Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 mai 2008

Agents d'ambiance

Thierry Roland avait l'habitude, du temps de ses vociférations footballistiques, d'employer une formule passée à la postérité pour désigner les duels un poil virils. Ca donnait : "Ah, ces deux-là ne passeront pas leurs vacances ensemble".

A partir de cet aphorisme, je me suis demandé quelle était l'ambiance au sein du conseil municipal. Quelles étaient les dissensions entre gens de même bord? Qui Gérard Hamel emmènerait-il sur son voilier de Quiberon? Renseignements pris (séances de CM, bruits de couloir, espionnage, filature, gorge profonde...) voilà, en exclusivité, les grandes tendances relationnelles :

 

Les culs et chemises

1179376143.jpg
1122580107.jpg

 

Les "je passerai pas mes vacances avec toi, même pas au club Med de Corfou, celui avec jacuzzi, open bar et atelier Macarena"

1442743362.jpg
1007145623.jpg

 

Les chouchous de Gégé

1184424254.jpg

 

La mal-aimée

75618447.jpg

 Le meilleur espoir féminin

1680579466.jpg

 

Pour connaître les noms et attributions de ces messieurs-dames, je vous invite à consulter le site de la mairie, sur lequel je reviendrai dans un prochain post.

09 avril 2008

A boulet rouge

Quelques semaines après leur défaite aux muncipales, les socialistes drouais n'en finissent pas de règler leurs comptes. Au ban des accusés cette fois, Miled Zrida, candidat dissident et cible d'une attaque retentissante de la part de Gisèle Boullais, colistière de Valentino Gambuto.

"Miled Zrida a trahi et n'a pas respecté les règles du jeu de la démocratie. Il a tout fait pour faire perdre Valentino" avant de lâcher une rafale sur "ceux qui tirent les ficelles de la gauche drouaise : Françoise Gaspard, Maurice Ravanne et la franc-maçonnerie locale".

Boum. Déclaration tonitruante pour une toute jeune conseillère municipale qui pratique la communication à la dynamite. En visant les francs-maçons, elle aurait dû savoir qu'elle s'exposait à une levée de bouclier générale et la contre-attaque ne s'est pas faite attendre. Florilège de la vindicte, extrait de l'Echo et de la Rep:

Jean-Pierre Lesage (Candidat PS aux municipales de 2001) : "Il n'est pas étonnant de voir des maçons dans mon entourage puisque je le suis moi-même. Mais en 2001, j'ai bel et bien été désigné par les socialistes pour mener la liste. Et de toute façon, tout le monde sait que le Grand Orient est majoritairement à gauche [...] Les allusions selon lesquelles une société tirerait les ficelles sont fausses. La plupart sont connus et relèvent du domaine privé. Les vieux démons resurgissent lorsque l'on a pas d'arguments [...] Le PS s'appauvrit intellectuellement. Quelque part, ça ne me regarde plus, mais si j'y étais encore, je proposerais la création d'une autre section section socialiste. A Dreux, le PS n'est pas à gauche et hormis Birgitta Hessel, ils n'ont aucune culture politique". 

Miled Zrida (Dissident PS) : "Après ses propos, la logique voudrait qu'elle démissionne de son poste de conseillère municipale [...] Le premier des socialistes aurait dû se prononcer publiquement sur ces propos"

Patrick Jouteau (Maire PRG de Crécy-Couvé) : "Peut-être faudrait-il lui apprendre l'histoire de Dreux et de Maurice Viollette, qui était  aussi franc-maçon. ce sont des propos qui ne donnent pas envie de faire de la politique, mais plutôt envie de vomir"

Birgitta Hessel (PS, Conseillère régionale) : "La déclaration de Mme Boullais me donne la nausée [...] Contrairement à l'intitulé de sa liste "Dreux pour tous", elle ne souhaite pas que la ville soit réellement pour tous".

Voilà le travail. Aussi, je me permets de suggérer à Madame Boullais la lecture de cet ouvrage pour lui éviter tout désagrément ultérieur.

772533361.jpg

 

PS : Voir également les nombreuses réactions sur le site de l'Echo républicain

 

28 mars 2008

Tarte à la crème

1452465932.jpgValentino Gambuto est un gourmand. Il se ferait bien un petit pot de beurre avec la fraîche qui va avec et s'offrirait en plus les charmes courtois de la crémière. Seulement la crémière en question l'a mauvaise depuis qu'on l'accuse d'avoir généreusement dispensé ses attributs laitiers à de concupiscents électeurs tellement tourneboulés que leur bulletin de vote aurait changé de saveur.

