Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 juillet 2008

Histoire d'eau

zou 044.jpgC'est peut-être la goutte qui va faire déborder le vase. Il apparait en effet que notre eau nous est facturé au prix fort (4,50 euros le m3 alors que la moyenne nationale s'élève à 2,50 le m3). C'est ce que dénonce la section locale du Parti Communiste qui a décidé de lancer une pétition à l'adresse de Gérard Hamel et du directeur de la Lyonnaise des Eaux, notre distributeur, également chargé de l'assainissement. Le PC réclame la résiliation des différents contrats liant les deux parties et la remunicipalisation de la gestion de l'eau.

Hasard ou coincidence, j'ai recu samedi matin un appel d'un enquêteur de TNS-Sofres qui s'enquérait de ma satisfaction sur les services fournis par la Lyonnaise des Eaux. Là, j'ai failli boire la tasse.... Avec son goût de chlore, ses excès de nitrates, même mes plantes supportent mal la flotte de la Lyonnaise. Et je ne parle pas du prix, ni de l'opacité de la facturation. En tout cas, l'initiative des communistes a été suivie d'effet car du côté de l'opérateur on cherche manifestement une parade à la situation drouaise. J'aurais bien aimé signer cette pétition, témoigner mon soutien à nos plombiers de service. Mais remunicipaliser l'eau, est-ce plausible? La ville en a-t-elle les moyens?

Petit rappel. L'externalisation de la distribution d'eau potable date de 1967, à l'époque où la municipalité, qui dégage pourtant un solde positif de l'exploitation de sa régie, n'est plus en mesure de financer les travaux de renouvellements des anciennes installations. Depuis quelques années, le prix de l'eau a considérablement augmenté et la Commission des finances, présidée par Jean Hieaux, entreprend de céder l'affermage du service à Lyonnaise des Eaux, moyennant une indemnité d'un million de francs. Avec la garantie, entre autres avantages, de fournir gratuitement 10m3 par habitant et d'accorder quelques gestes commerciaux aux services publics.

En 1978,  la majorité politique a changé de bord et Françoise Gaspard dépose un recours devant le Tribunal Administratif d'Orléans pour annuler le contrat liant la ville à la Lyonnaise des eaux. Il est prévu de rétablir une régie municipale pour contrecarrer une augmentation vertigineuse du prix et réagir face au manque de transparence de l'opérateur, notamment à propos de certaines clauses contractuelles. Recours sans suite. Un nouveau contrat pour la distribution sera signé en 1993, sans mise en concurrence. Contrat toujours effectif et qui court jusqu'en 2023.

La proposition du PC mérite donc qu'on s'y attarde; l'eau va devenir un enjeu majeur au cours des années à venir, il est donc temps de prendre le dossier  en amont, trois ans avant la renégociation du contrat pour la station d'épuration. Ailleurs,  le débat est dans les tuyaux depuis quelques temps. Paris vient d'annoncer la remunicipalisation totale de son précieux liquide, emboitant ainsi le pas à d'autres villes confrontées à des tarifs onéreux et un entretien des canalisations souvent aléatoire. La notion de service semble s'être évaporée en route, celle que Jean Cauchon, maire de Dreux de 1965 à 1977, définissait au moment de l'affermage de la régie des eaux :

"Une régie municipale doit offrir aux usagers un service ausi bon, sinon meilleur, que celui qu'ils trouveraient dans une autre formule. Il est souhaitable aussi que ce service soit facturé meilleur marché et si cette dernière condition n'est pas réalisable, il doit y avoir compensation dans le budget de la ville recevant de cette régie un solde non négligeable. Ainsi une régie doit-elle, dans une certaine mesure, contribuer à l'amélioration des conditions de vie de nos concitoyens qui sont en même temps des contribuables". 

 

Commentaires

J'adooooooooore ta photo ! oui, je SAIS que c'est toi qui l'as prise, j'ai reconnu le torchon !

Écrit par : Ellie | 10 juillet 2008

Il y a quelques mois une superbe machines ultra perfectionnée, prétée je crois, par la ville d'Orléans , a sillonné pendant plus d'une semaine les rues Drouaises.
Elle s'avançait lentement ,en reniflant le sol pour débusquer les duites d'eau du réseau urbain.....
Qu'en a -t-il été ?..
Il y a t'il eut beaucoup de fuites découvertes et colmattées ?....

Écrit par : pierlouim | 11 juillet 2008

Je ne veux pas pour ma part entrer dans le débat opposant régie et société spécialisée qui interviennent en délégation mais il me semble que votre message est un peu parti pris et sur certains points pas tout à fait exact. Les entreprises spécialisées ont un taux de fuiter qui est bien meilleur que celui qui est relevé dans les villes en régie, ce qui est normal d’ailleurs ils ont des moyens techniques de recherche de fuites qui sont plus performants et surtout que les petites régies ne peuvent pas se payer. Sur Paris d’après ce qu’a dit le Maire son choix de revenir au plublic n’est pas une question de qualité de service mais plus une volonté idéologique… le prix de l’eau y est l’un des moins chers de France et le taux de fuite l’un des plus faible d’Europe. Ce qui me semble fausser la donne dans votre discours est résumé dans la citation de M Cauchon : si la régie ne peut pas assurer un prix raisonnable il recommande de compenser par le budget communal … le « hic » c’est que le budget communal c’est vos impôts qui l’alimentent … En bref, la régie n’étant pas dans une optique de gain de productivité (comme peut l’être une entreprise qui se rémunère sur l’efficacité de son organisation et de ses moyens) elle perd parfois beaucoup d’argent , du coup elle doit augmenter les prix si elle veut réussir à suivre en terme d’investissement … et vous vous nous dites dans ce cas là on augmente pas le prix on compense avec le budget de la commune. Mais c’est toujours vous qui payez je vous signale et du coup l’eau coute en fait plus cher en régie sauf que le cout est dissout entre votre facture d’eau et la part que compense le budeget communal … Voilà tout ça résume la raison pour laquelle je trouve presque malhonnête le débat entre régie et délégation tel qu’il est mené actuellement : on compare des choux et des carottes, sauf qu’on essaie en plus de déguiser les choux en carottes… pas facile comme exercice…

Écrit par : Jérémie Floch | 05 août 2008

Les commentaires sont fermés.