Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 septembre 2010

Plein la vue

Sans paraître désagréable, beaucoup trop de drouais sont miros. Il faut tout de suite alerter la santé publique, consulter la population, lancer un audit, prendre des mesures necessaires pour endiguer cet abcès de myopie. Etant moi-même porteur de binocle, je me demande s'il n'y aura pas au-dessus de nos têtes quelques mauvais nuages, néfastes pour notre acuité visuelle.

La raison qui me pousse à m'intérrroger est la suivante. Obtenir un rendez-vous chez l'un des trois ophtalmologistes nécéssitent au bas mot trois bons mois de patience. En centre-ville, on recense ... opticiens dont deux nouveaux sur le point de s'établir. Porter des lunettes relèverait davantage d'une question se tyle que de santé? y-aurait-il une OPA des lunettiers sur le centre-ville drouais?

En fait la pénurie des practiciens a eu pour conséquence un assouplissement des règles de la prescription médicale. Désormais, depuis 2007, il est possible aux opticiens de renouveller vos lunettes et de corriger votre vue avec juste une ordonnance datant de moins de trois ans.

Ca n'explique pas tout, car le succès de la profession doit beaucoup à des campagnes de publicité et d emarketing très active pour infléchir les mentalités vis à vis de l'objet qui n'est plus seulement considéré pour ses valeurs correctives mais envisagé comme un produit de mode, interchangeable en fonction des modes, des saisons, des âges, des usages...

Tout le monde vous le répète à volonté : porter des lunettes c'est fun. A y voir de loin, ça crée de l'activité, voire une concurrence saine. A y regarder de plus près, cette surabondonce d'opticiens nous fait réfléchir aux mutations du commerce local.