Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16 janvier 2010

Un but contre son camp

9782841113934.jpgPrenons un président de la République à la retraite qui pour occuper ses longues journées d'oisiveté décide d'écrire ses mémoires. Quelques mois plus tard, la somme de l'effort s'intitule Chaque pas doit être un but. Jacques Chirac dont la cote de popularité est au zénith depuis qu'il a quitté ses fonctions présidentielles, y consacre un passage sur les fameuses élections municipales de Dreux en 1983.

S'est-il senti obligé d'en parler pour chasser la culpabilité? Pour faire acte de contrition? Olivier Bohin a rapporté dans l'Echo Républicain, la version chiraquienne telle qu'elle apparaît dans son ouvrage. « La percée du front National s'est opérée dès l'automne 1983, à l'occasion des élections municipales partielles de Dreux, en Eure-et-Loir, sans que j'y ai alors prêté suffisamment d'attention. C'est ainsi que j'ai laissé, sans m'y opposer, la droite locale faire alliance au second tour avec le candidat du parti de Le Pen et remporter l'élection dans ces conditions. Je n'ai mesuré qu'après coup la gravité de ce qui venait se produire. »

Vous avez noté comme moi, la faiblesse du chef de parti qui « a laissé sans s'y opposer ». A l'époque, peu de temps après les résultats du scrutin, il tenait pourtant un langage plus direct.  « Je n'aurais pas du tout été gêné de voter au second tour pour la liste RPR-FN. Cela n'a aucune importance d'avoir quatre pélerins du FN à Dreux, comparé aux quatre ministres communistes au Conseil des ministres".

Par ailleurs Jean Hieaux, cité par le même Olivier Bohin, reconnaît que dans son livre l'ancien leader du RPR « se dédouane . Il participait [le soir du second tour des municipales de septembre 1983] à une fête à Rambouillet, en présence d'élus drouais comme Jacques Lemare. A propos de la victoire à Dreux et de l'alliance avec le FN, Chirac a dit : « Si c'était à refaire, il faudrait le refaire. »

 

Les commentaires sont fermés.