Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 mars 2008

Miled et l'ombre de Françoise

1393157823.JPGAinsi donc Françoise Gaspard soutient Miled Zrida. (Sacrée déconvenue, soit dit-en passant, pour le candidat officiel du PS, Valentino Gambuto, qui, hormis quelques clichés en compagnie de François Hollande et Ségolène Royale affichés en vitrine de sa permanence, n'a pas la reconnaissance voire la légitimité qu'il aurait pu espérer). L'ancien maire socialiste de Dreux, qui rappelons le, fut élue entre 1977 et 1983, reste toutefois vague sur les raisons de son choix. Sa bonne bouille? Ses petites lunettes qui lui donnent un côté rive gauche? Son goût pour les intellectuels et la sociologie?? Mystère et boule de gomme. Miled se sent plutôt fier de ce soutien, mais est-ce vraiment un service à lui rendre, surtout lorsqu'on traîne un bilan municipal contrasté? D'ailleurs, que reste-t-il des années Gaspard ? Un plan de circulation, une grande rue piétonne... Aidez-moi, je sèche!!

1209134471.jpgSi je m'en réfère à l'excellent blog Dreux 80, Françoise Gaspard s'est beaucoup investie en faveur de la réhabilitation des quartiers et s'est considérablement impliquée pour l'intégration des immigrés. Investissement et implication ne signifient pas pour autant accomplissement. On retiendra surtout, dans un contexte économique défavorable (licenciements, chomage), une action culturelle omniprésente malgré une gestion municipale critiquée. Elle a voulu décoincer Dreux, bousculer les mentalité et s'est heurtée du coup  à des opposants de plus en plus nombreux et incisifs.

Récemment, dans la Rep, l'ancien édile devenue sociologue a évoqué l'absolue quiété de Dreux le dimanche. Une "ville morte". Pas  vraiment une info car au temps de sa mandature, la ville se caractérisait déjà par une léthargie dominicale. Enfin,  je suis heureux d'apprendre que Françoise Gaspard revient régulièrement sur ses anciennes terres, même si elle le fait en toute discrétion.

28 février 2008

La mauvaise blague du mois

Laurent Leclercq aurait pu faire un médiocre voyageur de commerce. Le genre de type capable de vendre une paire de lunettes à un aveugle. Sans scrupules, avec l'ambition de parvenir à ses fins sans considérer les moyens. Question arnaque, Laurent Leclercq a préféré la politique et à défaut de pratiquer le coup de poing comme ses illustres prédécesseurs, il se distingue plutôt dans l'entourloupe. C'est du moins ce dont parlait la presse ces derniers jours.

Misère et duperie. Le répésentant local de l'extrême droite, paré pour les municipales, est parti bille en tête à la recherche de figurants pour compléter sa liste. Sa stratégie : tournée dans les quartiers défavorisés, porte à porte, on gruge quelques bonnes pâtes en leur demandant de signer un simple soutien qui se transforme à leur insu en candidature. En lisant le journal, plusieurs personnes ont ainsi découvert leur nom dans cette liste de fortune allant à l'encontre des principes élémentaires de démocratie. Certains, désormais conscients de leur méprise, crient à l'abus et en appellent à Gérard Hamel, lequel demande que le procureur de la république soit saisi.

En attendant, Laurent Leclerc a réussi son pari. Présenter une liste sous le nom de "Dreux identité française". A ce jour, aucune plainte n'a été enregistrée par le procureur de la république; la liste est donc valide.

04 février 2008

Cuisines et dépendances

A six semaines du premier tour des élections municipales, ça s'agite furieusement derrière les fourneaux. Entre le gratin de courges et le mou de veau en civet, les candidats préparent activement leurs salades.

Mais où ça donc?
Commençons la tournée des popotes par une triste nouvelle : L'UMP déménage. Exit le porte-bonheur, siège de la permanence des présidentielles et des législatives. La bande à Gégé, sûrement en quête de visibilité, part s'installer place Métezeau, à l'emplacement de feu Intersport. Le PS a déjà emménagé rue d'Orfeuil à la place d'un ancien pressing et le modem occupe depuis belle lurette un petit local rue parisis. Voilà pour les forces en présence et leur QG de campagne. Pas d'adresse connue pour Miled Zrida qui semble préférer battre le pavé ; quant au duo Jaffrenou-Quérité, les réunions se font sur un bout de table quand ce n'est pas sur un coin de zinc.

 

bdae61cbd7298e6522832e6477aa63e3.jpg

Le QG des socialistes, rue d'Orfeuil

 

 

24 janvier 2008

Voie de garage

d7a8cd661a0d4e0e4ecaf35fcfc1907a.jpgOn prend vraiment les drouais pour des bleus. Des bons gars à qui on peut faire avaler n'importe quelle pillule. Mais on n'est pas dupe. Voilà l'histoire. Françoise Duthu, future colistière de Valentino Gambuto pour les municipales, s'est offert un garage pour être éligible. La candidate écolo réside en effet à Marville. Un bled qui ne résonne pas politiquement fort. Alors motivée par sa récente incursion sur la scène locale lors des législatives, elle a donc décidé de poser ses valises à Dreux. Moi qui croyait dur comme vert qu'elle renonçait à tout engin polluant pour se déplacer, utilisant uniquement sa bicyclette pour faire campagne, me voilà confondu. A moins que son fameux garage drouais ne serve uniquement à entreposer son petit vélo.

19 janvier 2008

Le saleur de la paire

d0f5e7f52306951f3d0773e5048ea395.jpgLa parité semble chahuter la virilité de certains prétendants à un siège municipal. L'alternance hommes-femmes sur les listes électorales, cela donne pour Dreux, six adjoints feminins à désigner contre cinq masculins, Gérard Hamel, occupant déjà la place du mâle dominant.  Se sentant quelque peu victime de cette répartition, et en ballotage pas franchement favorable, Jean-Pierre Larsonneur s'est laissé aller à un commentaire couillu lors de la cérémonie des voeux : "Je n'ai pas vocation à me transformer en drag-queen, je ne vais tout de même pas me les couper pour prendre la place d'une femme car je les aime trop". Un trait d'humour à la Tonyglandyl qui prouve qu'on prend soin de ses roustifs du côté de l'hôtel de ville.