La vie de Valentino ne ressemble pourtant pas à une fable, ni un conte de fée. Recalé deux fois aux élections, gentiment raillé par certains membres de sa famille socialiste, le challenger de Gérard Hamel persiste à croire qu'il a encore un avenir politique sur la scène locale. Défait de 40 petites voix aux cantonales, il vient d'introduire un recours en annulation car, de sa propre analyse, "la distribution de produits laitiers depuis le local de l'association Femmes Plus, par des personnes proches de la mairie a pu influencer les électeurs".

L'argument est pittoresque. Un peu light tout de même. Mais on ne peut plus sérieux. L'affaire remonte au deuxième tour des cantonales, au bureau de vote de Paul Bert où à quelques encâblures, Fatima Karboubi, présidente de "Femmes plus" et proche de Gérard Hamel, distribue un lot de 36 000 yaourts généreusement offert par un partenaire de l'association à destination de ses membres. Collusion électorale, piaffe le camp socialiste. Simple démarche philantropique, tempête Fatima Karboubi.

Quoiqu'il en soit, à moins d'un hypothétique troisième tour, Valentino Gambuto a laissé passer sa chance. Maurice Ravanne regrette d'ailleurs les options stratégiques du candidat "La partie était jouable pour la gauche. Je crois que c'était une erreur de courir plusieurs lièvres à la fois. Le canton de Dreux-ouest était prenable. Valentino aurait dû se concentrer sur cet objectif. En outre, même si tout le monde connaît les qualités de Gisèle Boullais [sa suppléante], il est incontestable qu'un ticket urbain-rural aurait été plus efficace sur le plan électoral". Avant de conclure, piquant, "Il suffit de se balader un peu dans les quartiers, d'écouter les gens, pour mesurer qu'il n'a pas un charisme suffisant pour emporter les suffrages" (In la Rep). Moralité : Rien ne sert de courir deux lièvres à la fois car la crême risque de tourner.

17 mars 2008

Champagne et cacahuètes

A peine élu, vous pensez bien que Gégé et ses ouailles ont fait péter les bouteilles et la sono à la permanence de la place Métézeau. Je n'y étais pas - pas convié et bien trop affairé à regarder les Experts - mais en passant ce soir devant le local, je me suis imaginé leur bamboche, à partir de quelques preuves:

1958958756.JPG
1880109368.JPG

21h30. Après un discours convenu de remerciements, Gégé Ier et sa cour se rendent à la permanence de "Tous fiers d'être drouais". Sur place, ils sont accueillis sous un tonnerre d'applaudissements par les fidèles bénévoles qui ont dressé les buffets et tendu les calicots à la gloire du souverain. Les premiers bouchons sautent dans un barnum de conversations, sonneries de téléphone, gloussements stridents et rires grassouillets. Jacques Lemare, tout auréolé de sa courte victoire aux cantonales, débarque à son tour, mais sans provoquer la moindre effervescence. Gégé, plein de bonhommie, lui offre une coupe, trinque avec Tayeb Touazi à la défaite de Michel Lethuillier. Le sound system crache "I will survive", l'hymne des vainqueurs. Josette Philippe mime à la perfection la chorégraphie de YMCA. Dans la frénésie de la soirée, Pascal Rossion, alliant le geste à la parole pour expliquer la technique du petit pont à Stéphane Le Barbey, se prend les pieds dans le tapis et renverse le bol de pistaches que lui tendait Catherine Rault.

Depuis, les affiches du candidat Hamel ont été retirées. Les sièges et les tables, rangées. Par contre, le ménage n'a pas été fait et on a oublié de passer l'aspirateur. Ca fait désordre tout de même.

16 mars 2008

Troisième sacre pour Gégé Ier

Il se voyait réelu avec 55% des voix. Il l'a été avec un peu plus de 53%.

Gérard Hamel rempile donc pour un nouveau mandat, celui qui verra l'éclosion d'un centre d'affaires autour de la gare, la rénovation du quartier des bâtes, la construction d'un parking souterrain sur le champ de foire et last but not least, une compétitivité stimulée, conséquence aléatoire de la stratégie d'attractivité menée depuis quelques années par la municipalité. 

Nous devrions donc prochainement vivre dans un superbe écrin de prospérité et de bien-être. Ou bien dans l'illusion des promesses. A suivre, donc.