Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 mars 2010

La mort de Jean Hieaux

Juillet 1985 0058-1.JPGL'ancien maire de Dreux (de 1983 à 1995) est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi dernier à l'âge de 85 ans. Personnalité dévouée à la cause municipale, il fut banquier de son état mais aussi le grand argentier de la ville en occupant les fonctions d'adjoint chargé des finances puis de maire où il fit de l'équilibre budgétaire sa grande priorité.

Aux yeux de l'opinion publique et de quelques médias nationaux, Jean Hieaux restera pourtant l'homme de l'alliance avec le Front National. C'est réducteur, fâcheux et injuste. Même ses adversaires de l'époque trouveront le raccourci inappropriée.

En fait, Jean Hieaux n'a jamais véritablement baigné dans la politique politicienne. Il se définissait modestement comme un serviteur, un comptable appliqué veillant scrupuleusement aux bons comptes de la ville. Il ne ménagera pas ses efforts auprès de Jean Cauchon (1965-1977) et redressera la situation financière calamiteuse laissée - selon ses dires - par les socialistes (1977-1983).

1983 marquera un tournant dans l'engagement politique de ce catholique pratiquant, discret et élégant. Après l'annulation des élections municipales entachées d'irrégularités et d'un écart de voix étriqué (8 voix d'avance pour Françoise Gaspard sur le candidat de droite René-Jean Fontanille), diverses personnalités locales le poussent à conduire la liste d'opposition pour le "troisième tour" de ces municipales. Tout d'abord hésitant, il consulte et constitue une équipe homogène à ses côtés. La liste d'opposition qui prévoit en cas de second tour une alliance avec le FN de Jean-Pierre Stirbois.

L'histoire s'écrit ensuite le 11 septembre, date à laquelle Dreux rentrera dans une période de haute turbulence médiatique et de querelles d'élus. Pas réellement conscient de l'onde de choc que suscite cette alliance, Jean Hieaux se réfugie derrière le discours officiel des instances dirigeantes du RPR où tous les coups sont permis pour barrer la route aux "socialo-communistes".

Après deux années tumultueuses émaillées de règlements de compte, la situation va progressivement se stabiliser. Mais l'image de Dreux est détériorée, il faut la reconstruire. Jean Hieaux est un fin financier mais pas nécéssairement un visionnaire éclairé. Il va s'attacher à restaurer le calme, à gérer la ville en bon père de famille, laissant parfois un peu naïvement ses adjoints orienter la politique municipale, lui n'intervenant que pour arbitrer.

Si la situation financière de Dreux s'améliore à la faveur d'un sérieux plan d'austérité, le climat social tend à se dégrader stimulé en cela par la progression du FN aux différents scrutins locaux et nationaux. Après le décès accidentel de son mari, Marie-France Stirbois est élue députée en 1989. Jean Hieaux n'est pas un prédateur de la politique mais parvient à endiguer les assauts Frontistes aux municipales de 89 et prépare Gérard Hamel à sa succession en 1995. Mais il n'apportera pas son soutien à l'actuel maire de Dreux pour les échéances suivantes.

Rangé des affaires, on le croisait régulièrement le matin sur le chemin allant de la rue des Capucins au Bar des Flambarts où il achetait le Figaro et la Rep. Je me suis toujours demandé pourquoi il ne s'abonnait pas. Au fond de moi, je me doutais qu'il cherchait un prétexte pour aller à la rencontre des drouais, garder le contact avec cette ville qu'il a beaucoup aimé et servi du mieux qu'il a pu.

