Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 décembre 2010

Durocasserie 2010

Pour un jeune politicard branché, la communication passe aujourd'hui par le buzz. Peu importe la profondeur du message à délivrer pourvu qu'il soit grassement répandu. La jeune garde UMPiste locale - avec Pierre-Frédéric Billet aux avant-postes - a ainsi emprunté la voie de l'humour pour faire parler d'elle. La délirante trouvaille de nos bateleurs en culottes courtes s'appelle "Marianne de plomb" (en référence aux Marianne d'or) et est censée épingler les actions ou déclarations cocasses de nos personnalités politiques (de gauche, sectarisme oblige car à droite, on ne dit jamais de conneries). Au ban des lauréats : Eric Lenud (catégorie meilleur prof d'histoires drôles - pour avoir égratigné le Maire), Harold Huwart (catégorie le talent en politique, c'est pas automatique) et Mohamed Bougafer (catégorie je parle de moi parce qu'on ne me connaît pas - allusion à la publication de son autobiographie).

La pantalonnade de ces précieuses ridicules aurait pu rester confidentielle si elle n'avait pas été avantageusement relayée par la Rep' et l'Echo Républicain. Un non-évènement qui en dit long sur l'appréciation éditoriale de nos localiers. Puisqu'il en est ainsi, proposons d'autres prix du même acabit. Le meilleur pétomane, la plus grosse courge locale, la Miss tête d'oeuf... On en rigolerait presque si c'était drôle, dirait le sapeur Camembert. "On peut faire de la politique à droite et s'amuser. Ce n'est pas parce qu'on est à l'UMP qu'on est forcément vieux à 20 ans", prévient l'un des initiateurs de cette baliverne.  Un aveu parfaitement ironique, commenterais-je.

Ecartés de toute concertation, leurs aînés de la section locale de l'UMP ont officieusement blâmé cette démarche. Ne parlons pas des récipiendaires qui à défaut de se pincer pour le croire en voyant leur nom jeter en pâture dans la presse, doivent se gausser de l'incurie créative et idéologique de leurs jeunes opposants.

Pas besoin de sondage donc pour désigner la Durocasserie de l'année. Elle fait l'unanimité. J'avais un temps pensé à mettre en concurrence les épisodes de l'élection de Miss Agglo et celui de l'évadé du commissariat. Fuir en fait les classiques distinctions politiques. Impossible, hélas, d'y échapper. Pierre-Frédéric Billet, tu as mérité ton bâton de Maréchal du plus beau four de l'année. Et la Durocasserie qui va avec.

Les déjà-titrés

2007 : La permanence de l'UMP, rue des embûches

2008 : Les relations tumultueuses entre Gérard Hamel et Michel Lethuillier

2009 : La Rosière de Madame Husson 

Les commentaires sont fermés.