Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 octobre 2008

La tête de l'art

Pour fêter ses 30 ans, l'Amicale des artistes amateurs du drouais s'exhibe. Oh rassurez-vous, sans tapage, ni fracas avec tout ce qu'il faut de décence. L'association a simplement demandé à ses membres de sortir de leur anonymat et de livrer une somme de leurs oeuvres  aux regards critiques.  Résultat : une expo accessible, sans maniérisme et parfois étonnante.

La peinture prédomine avec un patchwork de paysages, de natures mortes et un peu de figuratif. Mon attention s'est tout d'abord portée sur les bonshommes dégingandés de Pascal Holle.

2008_1007matinDreux0063.JPG

Autre trouvaille, les volets de Mireille Pedenon, qui loin de laisser songeur, intrigue forcément le visiteur cartésien que je suis.

2008_1007matinDreux0068.JPG

Les aquarelles éthérées de Madame Bujak, douces comme un brise marine.

2008_1007matinDreux0067.JPG

Et puis quelques représentations de Dreux, comme cette Chapelle royale signée Michelle Brochard.

2008_1007matinDreux0065.JPG

Nos artistes ont du talent, c'est indéniable, mais aussi beaucoup d'humilité. Allez les encourager un peu, ils sont à l'Hôtel-dieu.

 

29 septembre 2008

TAG à faire c'qu'on t'dit

Les premiers frimas annoncent généralement les premiers rhumes. On se découvre un poil, on oublie de se laver les mains et hop voilà un petit microbe qui nous saisit et vient  gentiment dérégler notre belle mécanique. Ici pourtant, je ne parlerai point de virus mais juste de ces petits messages pleins d'attention qui nous incite à prolonger la chaîne d'un réseau, selon la formule imposée. Pierlouim a pensé à moi, j'apprécie le geste. Voilà donc ma mission :

- citer la personne qui vous a tagué(e)
- choisir un livre, l'ouvrir à la page 123
- recopier à la 5ème ligne les cinq lignes suivantes
- indiquer le titre du livre, l'auteur, l'éditeur, l'année d'édition
- taguer 4 personnes dont vous souhaitez connaître les lectures,
les avertir par courriel ( ça leur fera plaisir)

Dont acte....

"Ernest pousse un gémissement.

- On est marron, pleurniche-t-il. Tout ce bouzin pour la peau, c'est pas possible!

Staube me sourit froidement.

- Il... il vous a parlé avant de mourir?

- S'il m'avait parlé, il ne serait pas mort... Et je ne serais pas ici..."

Le fil à couper le beurre, San-Antonio, Editions Fleuve noir, 1955.

 

Et je refile la patate chaude à :

- Eric Allouche

- Philou

- Ion

- Barbara

 

 

05 septembre 2008

Free hugs in Dreux

Un peu de douceur dans ce monde brutes? Essayez donc les Free hugs (ou câlins gratuits, en bon gaulois).  Une drôle d'histoire partie d'Australie à l'initiative d'un jeune homme désoeuvré qui, pour combler son manque d'affection, brandit une bancarte "Free hugs" dans un centre commercial. Succès immédiat. L'idée fait tache d'huile et devient universelle.

L'an passé donc, à l'occasion de la fête des associations quelques lycéens fort volontaires avaient tenté d'harponner le badaud pour lui prodiguer la fameuse accolade. J'avais trouvé l'initiative originale et partant d'un bon sentiment. Pour cette année, ne soyez donc pas surpris si un jeune un peu dépenaillé se jette sur vous pour vous câliner...

Dans cette vidéo présentée ci-dessous, vous pourrez admirer la technique employée, typiquement anglo-saxonne, où l'on respecte une certaine distance des corps en agitant prestement les mains sur les épaules. Personnellement, je n'ai jamais cru à la sincérité du geste, britanniques comme américains sont rétifs à tout contact physique avec un corps étranger - la peur du germe sans doute.

31 août 2008

C'était l'été, à Dreux

Franchement, ce mois d'août, je ne sais pas ce que vous en avez pensé mais personnellement je me suis régalé...  Pourtant, je n'ai pas assisté une seule fois aux concerts de "l'été sous les charmes" (J'étais ailleurs pour tout vous dire). Il paraît que c'était très bien et que Josette Philippe et ses acolytes feront encore mieux la saison prochaine. On a hâte d'y être.

Un coup d'oeil rapide à l'actu drouaise de l'été... Pas forcément réjouissante. Deux décès qui frappent les esprits. Le patron de la pâtisserie Leloup, Didier Vallée et Fabrice Pussat, technicien et syndicaliste FO chez Philips. Une crise cardiaque et un accident de scooter. En pleine trève Olympique, Dreux est sous le choc.

Gérard Hamel, lui, prend quelques libertés avec l'histoire en décalant la date d'anniversaire de la libération de Dreux au 18 août (au lieu du 16). Du coup un mini-débat s'est ouvert sur la place publique entre historiens scrupuleux et politicards arrangeants. Tout à fait Clochemerlesque!

Un petit tour rapide en Centre ville pour constater qu'une énième boutique de fringues s'est installée en Grande rue. Qu'une nouvelle agence immobilière a pris ses quartiers à proximité de la place Métézeau, pas très loin de la Caisse d'épargne et juste en face d'une canisite  victime de son succès auprès des saucissons à pattes mais très déstabilisante pour le piéton sensible aux odeurs.

Enfin pour conclure ce rapide état des lieux post-estival, l'exploit du mois d'août. Le coup de bélier accompli par un gros engin - style 4x4 ou camionnette - qui a percuté le pont de la rue Parisis. A part ça, si vous venez de rentrer de vancances, vous n'avez pas manqué grand-chose... (Ah si le super quizz de l'été de Clochemerle-les-Dreux!).

2008_082708aoutdreux0001.JPG

21 août 2008

Les insolites du passé (6/6)

Parlons un peu sport en cette période Olympique.

Il y a quelques décennies, au début des années 50, l'Espérance-Cheminots recrutait par le plus grand des hasards un « international hongrois ». Il faut resituer le phénomène dans le contexte footballistique de l'époque. La Hongrie est alors la nation invincible qui révolutionne les codes tactiques et stratégiques du ballon rond. Elle inflige des corrections aux équipes dominantes que sont l'Allemagne et l'Angleterre. Alors imaginez l'aubaine pour le club drouais d'enroller un joueur de la trempe d'un Puskas.

Malheureusement après quelques jours de performances sportives, la police débarque et arrête l'attraction locale. L'international hongrois était en fait un escroc recherché par toute les polices de France et de navarre.

Autre affaire de duperie chez les footeux, plus contemporaine. Yamani Ouasti, annoncé comme un jeune prodige de 17 ans, débarque au Dreux FC en 1989. Sur le papier, son parcours chez les jeunes est une référence : c'est un espoir du football français, passé par les plus garnds centres de formation qui curieusement vient s'échouer en terrain drouais. « Je viens à Dreux car j''ai envie de m'éclater », déclare-t-il. Bon, soit, mais sur le terrain le rendement de la future star est loin de satisfaire les ambitions du club. Et dès la saison suivante, Ouasti disparaît des tablettes. On retrouvera sa trace trois ans plus tard, à la rubrique "faits divers" pour usage de faux après s'être fait passer pour Dominique Rocheteau auprès des recruteurs.