Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 juin 2008

Violence aveugle

Voilà un palmarès qui ne va guère réhausser notre image. Le Figaro vient de publier les chiffres de la violence urbaine enregistrés par la police judiciaire. Pour Dreux, classée parmi les 40 premières villes sinistrées, cela donne en 2007 :

  • Coups et blessures volontaires : 263
  • Vols violents : 203
  • Taux de violence (faits pour 1000 habitants) : 10,06 - La moyenne nationale est de 5,93

Sacré gifle, non? Pourtant, je suis surpris de nous retrouver aussi bien installé dans la hiérarchie des villes anxiogènes. De ma tour d'ivoire du centre ville, je ne vois rien qui puisse témoigner d'un quelconque sentiment d'insécurité. Juste la crainte de voir ma magnifique Polo constellée de fientes de pigeons. Certes en six ans, j'ai déploré deux effractions sur mon véhicule, deux rétroviseurs dégommés, quatre enjoliveurs subtilisés et une antenne radio dérobée. Mais pas de menaces, d'insultes, d'intimidations ou d'altercations.

Signe de cette quiétude toute relative, la presse locale est devenue moins exhaustive qu'elle ne l'a été pour relater les faits divers. Quelques gros titres en manchette pour racoler le lecteur mais la longue litanie des méfaits commis dans la région est passée à la trappe. En apparence donc, tout ne va pas trop mal. Sauf que ces chiffres sont là pour nous rappeler une réalité préoccupante : on peut habiter Dreux et être totalement aveugle sur les actes de violence qui y sont perpétrés. 

Dreux 1474.jpgBien évidemment, ce genre de données, en plus de plomber les efforts entrepris pour juguler la délinquance, peuvent s'avèrer être un frein à l'attractivité. On croyait - enfin je croyais -  Dreux rentrée dans le rang des villes criminellement sensibles en voie de réhabilitation. Fausse impression? Ce palmares pointe à l'évidence les carences du dispositif d'action sociale mais met surtout en relief une situation alarmante circonscrite aux quartiers périphériques. Parlez-en aux travailleurs sociaux ou aux enseignants des Oriels ou des Bâtes. A les entendre, la situation ne cesse d'empirer, mais qui les entend??? Il serait peut-être temps de retirer nos oeillères et considérer que Dreux, sorti de son centre, n'est pas la ville si paisible qu'on veut bien nous vendre.

12 mars 2007

Dreux en chiffres

Pour ceux qui aiment les statistiques, je vous recommande la lecture du tableau de bord de l'internaute sur plusieurs villes de France. Dreux a droit à sa fiche technique. Chacun interprètera ces données à sa manière...