Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2013

Demi-tour, droite

Ainsi donc Gérard Hamel repart en campagne. La semaine dernière, le Maire de Dreux  a exprimé son intention de briguer un quatrième mandat au cours d'une conférence de presse donnée à la bibliothèque de l'école Ferdinand Buisson, "un lieu symbolique du temps nécessaire à l'évolution et à la réussite par le travail".

Du lieu, on distingue surtout le mobilier bariolé d'une bibliothèque jeunesse aux couleurs rasta (étagères vert - jaune , table rouge), les drapeaux flasques retombant comme de vieux rideaux. Rien de solennel, ni classieux mais connaissant Gérard, on ne peut pas être à une faute de goût près, l'essentiel n'étant pas le style mais bien l'argumentaire pour justifier une nouvelle candidature.

Bon, déjà, Gérard va devoir apprendre une chose : retourner sa langue sept fois dans sa bouche sinon on va définitivement le prendre pour une vulgaire girouette.  En 2009, il convoquait la presse pour annoncer qu'il ne reconduirait pas son mandat. Les affichettes des journaux étaient alors explicites.  

2009_0203Laneige0083.JPG

On imaginait alors Gérard, pour son dernier baroud d'honneur, mettre Dreux sur les rails du progrès et de la croissance, réglant les derniers détails de sa succession avant un repos mérité auprès des siens. Doit-on dès lors considérer que l'objectif n'a pas été atteint ? Qu'à l'instar de tous ces animaux politiques, il rechigne à rendre son siège, s'accrochant à ce pouvoir tant convoité, effrayé à l'idée de revenir à une vie plus ordinaire? Qu'aucun de ses colistiers n'a la stature pour remporter les Municipales? Ou plus simplement que les consignes du parti ont eu raison de ses envies de retraite politique?

Ce qui peut motiver Gérard Hamel à rempiler pour six ans, c'est - outre la qualité des buffets généreusement garnis qui accompagnent généralement ses sorties - ce goût d'inachevé qui taraude et contrarie l'ouvrier consciencieux, l'homme de devoir. Ce sentiment que Dreux change, qu'il est l'homme de la situation pour poursuivre cette métamorphose et qu'il est aussi en droit de récolter les fruits d'une réussite annoncée (voir plus bas, son message expliquant les raisons de sa candidature). Le chantier a pris du retard et un bon capitaine ne quitte pas le navire avant d'avoir mené son équipage à bon port.

Alors certes, la ville s'arrange, mais on sent que les vases ne communiquent pas entre eux, que les rouages grincent encore. La ville s'embellit mais les effets de l'attractivité tardent ;  l'emploi reprend petit à petit mais le chômage est très au-dessus de la moyenne nationale ; l'insécurité recule mais le trafic de stupéfiant gagne du terrain. Alors gare à l'excès d'optimisme.

S'appuyant sur son bilan esthétique et sa gestion saine, le maire s'est engagé au cours de son point presse à redonner de la prospérité aux drouais, voeu pieux, très en avance sur le calendrier et un peu démago dans le contexte actuel :


A la tête de mes équipes municipales, je me suis attaché à rendre notre belle ville de Dreux la plus attractive possible en faisant reculer l’insécurité, en développant des équipements publics et des infrastructures modernes et en favorisant l’implantation de nouvelles entreprises porteuses d’emploi.

Sans augmentation d'impôt depuis 1995, nous avons réussi à faire de Dreux une ville apaisée, compétitive et attractive, au cœur d'un bassin de vie et d'emploi dynamique, aux portes de l'Ile-de-France. Et aujourd’hui, l’embellissement de notre Ville fait l’unanimité, aussi bien auprès des Drouais, que de tous ceux qui visitent notre Ville.

Mais rien n'est définitivement acquis. Pour le prochain mandat qui s'annonce, il ne faut pas relâcher l'effort ni baisser la garde !

Seule la poursuite d’une gestion municipale rigoureuse permettra de maintenir la qualité de nos services au profit des Drouais sans augmenter les impôts ni la dette de la Ville.

Seule une action ferme et juste permettra de poursuivre les résultats obtenus dans la lutte contre les délinquants, les fraudeurs et les trafiquants qui, dans certains quartiers, « pourrissent » l'existence des résidents honnêtes.

Seule une équipe compétente, expérimentée et très active pourra poursuivre la transformation de Dreux pour lui permettre d'attirer toujours plus d'entreprise et de créer des emplois pour le plus grand nombre.

