Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 mai 2012

Le bilan de Gérard Hamel à l'Assemblée Nationale

Dans quelques jours, Gérard Hamel va céder son siège de député. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'aura pas sacrifié ses fonds de culotte au débat parlementaire au cours des cinq dernières années. Le maroquin n'est point élimé, son successeur appréciera la bonne tenue des lieux.

On peut d'ores et déjà tirer son bilan en s'appuyant sur les statistiques du site nosdeputes.com qui détaille la participation de nos élus au sein de l'hémicycle.

 dreux,depute,gerard hamel,bilan

Globalement, Gérard Hamel s'est impliqué mollement pour son dernier mandat à l'Assemblée Nationale. Toute proportion gardée, il s'est surtout manifesté au sujet du logement, de la rénovation urbaine et des quartiers. Ses domaines de prédilection. Il tient au moins ses promesses là où l'on attendait, mais à la portion congrue tout de même. Son activité courante est bien deça de la moyenne qu'il s'agisse de ses présences et ses interventions dans l'hémicycle et dans les commissions.

Le document révèle en outre, que notre député est un homme peu disert, pratiquant davantage les questions écrites que les questions orales. Lui qui confiait durant sa première campagne des législatives en 1993 "privilégier l'action plutôt que la parole" ne pensait pas si bien dire. Sauf que l'action aura chuté au cours de ces cinq dernières années, conséquence possible de l'inflation des mandats de l'actuel député-maire de Dreux, président de la communauté d'agglomération du drouais et président du CA de l'ANRU.

24 mai 2012

Legislatives 2012 : la foire d'empoigne

La campagne est à peine lancée, les candidatures tout juste déposées et voilà la droite qui se voit déjà en haut de l'affiche avec une force de persuasion qui relève plus de la méthode Coué que de la logique pythagoricienne. Mais en privé seulement.

Olivier Marleix qui se montrait très optimiste voilà quelques semaines lors de ses réunions d'appartements avait pourtant tempéré son enthousiasme au soir de l'élection de François Hollande. Et si la vague rose abordait les côtes drouaises? Mais depuis le dépôt de la liste des candidats, une humeur de confiance règne dans les rangs de l'UMP.

La raison est simple. Il lui faut à tout prix éviter une triangulaire qui profiterait à la gauche. Pourtant, l'affaire semble entendue dans la bouche de Gérard Hamel, qui voit plus que jamais en Marleix son futur successeur. La raison à cet optimisme ? Le nombre de candidats, 15 au total. Difficile dans ces conditions d'identifier parfaitement les participants dans cette foire d'empoigne. Et puis cette surenchère n'est pas sans poser quelques problèmes de logistique à commencer par le nombre insuffisants de panneaux pour coller les affiches de campagne.

En déchiffrant cette liste, on retrouve quelques revenants (Dieudonné, Jacques Dautrême), quelques habituées (Gisèle Quérité, Béatrice Jaffrenou), quelques inconnus (Alain Aripa, Christien Chassaing, Thyphaine Rahault, Rondo Tsizaza). Et puis deux vedettes locales. L'inclassable Mourad Souni toujours en quête de son orient politique et Fatima Karboubi, ex-pasionaria de Gérard Hamel, du temps où elle présidait l'association Femmes +.

Bref un gros peloton où les voix devraient s'éparpiller, rendant la barre des 12,5% qualificatifs pour le second tour quasiment infranchissable pour un troisième larron. Un duel entre Gisèle Boullais et Olivier Marleix se profilerait en toute logique, c'est en tous cas l'analyse catégorique de certains observateurs de l'UMP.

Olivier-Marleix_Christelle-Minard.jpg

Olivier Marleix (UMP) et sa suppléante, Christelle Minard

Gisèle Boullais Legislatives 2012.JPG

Gisèle Boullais (PS) et Daniel Frard, son suppléant


Mais bon, l'électorat local a révélè au cours des dernières présidentielles sa volatilité - voire son opportunisme - sur Dreux, tandis qu'en zone rurale il manifestait son désengagement de la droite classique au profit du Front National. Alors on peut toujours spéculer sur l'issue attendue du scrutin. Surtout lorsque l'on sait que l'étiquette UMP n'est pas la plus prisée par les électeurs et que le rayonnement d'Olivier Marleix peine à percer au delà du canton d'Anet.


La liste des candidats pour la 2e Circonscription (Dreux)
- Alain Aripa (Union pour la France), suppléant : Philippe François
- Gisèle Boullais (PS), suppléant : Daniel Frard
- Christien Chassaing (La France en Action), suppléant : Sylvie Roy
- Mirelle Dambrun (Debout la République), suppléant : Jean-Louis Gaillard
- Jacques Dautreme (Union de la Droite Nationale), suppléant : Roland Maitre
- Dominique Maillot (POI), suppléant : Béatrice Jaffrenou
- Olivier Marleix (UMP), suppléant : Christelle Menard
- Dieudonné Mbala Mbala (aucun), suppléant : Ahmed Gouasmi
- Fatima Mention-Karboubi (Parti Radical), suppléant : Jean-Louis Bernard
- Gisèle Querité (PCF), suppléant : Dominique Duplan
- Thyphaine Rahault (NPA), suppléant : Dimitri Monforte
- Mourad Souni (Union des Radicaux, Centristes, Indépendants et Démocrates), suppléant : Sophie Willemin
- Rondo Tsizaza (le centre pour la France), suppléant : Benoit Piednoel
- Jérôme Van de Putte (FN), suppléant : Philippe Leroy
- Luc Viry (LO), suppléant : Xavier Chesneau

