Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 janvier 2008

Ca balance pas mal par ici

677c6c0724f37e96fc2f83664d15132d.jpgVoici venu le temps des piques et des vlans. Rien d'étonnant à ce que les coups tordus partent comme des flêches : les élections approchent. Alors, les langues de vipères se délient, on fait feu de tout bois et on fait péter des bombinettes à retardement. Une coutume qui arrive toujours à point nommé.

La méthode employée dépend généralement de la sensibilité des experts en guérilla politique. Certains préfèrent travailler à la dynamite, d'autres à l'acide caustique ou au vitriol. Il y aussi les adeptes de la planche à savon, très efficace pour précipiter un adversaire vers la sortie. Peu importe les moyens pourvu qu'on atteigne la cible.

Dans les rangs de la majorité municipale, on essuie actuellement une pluie de hallebardes plutôt bien acérées. Un vrai temps de saison, disais-je.

Résumé d'une intrigue en quatre actes qui aurait pu s'intituler "Du rififi autour des vieux" ou "Les Borgia en Durocassie". Les costards ne sont pas signés Donald Caldwell et la mise en scène reste à ce jour anonyme.

Acte I : Une octogénaire, résidante d'un foyer pour personnes âgées, retrouve son livre "Scandales dans les maisons de retraite" gribouillé d'un  "C'est de la merde" et signé du Docteur Pascal Rossion, adjoint aux sports, manifestement peu disposé aux impressions poétiques. 

Acte II :  Josette Philippe, adjointe Proximum du quartier St Eve, serait soupçonnée de maltraitance par d'anciens salariés de la fondation Esmery-Caron, maison de retraite dont elle a été directrice pendant 24 ans. Seulement aucune plainte n'a été déposée et l'accusation se base uniquement sur des témoignages auprès d'un huissier (sujet tout ce qu'il y a plus de sensible abordé par la Rep avec tout ce qu'il faut de pincettes).

Acte III : On vise à déstabiliser Gérard Hamel à travers ses deux lieutenants. Qu'à cela ne tienne, l'artillerie lourde est dans le placard du Beffroi et ne demande qu'à servir. Le Maire ne tient pas à commenter l'affaire "Philippe" mais prépare sereinement la riposte.

Acte IV : Les séniors préparent également leur révolte en votant massivement dès le premier tour. Pour qui? Le suspense demeure entier.

Ainsi s'écrit ce fabuleux spectacle dramatique  - et parfois consternant - où se mèlent complots, calomnies, provocations, coups bas, maladresses... Bref, la campagne est lancée sous les meilleures hostilités et promet bien d'autres escarmouches. Au fait, Josette Philippe et Pascal Rossion, ils aiment les vieux? 

05 janvier 2008

Décryptons un peu Gérard Hamel dans le texte

d42f269e7ac7f7930fdfeb5e03a75a54.jpgComme certains d'entre vous, j'ai reçu juste avant Noël une feuille format A4 signée Gérard Hamel. Notre distingué Maire s'y exprime en adoptant un style assez proche de la lettre de motivation pour déclarer sa candidature aux prochaines élections municipales. C'est un peu normal pour un homme désireux de reconduire son contrat de travail. Et puis ça tombe bien car, d'emploi il a été et il en sera question. Je ne l'invente pas, c'est en exergue sur ledit document. "La bataille pour l'emploi s'est aussi trouvée au coeur de notre action". (Au passage vous noterez l'abus de termes aux accents de campagnes napoléoniennes : "défi", "bataille", "coup", "victoire", "opérations", "effort", "maux"). On apprend aussi que  " le développement du commerce et les installations de nouvelles entreprises dans le bassin drouais nous permettent de passer pour la première fois [depuis quand? NDM] sous la barre des 10% de chômeurs". Sans vouloir une nouvelle fois polémiquer sur le mode de calcul du nombre de chômeurs, j'aimerais savoir si les demandeurs d'emploi drouais ont trouvé des postes dans l'agglomération? Combien d'entre eux ont été radiés des listes de l'ANPE? Combien d'emplois ces commerces et ces entreprises ont-elles générés ? Juste pour éclairer ma lanterne.

Sur ce thème, Gérard Hamel se montre toutefois pragmatique et c'est tout à son honneur. Pour juguler le chômage, il  faut accroître l'implantation d'entreprises dans la région, coller au plus près l'offre de la demande, accentuer la formation. Bien. Mais la désindustrialisation a bouleversé l'équilibre économique d'une ville traditionnellement ouvrière. Il y a aujourd'hui des emplois à prendre mais pas de profils qualifiés. Est-ce reconnaître que les mutations économiques n'ont pas été appréciées à leur juste niveau et que les plans de reclassement professionnels n'ont pas été à la hauteur des nouvelles perspectives du bassin d'emploi? Si c'est le cas voilà où s'est arrêtée la vision du politique. Au seuil du sinistre.

Les années à venir s'annoncent cruciales. Toute la stratégie d'attractivité (aménagements urbains, cadre de vie, zone commerciale, pépinière d'entreprises...) est désormais structurée. Il reste au futur Maire à assembler le nouveau puzzle de la ville en y intégrant cette fameuse "richesse" qui permettra son développement économique. Telle sera la prochaine étape, la prochaine pierre à poser à l'édifice. Et après? Dans sa lettre, Gérard Hamel, n'évoque pas la politique sociale, l'environnement ou même la culture. On laisse tout ça à la gauche?

