Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 février 2009

Echos des forums

Surfeurs impénitents du web, vous connaissez sûrement Facebook, ce réseau social branché où chacun aime à exhiber ses nombreuses connaissances et mettre en scène ses humeurs et ses dernières bringues délirantes. Hé bien, la ville de Dreux s'est fendue d'un profil, assez sobre qui comprend déjà 194 fans et qui surtout propose des groupes de discussions. On peut y lire quelques commentaires, autant de messages de sympathie ou d'aversion suscités par notre ville. Extraits en vrac :

"Cette ville craint mais j'y suis né et après y avoir habité des années et y revenant régulièrement j'ai fini par m'y attacher..."

"Je viens de m'installer et trouve la ville plutôt belle..., un peu calme le soir peut-être, et j'aimerais ouvrir en centre un café sympa, pour toutes les générations..."

"Dreux la ville où on passe une vingtaine d'année en moyenne quand on y grandit et qu'on a aucune peine à quitter, mais pourtant cette ville nous attire comme un aimant, on se surprend toujours à vouloir y refaire une brève escale. Et une fois à Dreux on se demande toujours ce qu'on fout là ..."

images.jpgSi vous êtes inscrits, je vous laisse le soin de consulter la page. Sinon, laissez-moi vous dire qu'une tendance s'impose : beaucoup de drouais ou d'ex-drouais restent attachés à leur ville mais considèrent avec beaucoup de réalisme voire d'amertume qu'il n'y a rien n'a y faire. Bref, le refrain classique du "j'm'ennuie, j'sais pas quoi faire". Passons.

D'autres groupes de discussions nous permettent de pénétrer dans l'univers intime des potaches. Ainsi apprend-on que les cuillers fournies au self du Lycée Rotrou ne sont pas adaptée à la taille des yaourts ("Tu sais que tu es à Rotrou ou que tu y as été quand..."). Ou que le séant d'un prof de physique est l'objet de fantasmes debridées d'ancienne collégiennes ("Pour celles qui mataient le cul de Mr P. en cours de Physique à Camus").

Dans la catégorie des railleurs aigre-doux je vous recommande "Vous aussi vous avez survecu à Dreux", "Les gens qui pensent que Dreux c'est nul mais on ne peut pas s'en passer" ou pour les adeptes de sensations fortes, "Vous avez vu des trucs de fous à Dreux", où l'on se rend compte que le sensationnel se résume pour certains à des courses-poursuites en voiture ou des agressions physiques.

Il y a également ce test - un peu daté maintenant - que j'avais mis en ligne pour évaluer votre intégration à la vie locale.

Enfin, si les sujets de conversation ne vous intéresse guère, vous pouvez toujours vous inscrire histoire d'y retrouver vos connaissances ou bien me solliciter pour que je devienne votre ami et me faire partager vos expériences!

02 février 2009

Titres en extension

Hand DAC Minimes - 1983.JPG

Actu oblige, parlons un peu handball, terreau fertile de l'activité sportive drouaise qui n'a pas attendu les exploits de l'équipe de France pour faire pousser quelques grands champions. Rappelez-vous : Josiane Gabas, Christelle Marchand, Jean-Jacques Bouity et les autres...

C'est justement par le hand que Dreux s'est fait connaitre du monde sportif hexagonal. Il y a quelques décennies, vers la fin des années 60, une bande de potes monte une section au sein du DAC. Gilbert Guihard, jusqu'alors président du club de natation, prend rapidement les affaires en main et jette les bases d'une organisation axée sur la détection et la formation. Entraineur et pédagogue hors pair, il dirige les premiers exploits des filles qui se hissent en Nationale 1 et se qualiifient à deux reprises pour la finale de la coupe de France. Les hommes de leur côté occupent un rang honorable en championnat régional avant d'entamer une progression fulgurante qui les voient passer de la Nationale 3 en 1982 à la N1B en 1985. A leur tête, Michel Barbot, ancien joueur au caractère trempé, épate par ses méthodes d'entrainement et son sens tactique durant les matches.

