Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 avril 2010

Camera obscura

Il y a quelques semaines Gérard Hamel et Valentino Gambuto se sont gentiment échauffés à propos de la vidéosurveillance. Le chef de file de l'opposition demandait des comptes sur l'efficacité des cameras installées en ville. Ce à quoi le Maire lui répondit qu'il était difficile d'établir un bilan car "le problème de la sécurité est un problème global" (in La Rep, 3 avril 2010).

Dreux 386.jpg

Voilà une parole sensée mais qui ne va pas forcément dans le sens des autorités politiques de droite. Brice Hortefeux, notre arithméticien de l'intérieur, défend bec et ongles un système qui selon lui réduit par deux la délinquance des communes équipées de caméras de surveillance. Une assertion presque sortie du chapeau car hormis un rapport relayé par le Figaro, il n'existe aucune étude sérieuse en France sur la vidéosurveillance. On aurait tout aussi bien pu évoquer les nuits de pleine lunes ou le réchauffement climatique pour justifier cette baisse. Voire une trève passagère des malfaiteurs. Car il est extrêmement complexe de trouver des critères et des indicateurs pertinents qui permettent d'isoler le facteur "vidéosurveillance" parmi tous ceux qui peuvent expliquer des variations de la délinquance.

En Grande-Bretagne, pays champion du monde de la vidéosurveillance avec plus de 4 millions d'appareils, on devient sceptique sur les bienfaits du système. Un rapport officiel a notamment établi qu'à Londres 80% des images étaient inutilisables et 3% seulement des vols auraient été résolus grâce à la vidéosurveillance. Si bien que les autorités remettent sérieusement en question un tel déploiement technologique.

En France, nos gouvernants et la presse de droite persistent à considérer l'action dissuasive des caméras quitte à se faire plus discret quand il s'agit de démontrer leur efficacité à identifier les auteurs d'un crime ou d'un délit. En fait, la videosurveillance permettrait surtout  d'accélerer une enquête seulement quand on sait qui et où chercher. Dans ces conditions autant avoir des modèles factices car ce luxueux matériel urbain a un coût : près de 40 000 euros pour installer une camera auxquels il faut ajouter 24 000 euros de fonctionnement (Source Les Echos 16/10/2007).

A Dreux, "ville sous vidéoprotection", nous sommes bien évidemment concernés par le sujet. Mais entre une technologie aux résultats aléatoires et une délinquance se jouant habilement des caméras, quel bilan peut-on tirer? Que les contraventions pour mauvais stationnement ont explosé?

17 avril 2010

Faites vos jeux

On oublie trop souvent que Dreux a produit quelques uns des esprits les plus brillants du canton des trois vallées. Bon, ils ne sont pas tous très connus du grand public mais peu importe la gloriole pourvu qu'on ait le talent! D'ailleurs, vous avez peut-être sans le savoir un génie des lettres ou un kamikaze de l'algèbre pour voisin. Autant de valeur cachée qu'il faut savoir exhumer de temps à autre. Alors le comité des fêtes organise ce week-end le XIVème festival des jeux de l'esprit. Vous y trouverez toutes sortes de compétitions mentales à fort potentiel intellectuel.

Pour vous mettre l'eau à la bouche, voici un petit exercice de niveau 1 - c'est à dire réservé aux mous du bulbe rachidien. Je me suis laissé aller au jeu en publiant ma composition plus bas, en zone "commentaires". Voilà un nuage de tags. A vous d'écrire une histoire en employant chacun de ces mots.

jeux esprit.jpg

15 avril 2010

Candidat à l'appel

Jeudi dernier, l'émission "Envoyé spécial" présentait un reportage sur les "centres d'appels", ces plate-formes téléphoniques où des téléconseillers cherchent à nous vendre un abonnement télé ou de nouveaux services pour notre téléphone portable. Pour illustrer le sujet, une équipe de tournage s'est rendue à Dreux, chez Phone Marketing...


call center Part 1
Regardez les dernières vidéos d'actu.

Nous découvrons dans ce reportage un Mourad Souni fort télégénique en tête de gondole, très à son aise pour motiver sa troupe de télévendeurs, le sourire de façade même quand on lui raccroche au nez. Le bon chef d'équipe qui applique avec déférence les sacro-saints principes du management néolibéral. Ceux fondés sur l'individualisation des objectifs, des responsabilités, des pressions, des évaluations et des sanctions.

Vous le savez peut-être, Mourad fait aussi de la politique au Parti Socialiste. Il est même élu municipal. Autant dire qu'il sait de quoi il parle quand il évoque "la valorisation du client" et "la recherche du oui". La passerelle semble presque établie entre son activité professionnelle et sa carrière politique : les formules toutes faites à répéter cent fois, les objectifs à atteindre, les études comparatives, l'équipe à motiver, les discours positifs... l'entraînement idéal pour le candidat Souni en vue des prochaines campagnes électorales. On a hâte de voir ses performances.

