Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 mai 2011

Un beau coup de boules

Dreux a toujours entretenu des relations complices avec la pétanque. Accessible, conviviale, cette activité (sportive?) draine des cohortes d'amateurs et de spécialistes à l'arrivée des beaux jours. La ville a même accueilli l'an passé une étape des masters.


Masters de Pétanque – Dreux 2010 par dreux_video

images.jpgPar chance, l'étendard de ce noble art, devenu ambassadeur de la ville de Dreux, s'appelle Philippe Quintais. Il vient de Hanches, tate souvent le cochonnet avec ses amis drouais et participait hier à la tentative de record du monde de tir à la pétanque - 1000 boules en une heure - sous le contrôle des experts du Guiness book des records, la bible des records insolites et inutiles.

Pari réussi puisque le champion du monde de la spécialité (12 titres tout de même!) et ses acolytes ont cumulé 876 carreaux en moins d'une heure. Le parking des Coralines, théâtre exceptionnel de cet évènement, résonne encore du claquement des boules de métal et des vivas de la foule.

Philippe Chanoine, l'un des promoteurs de cette journée, envisage d'autres manifestations de ce type pour améliorer la réputation de Dreux (Serait-elle si mauvaise?). En cela, il peut déjà s'inspirer de quelques records homologués...

 

 

 

10 mai 2011

François Mitterrand à Dreux

Puisqu'il est de bon ton d'évoquer la mémoire de l'ancien Président de la République à l'occasion du trentenaire de son élection, rappelons-nous ses visites en terres drouaises. Deux dates - il en existe peut-être d'autres - marquent sa venue.

Le 1er novembre 1965

Septembre 1965 115.jpg

En campagne pour les élections présidentielles, le chef de la CIR (Convention des Institutions Républicaines) dépose une gerbe de fleur devant le monument dédié à Maurice Viollette. Le meeting se déroula ensuite à la salle des conférences.

François Mitterrand, consulta à plusieurs reprises le gouverneur général d'Algérie du temps où il fut ministre de l'intérieur. "Un homme plus grand que son destin". Décrivant l'ancien maire de Dreux comme "un sanglier ramassé sur lui-même", il le canonisera en ces termes : "Un des hommes qui, avec Mendès France, ont le plus compté pour moi."

 

Le 5 février 1977

Francoise-Gaspard_medium.jpg

François Mitterrand lance la campagne des municipales par un meeting à Dreux, à la salle des fêtes. Il rend symboliquement hommage à la candidature de Françoise Gaspard, en qui il voit l'incarnation de l'engagement de la femme en politique.

Françoise Gaspard évoque sa venue dans "Madame le..." (Grasset) :

"François Mitterrand a le défaut d'être très souvent, sinon toujours en retard. J'avais donc prévu un discours à durée vriable, conçu pour un quart d'heure comme pour une heure, afin de tenir la salle jusqu'à son arrivée. Son retard fut pire que jamais. Les routes étaient mauvaises et il s'était trompé de direction. J'ai cru un moment, avec angoisse, que j'allais aborder ma conclusion avant son arrivée, ce qui eût été d'un effect catastrophique, mais je craignais surtout que l'auditoire finisse par s'ennuyer à m'entendre alors qu'il était venu pour écouter le premier secrétaire du Parti Socialiste."

Pendant plus d'une heure et demie, le chef du Parti Socialiste discourt sur les méfaits du libéralisme économique, les inégalités sociales et l'action du gouvernement Barre. Il insiste sur les réformes sociales à engager en France et propose une "société d'avenir", forte de vertus solidaires et humanistes.

22 mars 2011

Le Monde des clichés

Nous sommes en période électorale, Marine Le Pen fait beaucoup parler d'elle et vous savez quoi? Nous avons droit à un reportage dans l'illustre quotidien du soir qui publie pleine page (la trois) dans son édition du 20 mars un état des lieux sur nos accointances avec l'extrême droite. Titre du délit : "A Dreux, le FN des champs".

