Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 mai 2010

Un conte qui ne fait pas de bons amis

Il était une fois une jeune maman qui voulut un jour emmener sa fille au football. Un homme très à cheval sur la notion des genres lui objecta que le foot n'était pas approprié aux demoiselles et qu'elle serait bien mieux à l'atelier cuisine de son quartier.

Vexée par la rebuffade, la maman prit ses responsabilités en créant une association qu'elle appela "Femmes +" et qui permettrait à toutes les jeunes filles de pratiquer le sport qu'il leur plairait. La démarche fut tout de suite couronnée de succès. Le maire ne manquait jamais une occasion d'ériger l'association en exemple et de souligner ses vertus philanthropiques.

A mesure que les encouragements s'élevaient, "Femmes +" se développait, sortant même du cadre sportif pour intervenir sur d'autres terrains plus sociaux. L'association rendait une belle image de tolérance et d'émancipation. Mieux, elle tissait du lien social. Pour sa fondatrice, les affaires tournaient bien ronds.

Petit à petit, on la vit ainsi occuper le devant de la scène soutenant le Maire lors de sa dernière campagne électorale, défendant la cause féminine au Maroc, intégrant un groupe de travail sur les femmes et le sport au sein du Ministère des sports, apparaissant comme l'une des personnalités drouaises "en vue" dans un célèbre magazine hebdomadaire. Une ascension fulgurante qui lui valut d'être promue en novembre dernier chevalier de l'Ordre National du mérite, titre récompensant "les mérites distingués militaires ou civils rendus à la nation française".

320_10915_CD-13---013448--_grand.jpgQuelques troubles éclatèrent alors. Les persifleurs contestèrent d'abord cette nomination en faisant état d'un traitement de faveur illégitime - mais après tout Cendrine Dominguez et Daniela Lumbroso avaient été distinguées auparavant alors pourquoi pas elle? Puis ils dénoncèrent une gestion hasardeuse de l'association, une trésorerie un peu lâche... Des querelles cependant vite circonscrites et qui provoquèrent juste quelques remous en vase clos.

Le maire et son chef de cabinet se sentirent tout de même embarrassés face à ces insinuations. D'autant plus qu'au sein de la majorité les esprits s'échauffèrent, certains manifestant clairement leur refus d'assister à la cérémonie prévue en l'honneur de la jeune femme.

Le jour venu, Jean-Louis Debré, débarqué en bon voisin normand mais au titre de Président du Conseil constitutionnel lui remit l'insigne de l'Ordre National du Mérite devant une assemblée réduite à sa portion congrue. Un peu de champagne, quelques biscuits Delacre, puis il fallut partir, quitter cette terre de gloire et de fortune pour d'autres aventures. Il y avait d'autres combats à mener pour les femmes, d'autres espoirs à  faire vivre. La bave du crapaud n'avait pas atteint la blanche colombe qui s'était subitement envolée vers d'autres cieux, goûter à de nouvelles fonctions.

27 avril 2010

Camera obscura

Il y a quelques semaines Gérard Hamel et Valentino Gambuto se sont gentiment échauffés à propos de la vidéosurveillance. Le chef de file de l'opposition demandait des comptes sur l'efficacité des cameras installées en ville. Ce à quoi le Maire lui répondit qu'il était difficile d'établir un bilan car "le problème de la sécurité est un problème global" (in La Rep, 3 avril 2010).

Dreux 386.jpg

Voilà une parole sensée mais qui ne va pas forcément dans le sens des autorités politiques de droite. Brice Hortefeux, notre arithméticien de l'intérieur, défend bec et ongles un système qui selon lui réduit par deux la délinquance des communes équipées de caméras de surveillance. Une assertion presque sortie du chapeau car hormis un rapport relayé par le Figaro, il n'existe aucune étude sérieuse en France sur la vidéosurveillance. On aurait tout aussi bien pu évoquer les nuits de pleine lunes ou le réchauffement climatique pour justifier cette baisse. Voire une trève passagère des malfaiteurs. Car il est extrêmement complexe de trouver des critères et des indicateurs pertinents qui permettent d'isoler le facteur "vidéosurveillance" parmi tous ceux qui peuvent expliquer des variations de la délinquance.

