Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20 juin 2010

Quand Dreux chante

 

Dreux est américain et c'est une valeur montante du Gospel.

 

Pour la petite histoire, Gilles Dreu est né à Dreux, d'où ce pseudo... Il a simplement enlevé le "X" qui ne lui plaisait pas.

Ah j'oubliais, ce soir c'est fête. Alors, j'ai fait une playlist pour nous mettre dans l'ambiance.


23:59 Publié dans Etat des lieux | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : dreux, musique, fete

07 juin 2010

De l'eau dans la limonade

Faire de le résistance quand on occupe la Tourelle, quoi de plus naturel ! Le dernier vestige de la ville fortifiée, transformée depuis de nombreuses années en bar-restaurant est au centre d'une polémique opposant la ville de Dreux - propriétaire des lieux depuis 1978 - et la gérante de l'établissement, Lorinda Bigot, qui doit prochainement rendre son tablier.

Lorinda qui a grandement œuvré à l'attractivité de cette enseigne et par la même au dynamisme du centre ville souhaitait obtenir en cédant son affaire, une indemnisation à la hauteur de ses investissements. Elle envisageait notamment que ses successeurs acquièrent la terrasse couverte. Refus net des futurs bistrotiers arguant un manque de moyens financiers.

2010_0605sand0015.JPG

On s'interroge au passage sur les motivations réelles du couple de repreneurs sachant qu'une bonne partie de l'affaire repose sur cette terrasse. Enfin, passons.

Lorinda décide à la suite de cette non-transaction de poursuivre son activité jusqu'au 30 juin, date d'échéance de son bail commercial. La Mairie ne l'entend pas de cette oreille, elle qui avait négocié un départ de la commerçante au 28 mai dernier. Elle dépêche sur le champ un huissier pour constater l'état des lieux.

Les réactions s'enchaînent alors. Valentino Gambuto vise directement Pierre-Frederic Billet, le directeur de cabinet du Maire dans la gestion du dossier (Voir l'Echo Republicain du 2 juin). Selon l'élu socialiste, c'est lui qui « aurait demandé à Laurie de partir plus tôt que prévu : ce n'est pas la commerçante qui a fait cette proposition ». En coulisse, on se pose pas mal de questions sur les modalités d'attribution du nouveau bail. Sur les futurs patrons également et leurs liens avec Pierre-Frédéric Billet. La Tourelle, elle, reste stoïque face au ramdam. Elle en a vu d'autres au long de ses 700 ans d'histoire.