Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 février 2009

Les fauves sont lâchés

2009_0203Laneige0083.JPG

Il n'en fallait pas tant pour leur donner de l'appetit aux jeunes loups de la section locale de l'UMP. Un petit rassemblement officialisant leur groupement et les voila déjà en ordre de bataille, affamés par la succession de Gérard Hamel qui, en annonçant son retrait de la vie politique , a maladroitement ouvert la boîte de Pandore. Ou est passé son conseiller spécial, son expert en stratégie de communication? Coincé par la neige peut-être... Enfin Gégé sait se reprendre et a tout de suite ouvert les vannes de l'information en précisant que ces petites réunions Tupperware entre jeunes UMPites avaient pour simple effet de peser sur le débat public quand  Miled Zrida et ceux de l'opposition organisent régulièrement des points presse pour dire tout le bien qu'ils pensent de la gouvernance municipale. Cette mission de contre-attaque ou de pare-feu, échoit au sémillant directeur de cabinet du Maire, Pierre-Frédéric Billet, qui de son strapontin se verrait bien à l'orchestre. D'ici là, il a encore le temps de se faire connaître, et autrement que par des supplications auprès de Mme Hamel pour convaincre son mari de rester en politique.

Un autre qui peut remercier le Maire de Dreux, c'est Olivier Marleix, explicitement désigné pour tenter de lui succéder au poste de député. Mais connaissant le plan de carrière du conseiller technique à la présidence de la République, est-ce réellement une surprise? Du côté de la droite drouaise, on commence à ruer dans les brancards. Certains voient en effet d'un drôle d'oeil l'arrivée d'un hyper-ambitieux, élu à Anet pour mieux viser la présidence du Conseil Général. Baby Marleix est un sprinteur, toujours à fond, les deux pieds sur l'accélérateur. Le genre portable collé à l'oreille. Un peu comme s'il prenait la mesure de son boss à l'Elysée, lieu où l'on a plus de chance de le trouver qu'en mairie d'Anet. Là-bas d'ailleurs, ils en pensent quoi ?

Ben, la lune de miel tourne un peu à la déception. On sent un type pressé, qui passe en coup de vent, qui ne prend pas le soin d'écouter, de consulter. De toute façon, ses adjoints le font pour lui alors autant se cantonner à un rôle de représentation quand on a un agenda overbooké. Enfin, si un zébulon, aussi brillant et vivace soit-il, déboule fièrement dans la basse-cour drouaise, même adoubé par  Gérard Hamel, il risque tout de même de se faire voler dans les plumes.

Commentaires

Ah, enfin une note politique ! cela nous manquait (rire). Même si l'hypothèse Olivier Marleix est évoquée aussi bien par les journalistes locaux que par l'opposition de gauche elle-même, qui n'y croit pas tellement (à sa propre victoire), il existe aussi des plans B et C. En off, comme l'on dit, certains hauts responsables départementaux de l'UMP verraient bien une femme succéder à Gérard Hamel. Le nom de Josette Philippe circule, puisqu'elle est dans l'organigramme départemental du parti de la majorité de droite. De toute façon, tout reposera sur l'émergence ou non de personnalités locales au sein du conseil municipal avant 2014. Dans le cas contraire, effectivement, Olivier Marleix risque de mettre tout le monde d'accord. Mais il ne faut pas tourner aussi vite la page Gérard Hamel. S'il voit que la droite peut perdre la ville, il pourrait faire un dernier tour quitte à abandonner sa place au cours de son quatrième mandat. Dans les autres plan C, nous avons également Jacques Lemare qui pourrait tenter une dernière fois sa chance, après des sénatoriales difficiles. Mais Gérard Hamel délègue peu et veut tout contrôler. Il aura du mal à laisser monter quelqu'un et a le désigner comme dauphin. La guerre n'aura pas lieu uniquement qu'à gauche entre V Gambuto et M Zrida, la droite risque aussi l'implosion. Une chose est sur, c'est que la densification de la population en centre ville, là où l'on vote, figera la ville à droite encore pour de nombreuses années. Tout le secret de la victoire a toujours été dans les quatre bureaux de vote du centre ville. Le panier de crabes a encore de beaux jours devant lui !

Écrit par : Les Bâtes autrement | 05 février 2009

C'est la neige sur Dreux qui fait fondre la carrière politique du maire Hamel?....
Le cocotier à Dreux est il si bon que cela que beaucoup sont préts à tout pour y grimper en haut ???.

En tout cas, Jack jolie photo enneigée......

Écrit par : pierlouim | 06 février 2009

Belle analyse frère Jack. A Anet Marleix, c'est l'homme invisible. Il vise très haut le bougre mais il brûle les étapes de terrain. Dans ce microcosme politique, tout est calculé par rapport à l'appareil politique. Les stats des derniers votes, l'investiture en haut lieu sans consulter la base, les endroits où de vieux bons maires ont oeuvré sur le terrain, gagné la confiance des electeurs, réalisé des opérations structurées. Bref, les coins magiques qui tombent à point pour placer un cadre du parti et lui servir sur un plateau un fabuleux territoire qui sert de tremplin politique. Marleix a découvert Anet sur une carte Michelin. Les électeurs, ils s'en moquent éperdument en haut lieu. Ils possédent les finances et se payent de la com à gogo quelques semaines avant les élections pour faire bonne figure. Les parachutés, c'est de l'escroquerie et en règle générale, ils prennent une belle veste à la Roger Bambuck. Quant aux plans B et C de notre ami des Bâtes. Ce serait une catastrophe locale. La mère Josette s'y connaît en culture comme mon chien en biotechnologie. Pour elle, le développement économique, c'est la construction d'une baraque à frites à Saint-Eve à la sortie de l'Eglise. Elle raffole de jeter des boules de coco au peuple du haut du Beffroi lors des Flambarts. Boule de coco, taille de cerveau. Quant à Jack Lemare, il a l'expérience, il maîtrise son sujet mais il lui manque l'essentiel: le côté humain comme dire bonjour, serrer des paluches, écouter les gens, être proche des administrés. Il a été un très bon adjoint de son propre développement économique...Point barre. Les prochaines élections, c'est une chronique du chaos annoncé, à droite comme à gauche, mais peut-être encore plus à droite. Vous oubliez Tayeb Touazi qui dés le lendemain des élections travaillait déjà pour les prochaines. Vous oubliez Pascal Rossion qui reste dans le peloton et qui prépare le tour de l'Avenir. Non ça c'est une blague. La succesion d'Hamel, c'est nous qui la déciderons dans les urnes. Il a fait de belles choses et il faut le reconnaître. Passer derrière lui ne sera pas simple. Quant au directeur de cabinet, il a pris son BILLET pour l'enfer en se dévoilant si tôt. Le panier de crabes va le déguster et le digérer goulument. Et quid de la tendance politique nationale au moment des élections en 2014? Tout ça paraît prématuré. Qu'ils bossent d'abord et qu'ils nous prouvent de belles réalisations sur le terrain. C'est celle là ou celui là qui fera la différence. Gauche-droite- sans étiquette, le bon sens l'emportera. Les Drouais ne sont pas des moutons. ziz

Écrit par : zizou | 06 février 2009

Pour rire un peu plus...
http://www.dailymotion.com/video/x4k07d_presentation-olivier-marleix_politics

Écrit par : Jet | 08 février 2009

L'avenir à gauche ce n'est pas Gambuto et Zrida mais Cauchon, Souni, Habimana pour les hommes et Boullais, Husson pour les femmes. Je sais qu'ils travaillent pour 2012/2014

Écrit par : Quelqu'un | 16 février 2009

Les commentaires sont fermés.