pas des commerçants drouais mécontents des nouvelles dispositions concernant le tri sélectif, le chef de fil des socialistes s'est une nouvelle fois fendu d'une grosse colère dans les colonnes de l'Echo Republicain (10 janvier).

"Les commerçants du centre ville sont mécontents et ils ont raison. Ils ne sont pas les seuls à être gênés par les changements opérés dans le ramassage des ordures ménagères. Les habitants aussi commencent à souffrir depuis qu'il n'y a plus qu'un seul ramassage au lieu de deux"

Le leader de l'opposition locale précise toutefois sa position sur les questions environnementales, en soutenant les mesures entreprises par la CAdD. Mais fin stratège, il tâcle son ennemi préféré.

" Si le passage au tri sélectif représente un surcoût pour la CAdD, c'est à la mairie [de Dreux] de prendre en charge cette part et non aux commerçants ou aux riverains qui demandent un deuxième passage. Elle paye bien ce service à la CAdD autour du marché couvert, les jours de marché, pour les non-sédentaires, elle peut bien le faire pour les sedentaires et les riverains".

Gambuto, maire de Dreux, c'est la promesse de rues sans un grain de poussière.

19 décembre 2006

Le costard de la semaine

"Je n'aime pas l'autoritarisme dont Valentino Gambuto fait preuve. Et puis il convoite tout... Il se fait même élire à des commissions et n'assiste pas aux réunions de ces commissions par la suite. C'est quelqu'un qui a raccroché le wagon de la gauche en cours de route. Je ne serai pas candidat sur sa liste, non. Mais il ne me le demandera pas quoi qu'il en soit."

Jacques Duval, conseiller muncipal divers gauche, à propos d'un improbable rapprochement avec le leader du PS local lors des prochaines municipales.  (La Rep, 15/12/2006)