Peut-être faut-il encore attendre... Comme cette liste qui doit allier "expérience, compétence et disponibilité". Ce qui signifie : on prend les mêmes avec 2-3 nouvelles têtes bien faites qu'on emploiera pour les sales besognes. On parie? 

 

17 décembre 2007

Spéculons sur la future liste de Gérard Hamel

02e4dfbe9e8add22b21b96cd765c2147.jpgOui spéculons, parce que pour le moment, notre "Gégé" local reste évasif sur ses ambitions municipales. Pendant que ses rivaux sont déjà en ordre de bataille, lui travaille, visite les quartiers, débat, serre des pognes... Les élections municipales? C'est tout juste s'il y pense. Mais que ses fidèles partisans se rassurent : il devrait, dans les prochains jours, rendre officielle sa candidature.

En route pour une nouvelle campagne. Oui mais... avec qui?
Cèdera-t-il à la stratégie sarkozienne en proposant une liste d'ouverture? Reconduira-t-il les sempiternels élus de droite, vissés à leur siège pour certains depuis 25 ans? Ou bien intronisera-t-il quelques jeunes pousses déjà bien en vue dans le paysage local?

L'avertissement des derniers scrutins électoraux a-t-il été ressenti à sa juste mesure par le député-maire?
On se souvient des remaniements opérés cet été aux Oriels pour donner bonne contenance à une majorité locale, largement désavouée dans certains quartiers de la ville. Mais on ne soigne pas les hémorragies avec un pansement. Le bon sens d'un maire réceptif aux signaux de ses administrés conduirait à proposer une liste d'ouverture avec un renouvellement notable de ses colistiers.

Dans cette hypothèse, il ne serait pas surprenant de retrouver du sang neuf sur la liste de la majorité sortante. Et puis, je sens bien Miled Zrida, écarté des primaires socialistes, obtenir quelque chose...

11 octobre 2007

Des crosses pour un rallye

Je le dis comme je le pense, les courses automobiles me gonflent. Entendre pétarader des moteurs, crisser des pneus, respirer du concentré de gaz carbonique, très peu pour moi. Et quand en plus, certains énergumènes prennent un malin plaisir à faire vrombir leur caisse et prolonger leur virilité à grands coups d'accélérateur et de dérapages contrôlés, je dis stop. Nous vivons dans un autre monde. Alors vous pensez bien que le w/e prochain, je serai très loin du circuit du Bois-Guyon, où se déroulera une compétition d'élite de rallycross.

ae1024120ea6a1e76693a027fd2bc0e9.jpgL'intérêt de ce rendez-vous se situe hors-piste, là où les crasses font leur lit. Il y a quelques semaines, quelques saillies verbales ont résonné dans le landerneau drouais. Gérard Hamel, notre distingué maire, faisait valoir son autorité politique et publique pour écarter celui qui a osé le critiquer durant la dernière campagne des législatives. En première ligne du crime de lèse-majesté, Jean-Pierre Gaboriau, premier magistrat de Châteauneuf en Thymerais et candidat du Modem lors du dernier scrutin local. Cet accorte médecin, passionné de sports mécaniques et co-fondateur de l'écurie organisatrice de l'épreuve, officie plus de 20 ans au PC médical des différentes courses qui se tiennent dans la région. Que s'est-il dit précisément? Quels mots blessants ont été employés? Seuls les intéressés et quelques fins observateurs de la vie politique drouaise le savent. La sanction, elle, est bien reçue. Purgatoire pour le félon du centre qui sera éloigné de ses activités au rallycross. Histoire de goûter l'huile avec laquelle notre Gégé se chauffe.

Mais voilà, pour que l'épreuve se déroule dans les règles édictées par la Fédération Française de Sports Automobiles (FFSA), deux médecins et un réanimateur doivent être obligatoirement présents sur le circuit. Avec l'éviction du Docteur Gaboriau, les comptes ne sont plus bons et la survie du rendez-vous automobile devient précaire. Enfin un bon toubib, disponible sur deux jours, ça doit bien se trouver dans la région, non?

Je ne connais pas le fin mot de l'histoire mais la course aura lieu. Hé oui, beaucoup de bruit pour rien. Et puis, sinon, pour ce week-end, préférez la cueillette des champignons ou le gigot d'agneau familial.

27 juin 2007

Libé nous remet une louche de FN

1b6abe247683a323a1cda761550cd06c.jpgCa faisait longtemps que la presse nationale ne s'était pas intéressée à Dreux pour son passé frontiste. Allez à peine quelques mois. Dans le jargon journaleux on appelle ça un marronnier, un sujet qui revient de façon cyclique. Dreux a ainsi son bout de gras médiatique au rythme des élections. On en reparlera à coup sûr l'année prochaine lors des municipales.

Pour cette saison, c'est Libé qui s'est collé à la tâche. Libé a toujours aimé venir à Dreux. Sorj Chalandon et Vanessa Schneider y avaient traîné leurs guêtres en 1995 et 1996 pour y tenir un carnet quotidien entre deux tours de scrutin. Cette fois, l'insigne honneur de fouler la Grande rue et les Oriels est revenu à Stéphanie Binet, qui a délaissé temporairement le rap (dont elle est l'une des grandes spécialistes) pour enquêter sur la disparition du FN du paysage local et rappeler les évènements politiques depuis les années 80. Les vieux drouais connaissent déjà l'histoire. Les plus jeunes apprécieront l'aperçu du contexte. Pour ceux qui souhaitent rentrer dans le détail et découvrir l'ambiance pré-électorale de 1983, je vous invite à consulter les actualités d'époque sur Dreux d'hier.