Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 février 2009

Chacun sa place

Place Rotrou, quelques personnes bien intentionnées ont entrepris la toilette de la statue de notre illustre dramaturge drouais, dont nous fêterons cette année les 400 ans. Vous me direz, ça ne lui fera pas de mal à ce vieux croûlant tavelé de merde de pigeons. Mais là n'est pas mon propos.

Ce monument à la gloire du brillant auteur de Venceslas, n'a jamais connu d'avantageux abords sauf peut-être cette époque où le théâtre lui faisait des clins d'oeil. Mais les temps sont anciens, l'urbanisme a gagné du terrain pour en faire d'abord l'épicentre d'un parking en étoîle, avant qu'il ne soit littéralement masqué par un rideau d'arbres planté sur un lit d'herbe infesté de déjections canines. C'est dire si, de son piedestal, Jean Rotrou en a vu des vertes et des pas mûres.

François Lemonne, jamais en retard d'un petit ravelement de façade et sa gentille copine Fabienne Romezin, responsable du comité Proximum du centre-ville, ont donc décidé de réaménager un peu les lieux à l'occasion des prochaines commémorations.

2009_0217Rotrou0003.JPG

Les travaux s'imposaient-ils? Pas nécessairement. Dans sa frénésie bâtisseuse, l'équipe municipale s'est fait une spécialité du démontage et de la construction. La dernière rénovation de la place Rotrou ne remonte pourtant pas aux calendes grecques. Mais, le changement est dans l'ère du temps, il faut montrer que l'on est actif, comme un bon soldat à l'armée, jamais les mains dans les poches. En revanche, tout porte à croire que les riverains ne seront pas à l'abri de prochains travaux dans un futur relativement proche puisque des millions  (27 pour être précis) vont être investi pour le coeur d'agglomération, entre la réhabilitation du boulevard Pasteur et celle du centre-ville. Ingrid Virlouvet qui pilote le projet, n'a semble-t-il pas été consultée par l'élue Proximum à l'initiative des travaux de la Place Rotrou. C'est un peu surprenant ne serait-ce que pour la cohérence dudit projet. Mais également pour des raisons budgétaires si d'aventure, il lui prenait l'envie de retaper la tête d'albâtre du sieur Rotrou et ses environs d'ici 2020 - date de livraison du nouveau visage de notre coeur d'agglo.

Ce cas de figure illustre encore une fois les limites transversales du système Proximum où chacun se mobilise plus pour ses objectifs personnels que pour le bon sens  commun. La CadD aurait pu également participer à l'effort, au cas où des travaux de voirie et réseaux divers (VRD) aient été indispensable... mais non. Les vases communiquent décidément mal au sein de cette majorité municipale.

10 juin 2008

Proximum, pour les nuls

On ne parle que de ça depuis un mois avec la mise en place des nouveaux comités de quartiers. Proximum, l'une des fiertés de Gérard Hamel, le fer de lance de sa politique sociale. Mais qu'y-a-t-il derrière ce concept qui tend à "coller à la réalité du terrain"?

LogoProximum.jpg

Proximum (néologisme - sans doute sorti du chapeau d'un directeur de marketing - contraction des termes "proximité" et "maximum"). Latin : Au plus proche.
Dispositif d'écoute et d'alerte sociale, destiné à améliorer le cadre de vie des drouais.

La proximité, ça veut dire quoi? Etre proche des gens, c'est savoir déceler leurs attentes, les besoins et cela suppose d'être réactif en cas d'urgence. Dans le cas drouais, la notion de proximité se définie également par une représentation du pouvoir local décentralisé, amenée au pied des immeubles, voire à la porte de l'habitant.

Mode d'emploi. Depuis un mois donc, des comités se constituent dans les 7 quartiers de la ville. Ils sont composés d'élus, de coordonnateurs, de membres cooptés résidant dans le quartier - généralement sympathisants de la majorité politique - et qui ont pour mission de recueillir les doléances des habitants, d'y donner suite et de faire remonter les informations au sommet de la pyramide hiérarchique.

