Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mars 2008

Un long dimanche de fiançailles

« Triste journée pour aller voter » me confiait Marcel Taupin ce matin. Il faisait effectivement maussade, vous savez quand le pavé est humide, le ciel bas et les nuages gris.

J'allais baguenaudant vers le théâtre – hé oui on ne dit plus la « salle des fêtes » mais le « théâtre » - accomplir mon devoir de citoyen, en pensant à cette remarque de mon ami Marcel. Faisait-il principalement allusion à la météo ou voyait-il en ce jour solennel, un acte sans saveur, sans appétence? J'étais perplexe sur le coup, un peu plus éclairé en arrivant au bureau de vote.

J'y retrouvais ces visages familiers, ces visages creusés par les années, ces visages incrustés dans le paysage politique drouais depuis des décennies. Un étrange sentiment de réconfort mélé de lassitude. A l'écart, des employés municipaux, un rien exaspérés par je ne sais quelle contrainte matérielle, devisaient avec méfiance. Josette Philippe, guillerette, lançait quelques plaisanteries comme si l'issue du scrutin était pour elle une affaire entendue. « On se voit ce soir, hein ». Le champagne était, on peut l'imaginer, déjà au frais.

Avant ça, j'avais fait de l'origami avec un bulletin de vote taille patron difficile à insérer dans une enveloppe au format carte de visite. On nous fait sans cesse la leçon du développement durable, du tri sélectif, du respect de l'environnement, blah-blah et les organisateurs ne sont même pas fichus de trouver un moyen ergonomique et écolo pour nous faire voter.

Et qui est l'heureux élu alors? Oui, je devrais aller à l'essentiel. Donc, Gérard Hamel sort en tête du premier tour (45,60%). Fiancé avec les drouais mais pas encore marié. On note un fort taux d'abstention et une possible triangulaire (à moins d'un report de voix) pour le second tour puisque Miled Zrida dépasse les 10% et Valentino Gambuto obtient un peu plus de 27% des suffrages. Place désormais aux négociations. Moi, je me mets en congé quelques jours des municipales, car, ne l'oublions pas, il y a une vie ailleurs.

1059140581.2.jpg

 

08 mars 2008

Combien toucheront nos futurs élus*?

La question importe peu vous répondront les intéressés puisque la fonction prime sur les émoluments. Pourtant en ces temps de vaches maigres quelques pièces sonnantes et trébuchantes sont toujours un réconfort pour le porte-monnaie.

Ces informations vous les trouvez sur le site du ministère de l'intérieur. A Dreux, le futur maire devrait toucher 3 228, 34 euros ; 1 183,72 euros pour ses adjoints et 215,22 euros pour ses conseillers. Gérard Hamel précisait il y a peu que son salaire de maire était plafonné à 1300 euros en raison de ses autres mandats (Président de la CAdD et député).

Les conseillers généraux empocheront pour leur part 1 434,80 euros.

* Les salaires sont exprimés en brut

07 mars 2008

Sachons reconnaître l'homme/la femme de terrain

L'art de serrer cinquante pinces à la minute n'est pas à la portée de tous. Parlez-en à David Martinon. Il faut faire preuve à la fois de fermeté et de souplesse dans le mouvement phalangien pour atteindre ce stade d'excellence. Aussi, regardons de près la physionomie des mains de nos candidats.

1660434748.jpg

 

Observons maintenant attentivement leurs pieds. Ou plutôt, leurs chaussures. 

1406289751.jpg

 

Vous distinguez automatiquement les vrais routiers, ceux qui usent leurs semelles à parcourir l'asphalte, des ronds de cuir téléportés instantanément d'un point à l'autre par les services d'un aimable chauffeur.

Vous les avez reconnu, bien sûr.

Les mains, les pieds : deux indices pour identifier les vrais hommes et les vraies femmes de terrain et de proximité.

