Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 décembre 2012

Le prince des champs

 dreux,nocturnes drouaises,balade, chapelle royale, prince jean d'orléans

Profitant des festivités de fin d’année, entre dinde et marrons glacés, certains drouais ont formé une sympathique procession déambulant du centre ville vers la Chapelle Royale en passant par le chemin de ronde. L’initiative, menée par l’Office de tourisme pour ce qu’il est convenu d’appeler les nocturnes drouaises, a rassemblé entre 200 et 300 personnes à chaque sortie. Score honorable et encourageant pour une balade vespérale dont le point d’orgue fut cette vue panoramique sur un Dreux paré de ses plus beaux atours lumineux et surtout l’intervention pédagogique et informelle du Prince Jean d’Orléans relatant, dans les grandes lignes, l’histoire de la nécropole.

dreux,nocturnes drouaises,balade, chapelle royale, prince jean d'orléans

Au départ, la scène n’était pas sans rappeler un instant la seigneurie s’adressant au bon peuple. Mais, Jean, délaissant le protocole, est un type relativement cool et accessible. Il nous présente sa femme, Philoména, ses enfants, Gaston et Antoinette, lâche même un micro défectueux pour nous conter la belle histoire de la Chapelle Royale et de sa famille de sa voix puissante et distinguée.  L’intervention est concise et sous-entend que la Chapelle est à visiter toute l’année. Les renseignements complémentaires sont disponibles sur le site internet. Le message est bien passé.

dreux,nocturnes drouaises,balade, chapelle royale, prince jean d'orléans

Avant d’inviter les participants à prendre le verre de l’amitié -  un vin chaud délicieusement parfumé mais assez raide à boire – et de se munir d’un lampion pour redescendre en ville, le Prince nous a révélé qu’il vivait désormais à Dreux. Pas aux Bâtes, quoique géographiquement il en soit plus proche que du Boulevard Dubois. Depuis plus d’un an, il a élu domicile à Dreux, dans les modestes dépendances qui bordent la nécropole et surplombe les feux de la ville. Renseignement pris, la pression des prix de l'immobilier parisien a fait une nouvelle victime. Les d’Orléans ont en effet dû se résoudre à quitter le XVIe arrondissement pour bénéficier d’un cadre de vie certes moins conforme à leur standing mais mais financièrement plus avantageux. Ceci étant, Jean a souvent exprimé qu’il était heureux à Dreux et ce avant même de s'y implanter à demeure. 

La noblesse rentre ainsi  dans le rang de ces néo-drouais, fuyant la capitale et sa proche banlieue pour goûter aux plaisirs de la vie provinciale. Ce n’est pas révolutionnaire, juste un signe des temps où le titre ne fait plus la Une.

11 avril 2008

Entrons dans la ronde

513114043.jpgCe week-end, n'hésitez pas. Filez au chemin de ronde, exceptionnellement ouvert le temps des Floralies. Car le reste de l'année, sécurité oblige, le passage est fermé. Ce qui nous prive des joies d'une balade sur les contreforts de la Chapelle royale et d'une vue imprenable sur Dreux. Enfin vous pouvez toujours faire un tour sur les hauteurs de la Grande falaise pour le panorama mais rien que pour le charme de l'endroit, je vous recommande vivement d'oublier Drucker et Chuck Norris pour une promenade au grand air. C'est d'ailleurs fou ce qu'il y a comme sentiers dans la ville, de raccourcis, d'alternatives pédestres aux contournements routiers pour accéder d'un coin à l'autre. La campagne dans la ville, ça existe encore, profitez-en!
Lisez également Pierlouim, auteur un post remarquable sur le sujet.

 

01 mai 2007

En tenue de Gala

medium_S6005083.JPGDreux à l'honneur dans un magazine people. Ca change des baromètres politiques ou des publi-reportages façon Figaro Magazine ou le Point. Bon, ne nous emballons pas non plus. La cité drouaise ne sert que de décorum à l'article de Gala consacré au Duc d'Orléans alias Jean de France, duc de Vendôme et héritier du trône descendant de Hugues Capet, Saint-Louis, Henri IV, Monsieur, frère de Louis XIV... Le format A3 de la carte de visite ne suffit pas. Jean qui prend la pose en tenue de chasseur - tendance gentry - devant la Chapelle Royale pour soigner sa com'. Très chic.

Le prince de France, célibataire de 41 ans, apprécie son pied à terre drouais - Petit rappel pour les non-initiés : la Chapelle Royale est la nécropole de la famille d'Orléans. Libéré de ses affaires ou du protocole, il essaie d'y être "au moins une fois par mois [...] Ici, je suis heureux". Et l'hebdomadaire d'ajouter dans un élan lyrique "Du chemin de ronde et ses murailles médiévales aux vitraux flamboyants dessinés par Ingres, en passant par les jardins à l'anglaise et à la porte d'Henri IV, la beauté des lieux bouleverse ce prince esthète".

Dreux, c'est vraiment la vie de château. Avec ou sans roi.