En Grande-Bretagne, pays champion du monde de la vidéosurveillance avec plus de 4 millions d'appareils, on devient sceptique sur les bienfaits du système. Un rapport officiel a notamment établi qu'à Londres 80% des images étaient inutilisables et 3% seulement des vols auraient été résolus grâce à la vidéosurveillance. Si bien que les autorités remettent sérieusement en question un tel déploiement technologique.

En France, nos gouvernants et la presse de droite persistent à considérer l'action dissuasive des caméras quitte à se faire plus discret quand il s'agit de démontrer leur efficacité à identifier les auteurs d'un crime ou d'un délit. En fait, la videosurveillance permettrait surtout  d'accélerer une enquête seulement quand on sait qui et où chercher. Dans ces conditions autant avoir des modèles factices car ce luxueux matériel urbain a un coût : près de 40 000 euros pour installer une camera auxquels il faut ajouter 24 000 euros de fonctionnement (Source Les Echos 16/10/2007).

A Dreux, "ville sous vidéoprotection", nous sommes bien évidemment concernés par le sujet. Mais entre une technologie aux résultats aléatoires et une délinquance se jouant habilement des caméras, quel bilan peut-on tirer? Que les contraventions pour mauvais stationnement ont explosé?

01 avril 2010

Gare aux illusions

Le 31 avril prochain, pendant quelques instants, la gare de Dreux va disparaitre (comme) par magie. Les usagers de la SNCF n'y verront pas vraiment de différence au regard du lent déclin de cette institution des transports publics.  En revanche les amateurs d'illusion seront sans doute épatés par ce spectacle orchestré par Eric Ducy, un ancien drouais aujourd'hui star de la prestidigitation.

Dreux 215.jpg

Cette attraction, en plus de ses vertus divertissantes, va surtout permettre de simuler l'une des propositions du projet "Coeur d'agglo" qui consiste à déplacer la gare et ensevelir une partie de la voie ferrée.

En effet, confrontés à un vision breakdown - autrement dit un manque d'inspiration pathogène bloquant les chefs de projet dans leur projection structurelle - architectes et urbanistes hésitent. Pire, ils se neutralisent. Pendant que certains envisagent la construction d'un pôle de compétence hi-tech, genre de Silicon Valley du développement durable, les autres suggèrent de prolonger le centre ville jusqu'aux Rochelles, l'actuel emplacement de la gare devenant ainsi une vaste zone commerçante.

Pour permettre aux experts d'y voir plus clair, le comité de réflexion du "Coeur d'agglo" a donc décidé de se projeter in-situ grâce au talent d'Eric Ducy. Les services municipaux organiseront à cette occasion une soirée spectacle avec la grande parade de l'amicale de twirling bâton drouais et de la brigade des sous-mariniers de la Blaise. Pour le 31 avril, réservez déjà votre soirée. Vous n'en croirez pas vos yeux!!

NB : Il est vivement déconseillé aux personnes désirant assister à l'évènement de se déplacer en train : elles risqueraient de ne pas arriver à l'heure.

16 mars 2010

Le grand pari

Accoudés au comptoir du Balto devant leur verre de Sauvignon, Albert Toufoulcan et Marcel Taupin devisent sur le premier tour des élections régionales. La conversation est animée...

"Au fait, monsieur Toufoulcan, vous avez voté avant-hier?"

- Pensez donc! J'étais mieux à nettoyer mon jardin. Je ne vais tout de même pas donner ma voix à ces politicards qui ne tiennent jamais leurs promesses et qui refusent de regarder les choses en face!

- La Région pourtant, ça vous intéresse?