De leur côté, les équipes de jeunes accumulent les succès, bref, si la réussite sportive du DAC éclate au grand jour, elle la doit en partie à son encadrement, à l'esprit d'un groupe attaché aux valeurs collectives du handball. Nous sommes dans les années 80, la salle des sports affiche complet les soirs de match, 800 personnes gueulent à tue-tête le "DAC, le DAC, tra-la-la-lalère-re". Dans un contexte national marginalisé et sans réel impact médiatique, il existe une exception drouaise.

Le DAC est aujourd'hui un peu tombé dans l'oubli. Les résultats sont en dents de scie, le public se fait moins nombreux. Si Gilbert Guihard a pris une retraite méritée du côté de Montpellier, Michel Barbot, qui fut l'une des chevilles ouvrières de cette ascension au sein de l'élite, fait désormais partie du staff technique de l'équipe de France, victorieuse hier de la Croatie (24-19). De campagnes en épopées, il prend part aux plus belles heures du handball français avec ses titres de champions du monde, d'Europe et Olympique. Vu de l'intérieur, ça a encore plus de gueule.

Manager de l'équipe de France, revenu un moment  épauler le COVernouillet, il se fait plus rare sur ses anciennes terres, occupé à ses fonctions fédérales. Mais quelque part, on ne peut pas s'empêcher d'établir ce petit lien qui nous unit, nous drouais amateurs de hand, au succès des "Experts" par la simple entremise de Michel Barbot.


20/01/2011 - Mondial Hommes - Rencontre avec... par

07 janvier 2009

Habillés pour l'hiver

2009_0107Gel0016.JPG

03 janvier 2009

Durocasserie 2008 : les résultats

Ils étaient cinq à prétendre au prix d'excellence. Vous avez été une nette majorité à désigner les règlements de compte entre Gérard Hamel et Michel Lethuillier "Durocasserie" de l'année. C'est mérité bien qu'assez prévisble. J'aurais personnellement préféré que Ginette Chanal soit épinglée pour ses lumineuses initiatives gastronomiques. Ce n'est que partie remise, 2009 sera - qui sait? - un bon cru pour la bouffonnerie et l'excentricité.

Clochemerle.jpeg

Félicitons quand même les vainqueurs, Gérard et Michel, qui aux dernières nouvelles entretiennent encore admirablement leurs différends.

01 janvier 2009

Bonne année!!!

Mariage Lucie 031.jpg

Avant de parler voeux, un rapide bilan de 2008. Clochemerle-les-Dreux a connu un regain de notoriété et donc de fréquentation. Vous donner des chiffres serait imprécis tant les statistiques sont aléatoires d'un compteur à l'autre. Et puis, il y a bien plus intéressant.... En fait, j'ai surtout relevé l'émergence de nouveaux blogs sur la place drouaise. De plus en plus d'auteurs, anonymes ou non, s'expriment régulièrement, sur des sujets variés, avec de notables qualités  rédactionnelles et artistiques. Le phénomène, quoique parfois marginal, est devenu une source d'informations alternative et crédible, un baromètre d'opinions, un voyage dans le temps, une fenêtre sur l'histoire locale...

A la mairie, on observe sans pour autant agir. Depuis longtemps, le web et plus précisement le blogging ont un rôle à jouer dans le maillage de cette ville socialement morcelée. Tisser des liens entre les habitants du Centre ville et des Bâtes, ceux de la Croix Tiénac et de Sainte-Eve, c'est possible. Les moyens à mettre en oeuvre sont dérisoires. Il suffit juste d'un peu de bonne volonté, d'imagination et d'organisation. Ce qui m'amène directement à 2009...

... et mes souhaits. Pour faire court, l'idée serait de rassembler les différents auteurs de blogs autour d'un projet commun. Mutualiser les initiatives de chacun tout en conservant son identité, son indépendance. Je tends une perche à ceux qui souhaiteraient contribuer au développement de l'information locale sur le web. Qu'ils soient infomaticiens, graphistes ou rédacteurs. Tentons quelque chose.