06 mars 2008

Grande pompe et cirage

Chers concitoyens, si vous n'étiez pas au théâtre hier soir, vous avez raté le BIG meeting de cette campagne avec, en guest-star, Gérard Hamel et sa troupe, "Tous fiers d'être drouais". Et fiers, les colistiers avaient des raisons de l'être, défilant comme des mannequins au moment des présentations, sous les riffs du "Highway to Hell" (curieux symbole!) d'AC/DC et dans une salle plus réchauffée que surchauffée mais une salle bien remplie tout de même. Premiers à l'applaudimètre, Mounir Chakkar, Tayeb Touazi et Ingrid Virlouvet, avant l'arrivée majestueuse de Gégé Ier, traversant l'allée centrale au ralenti pour distribuer ça et là quelques poignées de mains et bises électorales. L'équipe au complet, assise et massée sur scène, la représentation débutait par les témoignages d'un étudiant en stylisme, d'une présidente d'association et d'un chef d'entreprise entièrement acquis à la cause du député-maire. Ensuite, rien de spécial à signaler. Enfin, je ne sais plus, je me suis rapidement assoupi. Ah si : Gégé me rappelle de plus en plus Joe Pesci quand je le vois de profil. Sans doute à cause du brushing. 

1864133995.JPG

 

05 mars 2008

Le parti d'en rire

1882563030.jpg

Le contexte des municipales passionne un peu, beaucoup, pas du tout. Dire que la ville est fiévreuse et tourmentée à l'approche du scrutin serait un peu exagéré. Des tas de programmes circulent, des réunions d'information se tiennent aux quatre coins de Dreux mais je ne connais pas pour autant les candidats. Je ne sais pas ce qu'ils valent en tant qu'êtres humains et je tiens à élire un homme avant un projet. Alors je me suis fendu d'un petit questionnaire à l'adresse des candidats. Un rien perfide, tout juste décalé. Pour en finir avec les sempiternels : "Que comptez vous faire pour l'emploi?" ou "Comment résoudre les problèmes de voiries?" qui sont indispensables mais davantage du ressort des journalistes locaux, bien plus compétents que moi pour aborder ces points cruciaux.

J'ai donc pondu un court texte d'introduction pour présenter mes intentions à chaque candidat avec les fameuses questions dont voici le contenu.

"Madame, Monsieur,
J'anime le blog « Clochemerle-les-Dreux » et dans le cadre des élections municipales, je souhaite présenter, à ma manière, chaque candidat. Pour répondre à cette démarche, je vous propose de participer à une interview « décalée » par e-mail.
[...] Je tiens à préciser que vos réponses seront retranscrites stricto sensu. En vous remerciant de votre attention et de votre contribution,

Cordialement,
Jack
http://dreuxexmachina.hautetfort.com/


De quoi manque-t-on à Dreux?

Quelles sont vos cinq raisons de croire en la politique?

Vous vouliez faire quoi quand vous étiez petit?

Vous vous déguisez en quoi à un bal costumé?

Quels sont, selon vous, les devoirs d'un maire?

Si vous aviez un conseil à donner à Sarko, ce serait...

Vous chantez quoi sous votre douche?

Qu'est-ce que vous voyez de votre fenêtre?

Qu'y-a-t-il dans votre frigidaire?

Qu'est-ce qui vous fait rougir?

Vous chaussez du combien?

Qu'est ce que vous ferez si vous n'êtes pas élue?"

 

Résultat des courses. Nada. Zéro. Bon c'est pas le questionnaire de Proust, mais ça mange pas de pain et ça prend pas trop de temps pour y répondre. Trois ont ignoré l'appel, une a "gentiment " décliné l'invitation (Gisèle Quérité), un s'est ravisé après avoir été favorable au projet (Stéphane Pavot).

Au moins, nous avons des candidats sérieux qui ne se prêtent pas facilement à l'autodérision et manifestent au contraire, une noble opinion de leur engagement. Ceci étant, j'ai connu des hommes et des femmes politiques bien plus à l'aise avec la bouffonnerie.

Restons sages, donc. Ne sortons pas des clous et tenons-nous en aux déclarations strictement politiciennes du club des cinq. A cet égard je vous invite vivement à consulter l'excellent travail du blog "les Bâtes autrement" qui a réalisé des vidéos filmées des candidats. Quant à moi, j'abandonne toutes velléités d'interview : je dois manquer de tact.