Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 octobre 2007

Quartier rouge - suite

323dbba00292bbb0c4e3fef91bbd02fd.jpgJ'évoquais dans un note précédente - sous la forme d'une innocente photo-mystère - l'exposition de mannequins dans une vitrine surélevée d'une boutique de prêt à porter. Certains diablotins ont exprimé au cours de cet exercice quelques commentaires frisant l'indécence, sans doute mon titre leur aura fait perdre le sens de la morale et de la vertu. N'y allons pas par quatre chemins : vous voulez du cul ? Vous allez en avoir. Abordons ensemble, l'histoire des maisons closes drouaises. Sauf que que je suis pas très chaud sur le sujet... Certains d'entre vous pourront peut-être nous faire partager leurs connaissances voire leurs expériences... 

Ma modeste contribution prendra la forme d'un témoignage livrée par mon amie Monique "J'ai connu deux maisons closes à Dreux. Une du côté du Bois Sabot, une autre rue du Cdt Beaurepaire qui s'appelait La Casita. Il y avait une enseigne à néon, vu de l'extérieur, l'endroit semblait très exigu. Ca faisait pas mal jaser au début surtout quand on a su que le patron était inspecteur de police. Un jour, il y a eu un meurtre et dans la foulée la maison a fermé ses portes".

Alors si vous en avez des vertes, des pas mures, des pas piquées des verts et des derrière les fagots sur le sujet, à vos plumes...