 

18 septembre 2008

Un bouquet pour Viollette

L'hommage aurait pu passer pour un paisible rassemblement entre copains-pêcheurs, comme au temps jadis où les amateurs de gaules se réunissaient pour l'empoissonnement des étangs. En y regardant de plus près, on reconnaissait pourtant quelques huiles locales ancrées à gauche. Mohamed Bougafer, Birgitta Hessel, Christian Mager-Maury, Maurice Legendre, Eric Duquesnoy... Bref, l'assemblée n'avait rien d'une brochette de barbeaux. Plutôt de fidèles pélerins venus rendre hommage (à leur mentor? Leur guide spirirtuel?) à Maurice Viollette, dont la disparation un 9 septembre 1960 est sujette à une petite cérémonie entre camarades socialistes et tenants d'un certaine vision de la laïcité.

Septembre 1960 137.jpg

Of course, le parterre de sympathisants et autres amis reconnaissants s'est dégarni au fil du temps. Pourtant, au lendemain du décès de l'ancien ministre d'Etat du front populaire, une foule considérable se massa autour du Beffroi, devenu chapelle ardente pour la circonstance. Chaque année ce fut à la même date, un cortège d'hommes et de femmes politiques, parfois de simples citoyens drouais reconnaissants qui vinrent se recueillir sur le monument commémoratif posté juste en face de la sous-préfecture. Françoise Gaspard, qui écrivit d'ailleurs un ouvrage à son sujet, fut l'une des plus assidue. François Mitterrand, alors secrétaire général du PS, vint également y déposer une gerbe de fleurs.

Mais bon avec le temps va, tout s'en va... l'affluence des premières années s'est réduite en un petit attroupement qui tient difficilement sur les deux colonnes d'un tabloïd. Heureusement il reste encore quelques disciples qui veillent précieusement sur l'héritage et la mémoire de la personnalité drouaise la plus marquante du XXème siècle.

25 juillet 2008

Quizz drouais - Politique

Dreux 575 24 juin 1983.jpgAvant de devenir maire de Dreux (1983-1995), Jean Hieaux était :

A. Rémouleur

B. Banquier

C. Pompiste

D. Charcutier

 

 

Chaque été, Gérard Hamel, le maire actuel, part se détendre à Quiberon où il aime jouer...

A. A la pétanque

B. A la belote coinchée

C. Au tennis

D. A la Playstation

 

Mai 1979 pas si sur... 017.JPGFrançoise Gaspard, maire de 1977 à 1983, a appris à lire le journal sur les genoux de ...

A. Pierre Mendès-France

B. Léon Blum

C. Maurice Viollette

D. François Mitterand

 

 

Un ancien sportif fut parachuté aux élections municipales de 1995 sous les couleurs du PS. S'agissait-il de :

A. Roger Bambuck

B. Marius Tresor

C. Guy Drut

D. Jean-Pierre Rives

 

Septembre 1975 053.JPGDans sa jeunesse, Jean Cauchon (maire de 1965 à 1977) fut acteur dans la troupe des...

A. "Sonneurs du Beffroi"

B. "Gais-lurons des Marchebeaux"

C. "Branquignoles"

D. "Tirlipimpons de la Blaise" 

 

 

08 mars 2008

Combien toucheront nos futurs élus*?

La question importe peu vous répondront les intéressés puisque la fonction prime sur les émoluments. Pourtant en ces temps de vaches maigres quelques pièces sonnantes et trébuchantes sont toujours un réconfort pour le porte-monnaie.

Ces informations vous les trouvez sur le site du ministère de l'intérieur. A Dreux, le futur maire devrait toucher 3 228, 34 euros ; 1 183,72 euros pour ses adjoints et 215,22 euros pour ses conseillers. Gérard Hamel précisait il y a peu que son salaire de maire était plafonné à 1300 euros en raison de ses autres mandats (Président de la CAdD et député).

Les conseillers généraux empocheront pour leur part 1 434,80 euros.

* Les salaires sont exprimés en brut

21 avril 2007

Rue des maires

Il va falloir vous concentrer sérieusement ... Combien de rues de Dreux portent le nom d'un ancien maire?

medium_Dreux_1305.jpg

 

 

11:00 Publié dans La boîte à jeux | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : dreux, jeux, rue, maire