01 avril 2010

Gare aux illusions

Le 31 avril prochain, pendant quelques instants, la gare de Dreux va disparaitre (comme) par magie. Les usagers de la SNCF n'y verront pas vraiment de différence au regard du lent déclin de cette institution des transports publics.  En revanche les amateurs d'illusion seront sans doute épatés par ce spectacle orchestré par Eric Ducy, un ancien drouais aujourd'hui star de la prestidigitation.

Dreux 215.jpg

Cette attraction, en plus de ses vertus divertissantes, va surtout permettre de simuler l'une des propositions du projet "Coeur d'agglo" qui consiste à déplacer la gare et ensevelir une partie de la voie ferrée.

En effet, confrontés à un vision breakdown - autrement dit un manque d'inspiration pathogène bloquant les chefs de projet dans leur projection structurelle - architectes et urbanistes hésitent. Pire, ils se neutralisent. Pendant que certains envisagent la construction d'un pôle de compétence hi-tech, genre de Silicon Valley du développement durable, les autres suggèrent de prolonger le centre ville jusqu'aux Rochelles, l'actuel emplacement de la gare devenant ainsi une vaste zone commerçante.

Pour permettre aux experts d'y voir plus clair, le comité de réflexion du "Coeur d'agglo" a donc décidé de se projeter in-situ grâce au talent d'Eric Ducy. Les services municipaux organiseront à cette occasion une soirée spectacle avec la grande parade de l'amicale de twirling bâton drouais et de la brigade des sous-mariniers de la Blaise. Pour le 31 avril, réservez déjà votre soirée. Vous n'en croirez pas vos yeux!!

NB : Il est vivement déconseillé aux personnes désirant assister à l'évènement de se déplacer en train : elles risqueraient de ne pas arriver à l'heure.

26 mars 2010

Oncle Gérard

Les élections régionales ont rendu un verdict assez sévère pour la majorité locale. Dans les bureaux de vote drouais, la gauche l'emporte assez nettement (53,28% contre 32,59% à la droite et 14,31% au Front national). On retient également l'écrasant taux d'absentention (68,53% au premier tour contre 61,97% au second).

Gérard Hamel, pensant jouir d'une influence rayonnante sur l'agglomération s'était pourtant pris pour l'oncle Sam entre les deux tours en adressant un courrier aux drouais intitulé "j'ai besoin de vous" et dans lequel il les enjoignait fissa d'aller voter UMP.

Mar25_01.JPG

Sur le coup, j'ai eu envie de lui répondre "Moi aussi Gérard, j'ai besoin de toi! J'aimerais tellement que tu trouves du travail à ma belle-soeur comme tu lui avais promis aux dernières municipales. Avoir un beau logement avec vue sur la Blaise dans un coin calme. Nager dans une piscine municiple. Fréquenter de beaux magasins en Centre ville avec de bons charcutiers. Rouler sur des chaussées lisses comme un oeuf. Covoiturer dans ta rutilante Vel Satis..." et puis je me suis ravisé considérant gravement ce vibrant appel comme si l'avenir de la région dépendait de moi, de vous, enfin de nous, drouais. Je me suis alors senti investi d'une noble responsabilité et honoré qu'une telle personnalité en appelle à mon bon sens civique pour inverser le cours de la gestion politique d'une Région vouée - je reprends les termes de sa lettre - à "l'inertie" en cas de victoire d'une gauche refusant "tout pojet ambitieux par pure idéologie" et dont l'action provoquerait une nouvelle augmentation des impôts "encore et toujours"...

Soit. Mais en sortant de chez moi, voyant l'état des rues et des routes encore défoncées par les intempéries hivernales, entendant au loin les motos et quads pétaradant comme un 14 juillet place du Trocadero, tombant sur ma dernière facture d'eau, constatant que certains élus téléphonaient en conduisant - au mépris des règles élémentaires du code de la route - pensant à ces fermetures d'écoles par mesures d'économie, regrettant que la carte orange n'aille pas jusqu'à Dreux compliquant ainsi la vie à tous les drouais qui travaillent en région parisienne... je n'avais plus la foi pour voter. Jean-Pierre Larsonneur, Josette Philippe ou Valentino Gambuto pouvaient être les meilleurs représentants de mes préoccupations, le faible écho de ma voix ne résonnerait jamais jusqu'à Orléans.

Gérard, désolé pour cette volte-face, j'aurais tant voulu t'aider. Avoue tout de même que ton audacieuse manoeuvre a échoué. Tu pensais peut-être faire autorité comme ces vieux maires dont la parole est d'évangile auprès du bon peuple. Mais les temps changent et le comportement des électeurs avec. Alors profil bas, tenons-nous en aux faits : je ne suis pas un bon citoyen et tu n'es pas un politicien si influent qu'il n'y paraît.