Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 août 2012

Twitter m'a tuer

mmikkiche.jpgC’est fou comme avec les nouveaux médias, on peut facilement passer de l’ombre à la lumière. Prenez Mehdy Mikkiche, un jeune homme qui cherche à faire parler de lui en exprimant le tréfonds de se ses penséees sur Twitter. On le connaît à peine. On sait tout juste qu'il vient de Saint-Lubin-des-joncherets, a étudié au Lycée Branly et se passionne pour la politique.

Au cours de ces dernières heures, son nom a fait le tour de la sphère médiatique du web et a même eu les honneurs de l'AFP. Son baptême du feu a débuté ce week-end quand le site d’extrême-droite Fdesouche rend compte de tweets franchement pas politiquement correct. Le militant UMP pro-Fillon met son grain de sel dans le débat sur les Roms, reconnaissables, selon lui, à leur teint « crasseux » et dont les femmes portent des « robes en velours avec des chaussettes montantes et des sabots. »

Physionnomiste, l’ex-étoile montante de l’UMP qui brille désormais au firmamement des hara-kiris du tweet, manie également l’humour noir à la truelle. "Et si on envoyait Anders Breivik à l'Université d'été du Parti Socialiste?" s'exclame-t-il toujours sur son compte Twitter. Hilarant? Non, consternant.

Notre jeune impétueux se présentait pourtant il y a peu comme le moralisateur de la nouvelle classe politique.

Démisionnaire de la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), syndicat lycéen ancré à gauche,  « suite à des discordes internes et des propos douteux sur mes origines » (sic), il claquait la porte de la présidence des Jeunes Sarkozystes d’Eure-et-Loir en 2011, déclarant « nos dirigeants nationaux donnent une mauvaise image ».

Mehdy Mikkiche a tout intérêt à réviser ses cours de communication politique avant la rentrée. Et de réfléchir un peu avant de twitter.

10 août 2012

Histoire des radios drouaises (3/3)

No radios’s land

A la fin des années 80, les fréquences occupées jadis par les radios drouaises sont vacantes, la réception des « parisiennes » est relativement audible selon que l’on habite en centre ville ou sur les plateaux. Localement, la bande FM se parcourt surtout au son des grésillements et des stridences du larsen.

Seule rescapée de l’aventure des premières radios libres drouaises, l'imperturbable RTV poursuit sa routine sans véritablement remettre en question son fonctionnement.


"Il n'y avait personne qui donnait une âme à la radio"


RVS récupère un émetteur sur Dreux en 1990. Mais, la radio normande passe sous la coupe de NRJ qui impose « Rires et chansons »  sur 96.8. En1998, le réseau est demantelé pour avoir émis sans autorisation préalable du CSA. Radio Nova récupère alors la fréquence et diffuse aux drouais un vent de modernisme.

Parallèlement, la Radio des Trois Vallées, fidèle à son image d’associative remplit toujours sa mission de lien social tout en conservant une programmation désuète. Courant 2005, Eric Steiner en prend les commandes. Il assainit les comptes mais ne parvient pas à la  moderniser. Pendant ce temps, l'offre radiophonique drouaise s’étoffe avec l’arrivée d’Europe 1, d’Evasion, de Skyrock et de Radio Orient. En 2009, Eric Madelon, alors animateur sur RTL2, devient président de RTV qui devient RTV 95.7. Très vite, le ton change, l’image également. L’animateur qui a découvert la radio avec RTV, restructure l’antenne, améliore le système de diffusion et associe les nouveaux outils numériques à la station.


"On va faire une radio adulte et joyeuse"


De nouveaux chantiers se mettent en place. Programmes, puissance, promotion sont au cœur des objectifs. 

"L'avenir serait d'embaucher plus de gens et se développer sur le plan technique"

 

Un grand merci à Francis Maini de m'avoir permis d'utiliser le cadre du Rothen pour les interviews d'Eric Madelon.

Jack