Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 mars 2011

La Rep (1946-2011)

La Republique du Centre quitte l'Eure-et-Loir. Le paysage local va perdre en perspective. Pour les lecteurs drouais, dont je fais partie, le choc est rude et pour tout vous dire j'ai du mal à réaliser que dès ce lundi, je ne verrai plus la Rep sur les présentoirs des buralistes. "Un pari sur l'avenir" commente Christophe Préault, le directeur adjoint du quotidien. Je traduis : le groupe Centre France, propriétaire de la Rep et de l'Echo Républicain, fait du ménage dans ses comptes et concentre ses publications. La Rep ne sera plus diffusée que dans le Loiret. L'Echo Républicain reste seul en lice et priera à son tour pour que son agence drouaise ne subisse le même sort.

La Presse Quotidienne Régionale (PQR) va mal. Elle patauge depuis des années dans un bourbier inextricable. Les plus faibles s'enlisent, les plus forts parviennent à s'en sortir, non sans mal au prix de sacrifices économiques et humains. La cause du mal-être est diverse. Réduction des coûts, concurrence des nouveaux médias, concentration des titres, désintérêt progressif du lecteur, coût du papier et donc du journal mais rarement a-t-on entendu parler d'un modèle vieillissant, qui aurait dû se réformer depuis longtemps en profondeur.

Pour le coup, les patrons de presse locale font preuve de conservatisme et de dédain en ignorant les mutations de l'information ou en les observant de loin comme un épiphénomène. La Rep s'est réveillée beaucoup trop tard pour tirer son épingle du jeu. Et n'a cessé de ramer à contre-courant. Les salariés des agences euréliennes en font aujourd'hui les frais - mais n'ont-ils pas également leur part de responsabilité dans cet échec?

Quand  Philippe Préault constate benoitement qu"entre les parutions gratuites et la montée du numérique, les entreprises de presse ont le devoir de s'adapter, de penser de nouvelles organisations et de nouvelles manières de diffuser l'information", on applaudit la langue de chêne. Je retraduis donc : On met la clé sous la porte en Eure-et-Loir, on redispatche les équipes aux quatre vents et on renvoie les correspondants dans leur foyer. C'est drôle comme ces journaux, si prompt à dégainer pour dénoncer les plans sociaux usent d'autant de circonvolutions pour expliquer leur restructuration.

Deux ans après l'Action Républicaine, la Rep rend donc les armes après 65 ans de bons et loyaux services. A ce rythme, Dreux devra se procurer d'autres médias pour être informé.

Cette disparition ouvre néanmoins de nouvelles perspectives. L'information locale mute. On assiste depuis quelques années à une explosion de l'expression citoyenne sur le Net, un désir de communiquer, de comprendre, de savoir, de transmettre. Une information encore anarchique mais qui a le mérite d'apporter un peu de fraîcheur et d'originalité au microcosme local. Certains amateurs éclairés et bien informés sont en train de s'approprier les espaces de l'information et de la communication de demain. Les éditeurs de presse peuvent toujours réfléchir à leur stratégie d'implantation sur le web : ils ont déjà perdu la partie.

 

Commentaires

Excellent article! Et sombres perspectives.
FD

Écrit par : Françoise Duthu | 05 avril 2011

Les commentaires sont fermés.