Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 janvier 2009

En tenue de sport

Certains athlètes goguenards ne manquent jamais de faire remarquer leur ignorance en géographie avant un déplacement sur nos terres. "C'est ou Dreux?". La question n'est hélas pas du ressort des seuls adeptes de l'effort physique. Mais bon, dans le langage courant de cette corporation, on évoque rarement la sous-préfecture de l'Eure-et-Loir pour en connaître l'itinéraire depuis l'INSEP ou n'importe quelle autre cité de l'hexagone. Je ris car les choses risquent de changer...

2008_0615vélo0055.JPGA défaut de nous situer sur la carte de France, les mordus du ballon ou de la course à pied ont peut-être eu vent des "classiques" du sport spectacle à la drouaise : le Challenge Marrane, les rencontres amicales de football international, sans oublier la grande marotte de Gérard Hamel : le gala de catch. Des évènements populaires certes, mais assez marginaux tout de même. Alors pour 2009, la municipalité a décidé de changer de braquet en misant sur le cyclisme. Le Tour de l'avenir partira de Dreux contre une enveloppe de 34 000 euros à ses gentils organisateurs. Un échauffement selon Pascal Rossion, adjoint en charge des sports, qui se positionne pour accueillir une hypothétique étape du Tour de France. Ca tombe bien, la même société (ASO) organise les deux épreuves...

Du côté de la municipalité, on s'attache de plus en plus à conjuguer sport et attractivité. Rassembler les drouais autour d'un évènement ponctuel mais aussi poser les bases de nouvelles spécificités dont la ville pourrait tirer bénéfice. Un peu comme ce fabuleux projet de Centre national pour le sport de haut niveau. On prévoit d'accueillir en lieu et place de l'ancien Sanatorium des Bas-Buissons, des installations sportives ad hoc mais également les sièges de certaines fédérations. S'il voit le jour, ce complexe devrait contribuer à modifier profondément l'image de marque de la ville et imposer, après l'industrie pharmaceutique, un nouveau pôle de compétence.

Dreux 1532.jpgReste la question de la politique sportive à mener à l'échelle municipale et qui consisterait à développer l'activité et le niveau de performance des clubs et des athlètes. A la Mairie, on estime que cette tâche revient aux associations. A elles d'impulser le rythme, l'effort publique suivra en cas de résultats. Mais peut-on seulement prétendre à l'élite dans une ville limitée par ses ressources humaines et ses infrastructures? Dreux a rarement eu les honneurs d'une grande performance, d'un exploit retentissant à l'échelle nationale même si l'absence de gloire emblématique n'empêche pas les talents d'éclore. L'histoire montre que la réussite sportive passe - outre les heures d'entraînement - par un investissement financier et humain, une bonne politique de détection, un réseau social dense et une présence au sein des organes décisionnels du sport. J'oublie sans doute quelques ingrédients mais à partir de cette recette, on peut parvenir un plat relativement consistant.

La gestion d'une structure sportive a aussi un coût. Alors le conseil municipal s'est montré plutôt généreux vis à vis des associations lors de la distribution des subventions annuelles en décembre dernier. Au cours du vote du budget, Gérard Hamel a d'ailleurs rappelé qu'il comptait favoriser les clubs de niveau national. Mais les sportifs évoluant à ce rang et leur encadrement, savent également qu'une manne publique est souvent insuffisante pour être ambitieux. La sueur ne suffit plus, il faut aussi des moyens financiers que seuls de généreux partenaires peuvent offrir. C'est, à l'heure actuelle, ce qui manque le plus à Dreux pour évoluer au sein de l'élite.

Commentaires

Promis, cette fois, le blason parlera en "Mauclerc" ! Vix.

Écrit par : Vix | 10 janvier 2009

Il ne faudrait pas non plus mettre la charrue avant les boeufs...

1 - Dreux n'est pour le moment que candidate à l'accueil de ce pôle sport, le dossier drouais une fois construit étant appelé à être mis en concurrence avec d'autres municipalités.
2 - Gérard Hamel communique beaucoup sur le sujet. La crise que traverse la ville n'est pas conjoncturelle. A des maux profonds, des remèdes solides sont nécessaires. Or ce centre aurait un coût pour les drouais, et l'on peut douter de l'ampleur des retombées de ce dernier pour l'économie drouaise. Certes il créera des emplois indirects, mais les chiffres avancés par les proches du dossier semblent farfelus. La sacro sainte "image de la ville" ne doit pas non plus nous détourner du principe d'efficience - en ces temps de crise profonde de l'économie drouaise.
3 - Ce dont Dreux a plus que jamais besoin c'est de projets réellement structurant. En premier lieu une profonde réflexion s'impose. Sur les faiblesses d'aujourd'hui d'une part, et ensuite sur les forces à développer pour assurer un avenir serein à cette ville.
4 - Il est malheureux d'observer les lacunes des municipalités successives en matière de réflexion stratégique. La ville a pendant longtemps était gérée au jour le jour, sans vision à long terme, à la manière d'une petite épicerie. Or on ne gère pas une ville comme Dreux comme une petite entreprise. Une commune de cette dimension a besoin de réels gestionnaires, qui tels des "capitaines" d'industrie sont à même de ne pas sacrifier l'avenir sur l'autel du courtermisme.
5 - Pour nous rassurer sur l'avenir de notre commune il nous faudrait bien plus qu'un catalogue de projets. Un projet cohérent, des axes de développement clairement identifiés, des objectifs quantifiés, et un profond examen de conscience ne pourraient faire de mal.

Écrit par : MSTKFRT | 10 janvier 2009

Jack!,
Ton "c'est ou Dreux?."...me rappelle une histoire ancienne (du XVIIIéme siècle)
Au nord de Chartres vers Lèves se trouvaient trois embranchements de routes (qui existent toujours) pour Dreux, Maintenon et Rambouillet..
Les habitants du coin, continuellement interrogés par les charretiers, postillons de dilligences et voyageurs de tout poil ... répondaient sans arrêt : "Pour Dreux?, à gauche!"

Cette expression "Pour Dreux? à gauche" devint pour les chartrains occasion de plaisanterie et de chansons humoristiques sur Dreux... Les braves Drouais s'en sont offusqués, un procés s'en est suivit. Je crois que les Drouais l'ont perdu.......

En tout cas, vive le sport... à Dreux!!!!

Écrit par : pierlouim | 12 janvier 2009

Les commentaires sont fermés.