Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mai 2008

Communication breakdown

Physiquement, Dreux a changé. Pour preuve, les nombreux travaux de réhabilitation, les constructions de résidences, les aménagements dans certains quartiers... Bref, la ville, après ravalement de façade présente un nouveau visage. Mais qui peut le savoir à part nous, drouais, et quelques visiteurs bienveillants?

Pas grand monde. Et c'est normal puisque peu de choses ont été mises en oeuvre pour valoriser le cadre général au-delà de l'agglomération. On le sait, c'est un truisme, la promotion d'une ville passe par l'image. Et cette image est de plus en plus figurée par l'internet. Or, Dreux ne possède pas de site internet à la hauteur de son image. Celui de la CAdD, comme l'annonce la page d'accueil, est "en construction" et "à découvrir en 2007"!!! Rien pour la maison de l'emploi, de l'habitat, et toutes ces antennes-conseils pour le développement économique et social du drouais. Tout ce qui mériterait d'être exposé en vitrine à l'attention des futurs partenaires et investisseurs vivote quasiment clandestinement.

Dans ces conditions, comment savoir qu'il existe une contrée attractive, en pleine mutation, aux portes de la région parisienne? Ou sont passés les fins stratèges du marketing? Pourquoi ne peut-on pas se positionner dignement sur la toile?  Comment ce malheureux blog, conçu un soir de révolte, se retrouve en 4e position d'un moteur de recherche en tapant "Dreux" en requête? Vous me direz que je suis un as du référencement mais il serait tout de même plus logique de retrouver l'ensemble des acteurs des collectivités locales, du commerce et de l'industrie devant moi, non? Et je ne parle même pas de la presse locale qui passe complètement à côté du sujet en tâtonnant autour de la bonne formule pour ne pas faire d'ombre à l'édition papier.

605981094.jpgDans ce concert en but mineur, la palme de la déception revient quand même à la mairie de Dreux qui a l'audace d'intituler son bulletin municipal "Dreux.com", client d'oeil sous-jacent vers les nouvelles technologie de l'information. Mais quand on arrive sur le site, la montagne a accouché d'une souris. Rien d'attractif. Pas de news, pas d'interactivité. Un simple annuaire. Un site comme on en faisait au siècle dernier.

Durant la campagne des municipales, je n'ai pas entendu un seul mot sur la politique numérique. Sur cette force que constitue l'échange, la connaissance par l'internet,  il n'existe aucun projet à l'échelle locale. Proximum, renforcé par le web, ça aurait pourtant de la gueule. Jusqu'à présent, je ne vois que des actions individuelles d'expression citoyenne, nullement suscitée (ou alors bien indirectement) par la municipalité. Comment peut-on négliger un vecteur de communication si prépondérant à l'échelle collective dans une ville en quête de réseau social et de rassemblement? Je n'arrive pas à comprendre cette indifférence et le peu de moyens consacrés.

Enfin, il y a sans doute des choses plus importantes. Mais en matière de com', on ne pourra pas dire que Dreux est à l'avant-garde. 

PS : La refonte du site de la mairie couterait aussi cher que cet olivier planté devant l'office de tourisme, rue des embûches.