Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 mars 2009

Grosse fatigue

Chers lecteurs,

Voilà un mois que je ne cause plus dans le post. Je vous en explique brièvement les raisons.

Il m'était nécéssaire de prendre un peu de recul par rapport à ce blog qui depuis plus de deux ans occupe un peu mon esprit et empiète pas mal sur mon temps libre. Oh, rien de bien contraignant, le petit plaisir récréatif a juste évolué vers une habitude un peu lassante. Jusqu'à un certain billet rédigé au début du mois de février qui m'a posé quelques soucis. Concrètement, j'ai dû dans un premier temps censurer certains commentaires, puis en bloquer l'accès avant de supprimer ladite note. Trois fois rien. Mais j'ai profité de l'occasion pour prendre mes distances avec Dreux et m'interroger sur l'intérêt d'écrire sur le microcosme local.

Ce blog ne me rapporte rien sur le plan financier mais j'y apprends beaucoup, notamment grâce à vos commentaires. Il m'oblige en outre à me pencher sur le fonctionnement de cette ville, à être attentif à ses transformations. Il me donne aussi l'occasion d'employer cette liberté de ton qui flirte parfois avec l'insolence.

Mais il n'est pas sans conséquences lorsque les vannes de l'interactivité sont ouvertes. Je reconnais volontiers les limites de mon entreprise quand sur des sujets polémiques il faut modérer certains commentaires, supporter quelques noms d'oiseaux et surtout assumer ce que l'on écrit. C'est aussi le prix à payer quand on joue avec les lignes. Mais il m'arrive parfois de douter, alors très prudemment, sur les conseils de certaines personnes, j'ai supprimé cette note brûlante où j'évoquais une provocation faite par l'opposition à l'attention de Gérard Hamel.

Juste un rappel : l'esprit initial du blog est d'exposer un point de vue et de stimuler l'échange. En m'exprimant librement sur le web, ma démarche peut être perçue comme une action militante dont le jeu consiste à deviner mon emplacement sur l'échiquier politique, à savoir si je suis du côté des blancs ou des noirs. Cette vision manichéenne n'a pas de sens, je livre ici un sentiment personnel totalement dénué d'intérêt et d'ambitions. Mais bon puisqu'il faut se ranger dans des catégories pour exister auprès de certains, je désignerais mon blog comme un espace d'expression citoyenne - c'est un peu ronflant mais c'est le terme qui me semble le plus approprié.

Je sais également que beaucoup se demandent qui se cache derrière mon pseudo. Certains le savent, ils ne sont pas nombreux. Les autres seraient probablement déçus d'apprendre qu'il s'agit d'une personne sans aucune notoriété locale. Mais bon, si vraiment cette question vous taraude, en cherchant bien vous devriez facilement trouver.

Ce petit coup de mou passager ne sera pas sans conséquences et me servira quelque part. Pas à fermer définitivement Clochemerle mais au contraire à régénérer mes idées et sévir sous une autre forme sur la toile. Clochemerle s'essoufle par moment, il sera de moins en moins actif mais restera vivant. Ce ne sont pas les sujets qui manquent.

A bientôt,

Jack

Les commentaires sont fermés.