Et concrètement ça donne quoi? Jusqu'à présent l'action des comités s'est portée sur des travaux d'aménagements publics (voirie, aires de jeux, parcs...). Des commentaires forcément élogieux de la part des élus en charge d'animer les différents secteurs. Des bilans éloquents avec moult réalisations urbanistiques. Des chiffres qui attestent la nécéssité d'un tel dispositif. Bref, Proximum, selon le discours officiel, ça marche.

Ca marche alors? On note quelques ratés tout de même. Les doléances sont-elles suivies d'effets? Les problèmes sont-ils résolus? Difficile concrètement de mesurer le taux de satisfaction des personnes. Et de détailler les actions individuelles qui découleraient de ces réclamations. Jusqu'à présent, les seuls résultats qui semblent avoir marqué les esprits concernent les scrutins électoraux. Quand l'année dernière, Ségolène Royale a atteint 91% sur les Oriels, ce fut le branle-bas de combat dans la maison Hamel. L'équipe du secteur fut aussitôt remplacée et tout le dispositif chamboulé par le jeu des vases communicants. Hasard ou coincidence? A l'époque, le maire de Dreux minimisait la relation de cause à effet. "Même si les résultats de la présidentielle nous ont interpellés, le remaniement n'est pas la conséquence directe des résultats". N'empêche, même si l'offensive anti-sarko reste à distinguer de l'action de Gérard Hamel, le camouflet a été percu comme un échec de la politique sociale sur le quartier.

Autre aspect sensible du dispositif : Dreux se retrouve "Balkanisé" en sept zones, 7 circonscriptions découpées selon un équilibre stratégique (les quartiers "à problèmes" rattachés à des zones plus "tranquilles") et historique. Ce morcellement fait tiquer les défenseurs d'une ville unie et rassemblée qui jugent préjudiciable la distinction sociale faite à travers l'appartenance à un quartier, à cette frontière "psychologique" dont certains peuvent se sentir exclus.

Je peux mettre mon grain de sable? Proximum n'est pas une idée nouvelle, c'est un concept amélioré, mieux vendu, au positionnement politique bien cadré. Dommage que ce dispositif n'agisse pas davantage en contre-poids, en garde-fou, mais là, on lorgne sans doute un peu trop sur la démocratie participative... Du coup, ces comités de quartier prennent des allures d'officines du pouvoir local. Des membres, des élus à l'écoute, disponibles, prêts à remplir leur role de vigie sociale, à trouver des solutions aux problèmes les plus inextricables. Bien.  Mais, ils agissent aussi pour maîtriser l'espace urbain, assurer la représentation de la mairie. Soyons réaliste : on ne peut pas répondre au cas par cas, au risque d'entretenir le favoritisme. Ne soyons pas dupe non plus : il existe bel et bien une manoeuvre politique derrière ce dispositif, même si celui-ci remplit une mission originale.

Quel avenir pour Proximum? Gérard Hamel a changé la tonalité de son discours et l'oriente désormais vers l'individu. Sentiment renforcé depuis que le maire de Dreux, en visite dans les différents quartiers pour l'intronisation des nouveaux comités a évoqué à plusieurs reprises les termes de "veille sociale", "tendre la main à ceux qui souffrent", "politique de solidarité". En gros fini les travaux de voierie, maintenant on passe à l'humain.

Autant dire qu'il va y avoir du boulot. Et pas seulement parce que nous sommes drouais. Nous sommes touchés, comme les Vernolitains, les Gueugnonnais ou les Castelroussins aux difficultés conjoncturelles du moment. La démarche de Gérard Hamel est très altruiste ; mais il ne doit pas pour autant oublier l'intérêt collectif, ne pas favoriser l'individualisme au détriment de la communauté.