Oui, grâce à ses nombreux atouts, Dreux peut redevenir une ville vraiment prospère. Et je souhaite que cette prospérité profite à tous. A tous ceux qui veulent travailler et qui se donnent les moyens de réussir.

Je souhaite que tous ceux qui le veulent, puissent devenir propriétaires de leur logement, pour sécuriser leur famille et constituer un patrimoine à transmettre à leurs enfants.

Je souhaite continuer à embellir la ville en poursuivant la création de nouveaux équipements et également d'infrastructures modernes destinées à faciliter la vie quotidienne des habitants.

Je souhaite que Dreux deviennent une ville référence en matière de services numériques pour les habitants et les entreprises.


Grâce à tout ce qui a déjà été accompli et réussi à Dreux, nous pouvons regarder l'avenir avec confiance tout en nourrissant une nouvelle ambition : l’ambition de faire de Dreux un modèle de dynamisme et de qualité de vie à la limite du futur Grand Paris !


C'est pour réaliser cet objectif que je conduirai une équipe renouvelée aux élections municipales, le 23 mars prochain. Je réunirai autour de moi une équipe de femmes et d'hommes dynamiques, compétents entièrement dévoués à notre belle ville.


Les Drouais savent qu’ils peuvent compter sur moi. Ils m'ont déjà fait confiance pour transformer Dreux et la rendre plus attractive aux yeux de tous.


Ensemble capitalisons sur tous nos efforts passés pour faire entrer Dreux dans une nouvelle période de prospérité.


C’est mon ambition !

 

On a tous envie d'y croire mais franchement, résolvons-nous plutôt à nous serrer les coudes, soyons solidaires et disciplinés. Allez Gérard, maintiens le cap mais ne fais pas trop de promesses.

29 mai 2012

Le bilan de Gérard Hamel à l'Assemblée Nationale

Dans quelques jours, Gérard Hamel va céder son siège de député. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'aura pas sacrifié ses fonds de culotte au débat parlementaire au cours des cinq dernières années. Le maroquin n'est point élimé, son successeur appréciera la bonne tenue des lieux.

On peut d'ores et déjà tirer son bilan en s'appuyant sur les statistiques du site nosdeputes.com qui détaille la participation de nos élus au sein de l'hémicycle.

 dreux,depute,gerard hamel,bilan

Globalement, Gérard Hamel s'est impliqué mollement pour son dernier mandat à l'Assemblée Nationale. Toute proportion gardée, il s'est surtout manifesté au sujet du logement, de la rénovation urbaine et des quartiers. Ses domaines de prédilection. Il tient au moins ses promesses là où l'on attendait, mais à la portion congrue tout de même. Son activité courante est bien deça de la moyenne qu'il s'agisse de ses présences et ses interventions dans l'hémicycle et dans les commissions.

Le document révèle en outre, que notre député est un homme peu disert, pratiquant davantage les questions écrites que les questions orales. Lui qui confiait durant sa première campagne des législatives en 1993 "privilégier l'action plutôt que la parole" ne pensait pas si bien dire. Sauf que l'action aura chuté au cours de ces cinq dernières années, conséquence possible de l'inflation des mandats de l'actuel député-maire de Dreux, président de la communauté d'agglomération du drouais et président du CA de l'ANRU.

21 mai 2012

Un symbole français

Dreux, ville témoin pour un état des lieux de la France provinciale. Voilà comment la très illustre chaîne américaine CNN a abordé son sujet sur les défis économiques que François Hollande devra relever durant son mandat présidentiel. Les drouais sont habitués à voir leur ville en bonne place dans les médias. Pendant pluisieurs années, Dreux a traîné cette lourde réputation de ville sulfureuse, berceau du FN. Comme si elle symbolisait à elle seule les carences de la République et les maux de la société française.

Mais les temps changent. Et l'image de Dreux aussi. Le reportage de CNN présente une ville sinistrée avec sa désindustrialisation, ses 5 000 emplois disparus en 20 ans et son chômage à 12%, problème majeur selon Karen Welbrecht et Tufik Chaboune. Une ville dépendante des prestations sociales comme l'affirme l'économiste Ulrich Hege qui vit sous perfusions d'aides publiques en attendant le retour de la croissance. Etrénnant son nouvel habit d'opposant,  Gérard Hamel martèle quant à lui son scepticisme sur le projet socialiste pour relancer l'attractivité économique.