- Bien sûr que ça m'intéresse! Mais je n'arrive pas à voir concrètement ce que peut faire la Région pour nous ici à Dreux. Tout ce que je constate, c'est que le pognon, il est à Paris. Et Dreux est devenu une sorte de réservoir de ressources humaines pour la région parisienne.

- Ah dans ce cas il faudrait rattacher Dreux au projet du Grand Paris!

- C'est ce que certains souhaiteraient. Mais moi, je ne suis pas pour! Dreux a beaucoup perdu de son caractère au cours de ces dernières années. Certains vestiges ont disparu. L'industrie a foutu le camp. Beaucoup de gens sont partis même si la population s'est renouvellée en partie grâce à l'attractivité immobilière. Des franciliens pour la plupart qui passent le plus clair de leur temps dans les transports, leur lieu de travail et leur maison. Si Dreux passe en région parisienne, alors là c'est le coup de grâce!

- Au contraire, ce serait une chance inouïe! Ca faciliterait la vie a beaucoup de gens et surtout nous serions plus riches. L'Ile-de-France est la région où il y a le plus d'investissements économiques. On aurait plus de créations d'entreprises, plus d'emplois, de meilleurs transports!

- C'est vous qui le dites! Je vois surtout que Dreux ressemble de plus en plus à ces villes de banlieue sans âme où tous les bâtiments se ressemblent... où l'on trouve uniquement des gens de passage. Pour tout le monde ce sera métro, boulot, dodo. C'est déjà le cas pour beaucoup de drouais d'ailleurs. Après on va s'étonner que les commerces sont vides en centre ville!

- Je trouve que Dreux évolue positivement. Il manque juste un poumon économique. Mais vous savez comme moi qu'il est dangereux d'être dépendant d'une seule activité. Quand le moteur est grippé tout le monde tousse : les employés, les sous-traitants et c'est toute l'économie locale qui est contaminée. Regardez ce qui s'est passé avec la Radiotechnique! Mais nous avons besoin d'une rupture monsieur Toufoulcan pour que nous puissions vivre mieux!

- Vous faites preuve d'angélisme vous! Au contraire, rien ne va et ça fait des années que ça dure. Alors c'est pas parce que Dreux va se raccrocher à Paris qu'on vivra mieux pour autant. Pour moi, Dreux c'est et ça doit rester la province avec son rythme, son cadre de vie. Une ville sans luxe apparent mais avec du coeur et du bien-être. Préservons notre patrimoine local! Non à l'expansionnisme parigot. Restons simples! Vive le terroir! Vive les valeurs provinciales! Vive Dreux!

- A votre santé!"

27 février 2010

Razzia sur la schnouf

Voilà un fait divers qui sent la poudre. Enfin plutôt le kif.

La police a démantelé il y a quelques jours un réseau de trafiquant de cannabis dont le centre de logistique était situé dans une ferme de Sorel Moussel, paisible bourgade en bordure d'Eure qui jusqu'alors était réputée pour son vide-grenier et ses belles résidences secondaires.

Au domicile des malfaiteurs, la prise est pour le moins stupéfiante. On y découvre 3 tonnes de cannabis, 320 000 euros en petites coupures, des stocks d'armes et quelques autos de grosses cylindrées. Comme les trafiquants étaient des gens consciencieux dans leurs affaires, les enquêteurs ont fait également main basse sur un registre comptable qui a révélé que le réseau avait convoyé 48 tonnes de résine depuis septembre 2008, soit l'équivalent de 250 millions d'euros de marchandises.

Un tel chiffre d'affaires ferait bien des envieux parmi les entrepreneurs locaux. Nos élus devraient donc militer pour la légalisation du cannabis. Il s'agirait en fait d'encadrer juridiquement une économie souterraine où Dreux en serait la place forte  On imagine les nombreuses créations d'emploi, les revenus dont pourrait s'octroyer l'agglomération en taxe professionnelle, sans parler du climat cool qui pourrait désormais régner dans les environs...Ca y est je plane complètement...