Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 août 2012

Twitter m'a tuer

mmikkiche.jpgC’est fou comme avec les nouveaux médias, on peut facilement passer de l’ombre à la lumière. Prenez Mehdy Mikkiche, un jeune homme qui cherche à faire parler de lui en exprimant le tréfonds de se ses penséees sur Twitter. On le connaît à peine. On sait tout juste qu'il vient de Saint-Lubin-des-joncherets, a étudié au Lycée Branly et se passionne pour la politique.

Au cours de ces dernières heures, son nom a fait le tour de la sphère médiatique du web et a même eu les honneurs de l'AFP. Son baptême du feu a débuté ce week-end quand le site d’extrême-droite Fdesouche rend compte de tweets franchement pas politiquement correct. Le militant UMP pro-Fillon met son grain de sel dans le débat sur les Roms, reconnaissables, selon lui, à leur teint « crasseux » et dont les femmes portent des « robes en velours avec des chaussettes montantes et des sabots. »

Physionnomiste, l’ex-étoile montante de l’UMP qui brille désormais au firmamement des hara-kiris du tweet, manie également l’humour noir à la truelle. "Et si on envoyait Anders Breivik à l'Université d'été du Parti Socialiste?" s'exclame-t-il toujours sur son compte Twitter. Hilarant? Non, consternant.

Notre jeune impétueux se présentait pourtant il y a peu comme le moralisateur de la nouvelle classe politique.

Démisionnaire de la FIDL (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), syndicat lycéen ancré à gauche,  « suite à des discordes internes et des propos douteux sur mes origines » (sic), il claquait la porte de la présidence des Jeunes Sarkozystes d’Eure-et-Loir en 2011, déclarant « nos dirigeants nationaux donnent une mauvaise image ».

Mehdy Mikkiche a tout intérêt à réviser ses cours de communication politique avant la rentrée. Et de réfléchir un peu avant de twitter.

Commentaires

Effectivement l'utilisation des réseaux sociaux est un exercice difficile en politique.
Si Facebook et Tweeter ne feront jamais gagner des élections, je pense qu'ils peuvent les faire perdre tant le buzz se fait sur les ratages et les maladresses.
Cela se constate d'ailleurs pour notre belle ville depuis quelques semaines où les tweets et messages FB officiels de la ville comme ceux de notre maire bien aimé, M. Hamel n'ont plus de sens.
Ni de sens commun, puisqu'on voit même des insultes au nom du profil officiel (9/11/12) pour les internautes, ni de sens politiques (commentaires sur son omelette, sur son verre de vin, le temps, et l'actualité politique prise à l'envers) ... Je souhaiterais beaucoup que M. Hamel se représente aux élections car il a fait de belles choses pour la ville, mais je crains que ces maladresses à répétitions ne le fasse perdre dans tous les cas.
A tel point que si le PS gagne aux municipales, il est à craindre que le salaire du directeur de la communication récemment embauché ne passe dans les comptes de campagne du PS, tant il dessert la cause de M. Hamel.

Écrit par : durand | 17 décembre 2012

Les commentaires sont fermés.