21 mai 2012

Un symbole français

Dreux, ville témoin pour un état des lieux de la France provinciale. Voilà comment la très illustre chaîne américaine CNN a abordé son sujet sur les défis économiques que François Hollande devra relever durant son mandat présidentiel. Les drouais sont habitués à voir leur ville en bonne place dans les médias. Pendant pluisieurs années, Dreux a traîné cette lourde réputation de ville sulfureuse, berceau du FN. Comme si elle symbolisait à elle seule les carences de la République et les maux de la société française.

Mais les temps changent. Et l'image de Dreux aussi. Le reportage de CNN présente une ville sinistrée avec sa désindustrialisation, ses 5 000 emplois disparus en 20 ans et son chômage à 12%, problème majeur selon Karen Welbrecht et Tufik Chaboune. Une ville dépendante des prestations sociales comme l'affirme l'économiste Ulrich Hege qui vit sous perfusions d'aides publiques en attendant le retour de la croissance. Etrénnant son nouvel habit d'opposant,  Gérard Hamel martèle quant à lui son scepticisme sur le projet socialiste pour relancer l'attractivité économique.

08 mai 2012

Présidentielles à Dreux

Si l'on se référait aux seuls résultats des élections présidentielles, Dreux serait une ville de gauche. Et pas qu'un peu. Les scores de François Hollande (39,42% au premier tour et 62,78% au second) témoignent d'une vague rose déjà observée il y a cinq ans avec Ségolène Royal. La candidate socialiste obtenait un résultat global sur Dreux de 54,55% au second tour. Sarkozy n'a jamais été populaire à Dreux, c'est peut-être pour cela qu'il n'est jamais venu en visite chez nous.

dreux,presidentielles,resultats,sarkozy,hollande,hamel©Jackolan1

Dans ces circonstances, les acteurs de la droite locale ont toujours tendance à relativiser. On évoque un facteur sociologique, avec une population mouvante qui s'est renouvellée au cours des dernières années avec l'arrivée de franciliens à la sensibilité politique plus ancrée à gauche. Un vote contestataire, en rien assimilable à la gestion locale de Gérard Hamel.

N'empêche, on sent poindre un changement dans le vote drouais qui pourrait se manifester dès juin prochain avec les législatives et a fortiori dans deux ans pour les municipales. Même ses fidèles partisans le disent : Gérard Hamel est en bout de course. L'usure du pouvoir et les guerres intestines menées au sein de sa majorité ont déséquilibré l'action du Député-Maire. Jusqu'à maintenant, il représentait la figure paternelle assurant une stablité pateline aux drouais. Mais l'insatisfaction demeure : l'emploi se dégrade toujours autant en dépit des efforts de rénovation urbaine.

Il y a tout de même un fait qui interpelle. Le bureau de vote des Oriels totalise depuis cinq ans des scores étourdissants pour la gauche. En 2007, Ségolène Royale y obtenait 91% des voix. Ce dimanche, François Hollande a fait mieux avec 93%. Il existe donc une force de frappe foudroyante dans ce quartier qui étrangement n'a jamais véritablement sanctionné Gérard Hamel dans sa conduite des affaires municipales. Il y a comme un hiatus, un comportement électoral volatile qui prouve en tous cas le peu d'engagement de la droite locale pendant la campagne de Nicolas Sarkozy.

06 mai 2012

Après Dreux, le déluge

Samedi après-midi, sur le coup de 17h30,une averse de grêle s'est abattue sur Dreux, provoquant de nombreuses inondations et dégâts matériels.

Je reprends ci-bas les documents de mes contacts sur les réseaux sociaux



La grêle surprend Dreux par REGNIERZ

 

Les dégâts occasionnés semblent relativement lourds.

"Centre commercial plein sud, ici la foire fouille ainsi que Stockomani, le restaurant chinois ou les pompier s'activaient encore à nettoyer et chez Citroën ou la encore une partie du faux plafond est tombé sur les voiture en expo dans le hall..." relate Raphaël Fattelay.

dreux,giboulée,averse;grele,inondation

Arlette Marie parle des "Les jardins les arbres lacérés , Les trottoirs jonchés de feuilles hachées, des monticules de glace sur les bords des routes Spectacle affligeant, bien triste".

dreux,giboulée,averse;grele,inondationPhoto : Raphaël Fattelay

L'Echo Républicain décrit des scènes chaotiques. "La chute spectaculaire de la grêle qui a bouché les évacuations d’eau pluviale a engendré des inondations dans les rues obligeant la police municipale et nationale à mettre en place des déviations. Les pompiers ont reçu une centaine d’appels pour des magasins ou domiciles inondés. Parant au plus pressé, ils pénétraient dans les bâtiments inondés et demandaient aux occupants éventuels de couper l’électricité et d’évacuer. « Il y a dans certains endroits des risques d’effondrement. » Dans un magasin du centre-ville, des verrières ont été détruites".