Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 mai 2008

Mai 68 à Dreux (3 et fin)

20 mai. Pendant près de deux semaines, le mouvement s'étend à toutes les usines de la région. Les mêmes mots d'ordre sont lancés par les syndicats à destination des travailleurs : grève illimitée et occupation des locaux. L'appel est entendu et appliqué à la lettre chez Potez, Floquet Monopole, Comasec, Leo, Cometo, Perigodet. Le service public est également touché. La moitié des employés communaux débrayent, les crêches, les écoles et la sécurité sociale sont fermées. La régie EDF-GDF assure tout de même un service de distribution de gaz et d'électricité et le personnel hospitalier, bien que solidaire du mouvement, ne "s'adjuge pas le droit d'abandonner les malades".

C'est le grand rush dans les commerces d'alimentation : les drouais s'approvisionnent massivement en sucre et en huile. Certains vont même jusqu'à stocker de l'essence dans leur maison. On recommande à la population de détruire ses ordures ménagères pour pallier à la défection des services de nettoiement. L'Action Républicaine sort une édition spéciale d'une page, où il fait état de la situation générale et livre les recommandations de bon usage pour rassurer la population.

957468698.JPG

Les manifestations se poursuivent, dans le plus grand calme, rassemblant une portion congrue d'ouvriers et d'étudiants, la plupart étant retenus à occuper leurs locaux. Dans les usines, des négociations sont entamées sur les salaires et les conditions de travail. Ces mouvements réveillent aussi quelques antagonismes entre générations. Un jeune drouais est ainsi victime d'une agression au seul motif qu'il a les cheveux longs et qu'il ressemble fortement à l'un de ces étudiants grévistes.

Peu à peu le mouvement se délite, les entreprises redémarrent, les écoles rouvrent, l'activité reprend. La ménagère, elle, se félicite de retrouver un peu de liquidité pour effacer l'ardoise de l'épicier. Au final, Dreux n'a pas monté ses barricades, ne s'est pas heurtée aux CRS mais a participé, à sa manière, à cette vague contestataire.

Les commentaires sont fermés.