Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juin 2012

Fend la bise

dreux,depute,election,olivier marleixOlivier Marleix n'aura pas fait le voyage pour rien. Le Maire d'Anet, qui s'était lancé à l'assaut des communes voisines pour les législatives aura transformé son premier essai avec un certain confort, reconnaissons-le. Un nouveau succès qui confirme l'irrésistible ascension d'un homme à qui tout réussit depuis son entrée en politique. Dreux est restée insensible à sa profession de foi, accordant massivement ses suffrages à Gisèle Boullais (58,15%).

Notre nouveau député est donc jeune (41 ans), il aime le sport (surtout la course automobile), possède un DEA de droit public et a fait Science-Po Paris. Il est le fils d'Alain Marleix, député du Cantal, ce qui promet quelques belles campagnes de com dans la presse genre "Le père et le fils siégeant ensemble à l'Assemblée Nationale". Une filiation qui n'est pas sans rapport avec le CV exemplaire qu'il présente:

 


1989-1992 : chargé de mission au cabinet de Charles Pasqua, président du groupe RPR au Sénat
1993-1995 : attaché parlementaire au sein du cabinet de Michèle Alliot-Marie, ministre de la Jeunesse et des Sports
1995-1998 : directeur de cabinet de Nicole Catala, adjointe au maire de Paris
1998-2001 : directeur de cabinet de Martial Taugourdeau, président du conseil général d'Eure-et-Loir et sénateur
2001-2005 : directeur général des services du conseil général d'Eure-et-Loir et directeur de cabinet (2004-2005) d'Albéric de Montgolfier, président
2005-2007 : conseiller technique au sein du cabinet de Brice Hortefeux, ministre délégué aux Collectivités territoriales
2005-2008 : maître de conférence à l'Institut d'études politiques de Paris
2008- en cours : Président du Pays Drouais
2009-2011 : conseiller technique à la présidence de la République auprès de Nicolas Sarkozy
9 mars 2011-2012 : conseiller parlementaire et élections au sein du cabinet de Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration.

A part ça, Olivier est marié et papa de deux petites filles. Il est vice-président du Conseil Général. Et je l'invite à venir sur ce blog nous parler de lui un peu plus en détail et rafraîchir cette vidéo d'un autre temps...


Présentation Olivier MARLEIX par oliviermarleixvideo

 

Les résultats :

Olivier Marleix (UMP) 53,64%

Gisèle Boullais (PS) 46,36%

Abstentions : 54,47%

05 février 2009

Les fauves sont lâchés

2009_0203Laneige0083.JPG

Il n'en fallait pas tant pour leur donner de l'appetit aux jeunes loups de la section locale de l'UMP. Un petit rassemblement officialisant leur groupement et les voila déjà en ordre de bataille, affamés par la succession de Gérard Hamel qui, en annonçant son retrait de la vie politique , a maladroitement ouvert la boîte de Pandore. Ou est passé son conseiller spécial, son expert en stratégie de communication? Coincé par la neige peut-être... Enfin Gégé sait se reprendre et a tout de suite ouvert les vannes de l'information en précisant que ces petites réunions Tupperware entre jeunes UMPites avaient pour simple effet de peser sur le débat public quand  Miled Zrida et ceux de l'opposition organisent régulièrement des points presse pour dire tout le bien qu'ils pensent de la gouvernance municipale. Cette mission de contre-attaque ou de pare-feu, échoit au sémillant directeur de cabinet du Maire, Pierre-Frédéric Billet, qui de son strapontin se verrait bien à l'orchestre. D'ici là, il a encore le temps de se faire connaître, et autrement que par des supplications auprès de Mme Hamel pour convaincre son mari de rester en politique.

Un autre qui peut remercier le Maire de Dreux, c'est Olivier Marleix, explicitement désigné pour tenter de lui succéder au poste de député. Mais connaissant le plan de carrière du conseiller technique à la présidence de la République, est-ce réellement une surprise? Du côté de la droite drouaise, on commence à ruer dans les brancards. Certains voient en effet d'un drôle d'oeil l'arrivée d'un hyper-ambitieux, élu à Anet pour mieux viser la présidence du Conseil Général. Baby Marleix est un sprinteur, toujours à fond, les deux pieds sur l'accélérateur. Le genre portable collé à l'oreille. Un peu comme s'il prenait la mesure de son boss à l'Elysée, lieu où l'on a plus de chance de le trouver qu'en mairie d'Anet. Là-bas d'ailleurs, ils en pensent quoi ?

Ben, la lune de miel tourne un peu à la déception. On sent un type pressé, qui passe en coup de vent, qui ne prend pas le soin d'écouter, de consulter. De toute façon, ses adjoints le font pour lui alors autant se cantonner à un rôle de représentation quand on a un agenda overbooké. Enfin, si un zébulon, aussi brillant et vivace soit-il, déboule fièrement dans la basse-cour drouaise, même adoubé par  Gérard Hamel, il risque tout de même de se faire voler dans les plumes.