Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 septembre 2008

Cacaphonie

Rue du mur, on se lamente. Pensez-donc. Le sol est jonché de crottes de chiens. Ce n'est pas moi qui l'affirme. Je reprends juste les propos de Guy Roussel, l'homme au Karcher, sous la plume de Pascal Boursier dans l'Echo Républicain. Selon notre brave agent municipal, nous trouvons là "la rue la plus sale de Dreux".

"Je ne comprends pas : il y a pourtant des canisites et de petits sacs à la disposition des gens". Et "il n'ya pas que les chiens qui se soulagent" paraît-il...  Pas très glamour pour une ville qui se veut à la pointe de la gestion des déjections canines.  Côté face, vue du square de la République, les maisons de la rue du mur offrent pourtant un visage romantique avec terrasses fleuries et lavoirs. Mais côté pile, c'est la cour des miracles...

Dreux 1431.jpg

Voilà donc une nouvelle occasion de relancer le débat sur les canisites et les Toutounets. Quel est le problème? S'agit-il d'un relâchement coupable des propriétaires de chiens? Un "croupuscule" extrémiste revendiquant le droit de déféquer en tout lieu? Un défaut de signalétique? De communication? On pourrait alors, par exemple, poser sous chaque panneau "ville sous vidéo-protection", une mention spéciale : "Canisites et Toutounets". Mais serait-ce suffisant? On pourrait suggérer la création d'une brigade anti-crottes sur la voie publique. Ou délivrer des couches culottes spéciales pour chiens?

Un nouveau dossier sensible à gérer pour les services techniques de la ville...

20 février 2007

Aux Canisites, ton chien fera ses besoins

medium_Dreux_110-1.jpgLa gestion des déjections canines, outre sa mission de salubrité publique, révèle  l'envergure d'un élu de la nation. Rappelez-vous... Quand Jacques Chirac  lança ses moto-crottes à l'assaut des trottoirs parisiens, Gérard Hamel, qui fut Chiraquien avant d'être Sarkozyste, sentit l'appel du devoir. Un grand homme politique a le souci des basses besognes à hauteur de caniveau. Bille en tête, il enjoignit sa conseillère chargée des parcs et jardins de remédier au spectacle désolant de l'étron libre et ses conséquences pour les flâneurs étourdis. De cette réflexion, naquit en 2001 le Canisite, espace clos de belle densité, généralement situé sous frondaisons et équipé de "Toutounets" - sacs en plastique pour retirer la déjection, délivrés par un distributeur. L'idée est fameuse et l'on vous invite à lire l'interview de son instigatrice ainsi que quelques conseils avisés pour bien fréquenter les lieux.

Petit bémol toutefois. Il apparait désormais qu'on trouve plus facilement une aire d'aisance pour les chiens que des toilettes publiques. L'affaire du parking Métézeau est là pour le rappeler. On recense 11 canisites. Pour combien de pissotières? 

 

medium_Feb09_08-1.JPG

 

medium_Feb09_09-1.2.JPG