Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 juin 2008

Post de complaisance

Eric Allouche, dans un commentaire déposé hier, subodorait le scoop... "Lisez la presse demain", annonçait-il. Le bougre était bien renseigné. Car dans son édition du jour, l'Echo Républicain catapulte en tête de page  un entretien par email que j'avais donné à Ahmed Taghza.

DX 005.jpg

Pour la petite histoire, je n'ai pas livré tous mes secrets. J'en garde un peu pour les prochains articles...

01 octobre 2007

Auto-célébration

55a54ee2d786631f8c87f69a2f8a7a28.gifWhaouuaa... un an déjà. Le 1er octobre 2006, j'ouvrais ce blog, en réaction au faible écho recueilli sur la toile dès qu'on lançait "Dreux" sur les moteurs de recherche. De l'info institutionnelle, de la communication commerciale, quelques blogs éphémères, un peu d'associatif et puis plus rien, nada, pas de témoignages, pas d'actu, pas de forum, pas de sites contestataires... La presse locale quant à elle restait atone, encore à la recherche du bon modèle économique entre print et web.

Ma démarche était simple et sans grandes intentions. Je souhaitais m'exprimer à ma façon sur certains aspects de la vie locale et susciter en retour quelques commentaires. Pas spécialement pour en tirer une hypothétique reconnaissance mais pour obtenir des compléments d'information, des points de vue, mettre en place un espace de dialogue pour apprendre et mieux connaître.

J'ai débuté timidement l'exercice, encouragé par une poignée de visiteurs fidèles malgré des statistiques bien maigres. Au diable les chiffres! Pendant plusieurs semaines, j'ai rédigé mes notes dans le brouillard sans vraiment savoir si ce blog pouvait avoir un quelconque intérêt, s'il pouvait avoir une vocation interactive. Et puis quelques commentaires sont apparus, souvent pertinents, rarement agressifs. La machine était lancé, à son train, sans emballement, à la manière d'un tortillard de campagne.

Alors à tous ceux qui sont passés un jour par Clochemerle-les-Dreux, merci. Revenez quand vous voulez et n'hésitez pas à vous exprimer.