Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juin 2012

Fend la bise

dreux,depute,election,olivier marleixOlivier Marleix n'aura pas fait le voyage pour rien. Le Maire d'Anet, qui s'était lancé à l'assaut des communes voisines pour les législatives aura transformé son premier essai avec un certain confort, reconnaissons-le. Un nouveau succès qui confirme l'irrésistible ascension d'un homme à qui tout réussit depuis son entrée en politique. Dreux est restée insensible à sa profession de foi, accordant massivement ses suffrages à Gisèle Boullais (58,15%).

Notre nouveau député est donc jeune (41 ans), il aime le sport (surtout la course automobile), possède un DEA de droit public et a fait Science-Po Paris. Il est le fils d'Alain Marleix, député du Cantal, ce qui promet quelques belles campagnes de com dans la presse genre "Le père et le fils siégeant ensemble à l'Assemblée Nationale". Une filiation qui n'est pas sans rapport avec le CV exemplaire qu'il présente:

 


1989-1992 : chargé de mission au cabinet de Charles Pasqua, président du groupe RPR au Sénat
1993-1995 : attaché parlementaire au sein du cabinet de Michèle Alliot-Marie, ministre de la Jeunesse et des Sports
1995-1998 : directeur de cabinet de Nicole Catala, adjointe au maire de Paris
1998-2001 : directeur de cabinet de Martial Taugourdeau, président du conseil général d'Eure-et-Loir et sénateur
2001-2005 : directeur général des services du conseil général d'Eure-et-Loir et directeur de cabinet (2004-2005) d'Albéric de Montgolfier, président
2005-2007 : conseiller technique au sein du cabinet de Brice Hortefeux, ministre délégué aux Collectivités territoriales
2005-2008 : maître de conférence à l'Institut d'études politiques de Paris
2008- en cours : Président du Pays Drouais
2009-2011 : conseiller technique à la présidence de la République auprès de Nicolas Sarkozy
9 mars 2011-2012 : conseiller parlementaire et élections au sein du cabinet de Claude Guéant, ministre de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration.

A part ça, Olivier est marié et papa de deux petites filles. Il est vice-président du Conseil Général. Et je l'invite à venir sur ce blog nous parler de lui un peu plus en détail et rafraîchir cette vidéo d'un autre temps...


Présentation Olivier MARLEIX par oliviermarleixvideo

 

Les résultats :

Olivier Marleix (UMP) 53,64%

Gisèle Boullais (PS) 46,36%

Abstentions : 54,47%

05 mai 2008

Mai 68 à Dreux (1)

On n'échappe pas comme ça à la révolution. Dans le concert des commémorations toutes convenues du 40e anniversaire de Mai 68, je me suis replongé dans les journaux de l'époque, histoire de voir comment Dreux avait réagi aux mouvements de grèves et de contestations.

En ce début Mai, il fait beau, les muguets sont en fleurs et l'on s'apprête à fêter le printemps. La quinzaine commerciale, l'un des grands rendez-vous populaire, prend ses quartiers en centre ville du 4 au 18 mai. D'agitations, on attend surtout à une ébullition festive et une fièvre contagieuse de consommation. C'est le temps de la traditionnelle foire à la voiture d'occasion, des spectacles de variétés avec cette année Lucette Raillat, Maria Candido, Patrick Raynal et Jack Gauthier. Pendant que le groupe théâtral du Cercle laïque prépare son spectacle au pied du Beffroi, les majorettes de Senonches effectuent leurs dernières répétitions.

Mais depuis 1964, l'évènement de cette quinzaine est l'élection de la reine des druides, un concours de beauté ouvert à toutes les jeunes drouaises.  Le 4 mai, dans une salle des fêtes archi-comble, Evelyne Métrich est honorée d'un titre qui lui assurera une renommée locale aussi retentissante qu'éphémère.

1498503963.JPG
Evelyne Métrich (au centre) entouré de ses dauphines, Eliane Laucher (à gauche) et Catherine Chesneau (à droite) - Photo : l'Action républicaine.

Quelques jours avant que la foire ne batte son plein,  Maurice Ravanne, alors animateur du groupe des jeunes du Cercle laïque, exprime dans les colonnes de l'Action républicaine sa vision de la jeunesse. "Parmi tous les adultes que je côtoie, et qui sont un tant soit peu conscients du monde dans lequel ils vivent, j'en connais peu qui soient satisfaits des chemins par où notre univers cherche ses solutions, et de la lenteur avec laquelle il les trouve. Il s'en trouve peu pour ne pas dénoncer l'obscurantisme ou l'égoïsme de nos concitoyens. Ce sont là des maux contre lesquels, sans totalitarisme, on ne peut rien dans l'immédiat. Mais demain? (...) Il est important de donner aux hommes et aux femmes de demain les plus grandes chances d'être meilleurs, et ces chances passent inévitablement par les mouvements de jeunes. Certes il s'agit là d'un travail de fourmi, et la face du monde ne sera pas bouleversée si vingt ou trente jeunes drouais ont appris leurs responsabilités autour d'un magnétophone ou d'un tour à poterie, mais un seul cristal de neige, s'il bouge, peut devenir avalanche, et en 1968, c'est notre terre tout entière qui bouge et qui se précipite à pas accélérés vers un meilleur ou vers un pire entre lesquels les humains de demain devront choisir".

1968, époque charnière pour la jeunesse?

Maurice Ravanne allait quant à lui, être l'un des leaders du mouvement contestataire local.

(A suivre