26 décembre 2011

Durocasserie 2011 : les résultats

Hasard ou coïncidence ? La Durocasserie 2011 consacre l’altercation entre Jean-Pierre Gaboriau et Gérard Hamel au sujet de l’intercommunalité au moment même où la communauté des villages du drouais se rallie à l’agglomération drouaise.

Il y a quelques mois, Gaboriau et Hamel avaient échangé quelques politesses par presse interposée, le maire de Châteauneuf-en-Thymerais accusant son homologue de Dreux de détourner les communes adhérentes à sa communauté vers celle du drouais.

La même querelle avait déjà opposé Michel Lethuillier à Gérard Hamel – tous deux récompensés à cette occasion par la Durocasserie 2008. Le maire de Chérisy avait refusé d’adhérer à la Communauté d’agglomération du drouais, provoquant au passage l’ire du Député-Maire de Dreux. Mais les enjeux de l’intercommunalité ont bouleversé les rapports de force entre les deux compères. Il y  a quelques jours, Michel Lethuillier, président des villages du drouais, a en effet signé auprès du Préfet le rattachement de sa communauté de communes à l’agglo drouaise.

Cette stratégie n’est pas sans soulever une question élémentaire. On sait Gérard Hamel hésitant sur son avenir à la mairie de Dreux et l’hypothèse de son renoncement à de quoi aiguiser l’appétit des prétendants à son siège de président de l’agglo. Respectueux de la réforme de l’intercommunalité, Michel Lethuillier fait prévaloir  l’intérêt général en se raccrochant à la locomotive drouaise. Mais cette intention peut également masquer d’autres ambitions.

Mais revenons à nos chers lauréats qui par leurs saillies ont porté haut l’esprit de clocher. Félicitations à Jean-Pierre et surtout Gérard qui apparaît pour la deuxième fois au palmarès de la Durocasserie.

Les résultats :

 Durocasserie 2011.JPG

Chronologie des lauréats

2007 : La permanence de l'UMP, rue des embûches

2008 : Les relations tumultueuses entre Gérard Hamel et Michel Lethuillier

2009 : La Rosière de Madame Husson 

2010 : Pierre-Frédéric Billet et sa Marianne de plomb

08 avril 2011

Dans la ligne

Le débat sur la laïcité  a suscité bien des polémiques et des divergences d'opinion au sein de l'UMP. Chacun y est allé de sa petite humeur, de son commentaire mais au fait, quelle est la position de Gérard Hamel? Le héraut drouais, pourfendeur du FN, favorable à  la loi interdisant la Burqa,ne s'est pas véritablement exprimé sur le sujet. Ou alors il y a bien longtemps...

Il fut beaucoup plus loquace en 1993 lorsqu'il ferraillait contre Marie-France Stirbois lors des législatives. A l'époque, pour séduire les électeurs du FN, il déclarait "Pour moi être français ça se mérite." A cette occasion, le Député-Maire préconisait la durée limitée des visas d'entrée, la cessation de l'octroi de la carte de séjour pour dix ans, l'arrêt des regroupements familiaux, la chasse aux mariages dits "blancs", le renforcement des contrôles anti-clandestins aux frontières hexagonales... Pour des résultats que chacun jugera selon ses affinités politiques.

Sur l'immigration, il pronait la fermeté : "Le choc des cultures n'est pas seulement une expression toute faite, c'est une réalité à multiples facettes : la confrontation des modes de vie, un refus d'intégration parfois très conscient chez certains immigrés, la persistance de réflexes claniques [...] Il devrait être clair, par ailleurs, qu'en fixant leur résidence dans notre pays, les immigrés doivent adopter les règles essentielles de la vie sociale française. La tolérance dont on a trop fait preuve, par exemple, envers la polygamie ne doit pas être confirmée [...] Enfin, je voudrais exprimer les préoccupations que m'inspire le regroupement familial. Je ne pense pas qu'il soit honnête d'accréditer l'idée que tout travailleur immigré a le droit de faire venir auprès de lui sa famille."

Le discours était sans ambages. "Nos valeurs n'ont rien en commun avec le Front National" confiait récemment le Député-Maire de Dreux en parlant au nom de l'UMP. Aurait-t-il évolué depuis? Pas vraiment. Gérard Hamel a toujours eu des convictions fermes quand il s'agissait d'immigration, d'insécurité ou de signes religieux ostentatoires. Mais toujours en respectant la ligne du parti.