Selon le journaliste - envoyé spécial - l'électorat du FN a migré vers les bourgades alentours. Je ne voudrais me fâcher avec mes voisins du canton sud, ceux notamment de Tréon, pardonnez-moi, mais on vous présente comme des gros beaufs racistes. Mais qu’ils se rassurent, grâce à la sagacité des observateurs de la presse nationale, les drouais préservent leur image de marque auprès de l’opinion publique. L'affaire est d’ailleurs entendue, nous ne serons jamais des gens respectables, de ceux en tous cas qui tolèrent l'immigration, qui combattent l'islamophobie, qui prônent la mondialisation et préfèrent les verrines à la choucroute garnie. Dans quelques années, mes petits-enfants, quand ils apprendront que je vivais à Dreux dans les années 80, publieront peut-être des pamphlets à la façon d'Alexandre Jardin pour dénoncer "mon grand-père, ce facho".

Des quantités d'articles ont été produits sur cette liaison. Les dernières tendances montraient pourtant qu'à Dreux, on ne trouvait plus trace de FN. Le Monde s'émouvait de cette situation en titrant en 2008 "Dreux : les orphelins du Front National". Autant dire qu'il n'y avait plus matière à surreprésenter la ville en symbole du FN. Mais aujourd’hui, le ton a changé. Pour le plumitif parisien, "Trente ans après, Dreux conserve l'image négative d'une ville qui s'est offerte à l'extrême droite". Dreux la salope, qui couche avec l'ennemi. On devrait lui raser la boule tiens. Enfin si les journalistes entretenaient un peu moins ce mythe, on éviterait de ressasser ces vieux démons. Et puis, il serait grand temps que les médias s'autocritiquent et réfléchissent un peu à leur implication dans la montée du FN en France. La presse a souvent eu cette posture ambigüe et lâche, apportant du grain à moudre aux thèses du FN pour ensuite dénoncer son idéologie politiquement incorrecte. Comme lorsqu'elle se répand longuement sur les flux migratoires consécutifs à la Révolution du jasmin en Tunisie et s'inquiète ensuite de la poussée de Marine Le Pen dans les sondages. Non, elle préfère pointer du doigt les mauvaises herbes sans chercher à savoir ce qui pousse ces mauvais électeurs à adhérer à des thèses xénophobes, sécuritaires et nationalistes. Ce type d'article n'apprend rien. Il confirme juste que certains journalistes se bornent à informer et qu'ils ne sont pas là pour comprendre.

28 avril 2010

Evasion à l'échelle locale

Dans ce monde où la technologie a envahi notre quotidien, il reste encore des gens ingénieux, utilisant des procédés simples pour exprimer leur sens pratique. Des gens qui ne refusent pas forcément la modernité mais qui préfèrent de loin les bonnes vieilles méthodes rudimentaires pour leurs usages domestiques.

Prenez ce fait divers qui a fait le tour des rédactions en deux jours. L'action se passe au commissariat de Dreux ce dimanche matin. Un individu de 28 ans, "soupçonné d'être lié à un trafic de stupéfiant" et qui vient d'être arrêté à l'issue d'une courte-poursuite la veille, médite sagement durant sa garde à vue.

Sacrée tuile d'être retenu au gnouf par un week-end de grand beau temps pendant que les hommes du monde paradent au volant de leur BMW dans les rues de Dreux. Et puis la cellule est moche, la peinture s'écaille, ça pue l'urine et les murs sont salis par des tags ineptes et bourrés de fautes d'orthographe. Très loin du cadre de vie habituel de notre distingué suspect qui rêve mélancoliquement de l'air du large, des grands espaces verts et des horizons lointains où le soleil rougeoit sur la ligne de crète.

Heureusement, dans la profession de dealer, on croise beaucoup de gens et l'on noue de solides amitiés. Sans doute alertés par les conditions de détention dégradantes de leur parrain et animés par l'esprit de corps du milieu, quelques complices se rendent directement au commissariat muni d'une échelle. Habitués des lieux, ils organisent en toute bonhommie l'évasion de leur coreligionnaire puis s'enfuient vers un but inconnu...

Depuis la police, fort marrie - vous l'imaginez bien - recherche toujours les individus en fuite. L'histoire ne dit pas en revanche s'ils ont mis la main sur ladite échelle.

19 février 2009

Interlude

La Blaise.jpg