Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 avril 2008

Nourris au grain

454624541.jpgComment naissent les idées de génie? Souvent au bout d'intenses réflexions, comme Einstein griffonnant des lignes lignes de calculs pour parvenir à la théorie de la relativité, ou bien parfois de manière inopinée, un peu comme Newton définissant la gravitation après avoir reçu une pomme sur la cafetière. Pour Ginette Chanal, inutile de cogiter trop longtemps, la vérité est au fond la marmite. Et puis c'est dans les vieux pots qu'ont fait les meilleures soupes.

La directrice de l'office du tourisme, encore toute auréolée du succès des 12e jeux de l'esprit, est récement montée au créneau pour la promotion de Dreux. Son nouveau dada : singulariser la ville au travers d'un particularisme gastronomique. Un peu comme Cambrai avec ses bêtises ou Toulouse avec ses saucisses. Ginette, qui aime les défis, fait donc appel à la créativité des drouais pour donner un peu de relief alimentaire à notre bonne vieille cité. Au menu, du poulet et de l'estragon.  A vous de trouver, à partir de ces ingrédients, une recette qui éclipsera Henri IV et sa poule au pot des manuels d'histoire. Pourquoi le poulet? Pourquoi l'estragon? Mystère et boules d'opium. J'avais de bonnes références pour le museau de porc à la vinaigrette mais sur le poulet, je sèche un peu. Si en revanche l'idée vous inspire, laissez votre recette en commentaire.

28 avril 2008

Mauvaises ondes

1813543251.jpgSans mauvais jeu de mots, ça barde sur RTV. La vénérable radio drouaise, qui a discrètement fêté ses 25 ans l'année dernière, passe un cap difficile depuis la nomination de son nouveau président. Perte de crédit, dissensions sur les programmes, manque de concertation entre la direction et le personnel... Résultat, les quatre salariés de l'équipe ont sonné le tocsin la semaine dernière en faisant grève. 

Il y a quelques mois déjà, la disparition des tablettes de l'animateur fétiche des émissions d'accordéon avait provoqué un psychodrame. Aujourd'hui, le malaise porte sur  le management d'Eric Steiner, propulsé à la tête de la Radio des Trois Vallées en automne dernier, comme un cheveu sur la soupe. Nomination surprenante pour cet ancien ingénieur en informatique reconverti dans l'information locale sur internet

L'image et le style, au coeur du problème? A vrai dire, RTV, depuis sa création en 1982, a conservé un aspect "artisanal", un ton assez éloigné des standards actuels, une technique parfois approximative. Mais c'est aussi ce qui fait son originlité et son charme.  Au début des années 80, parmi les quatre radios locales existantes, RTV se démarquait pourtant par son organisation structurée, ses plages de débats, l'éclectisme de ses émissions musicales.... C'était de la radio ambitieuse. Mais la station drouaise ne s'est pas donnée les moyens d'évoluer sur le plan artistique. On peut louer les efforts de l'équipe, reconnaître la qualité de son travail, RTV accuse malgré tout un sérieux déficit d'image. L'illustration en est même flagrante avec son site internet qui a les honneurs et les railleries d'un portail dédié aux sites les plus kitschs du web.

Alors, quid du dilemme entre Eric Steiner et son équipe? Une querelle entre deux conceptions de la radio associative? Un problème d'égo? La réponse peut-être à l'antenne, sur 95.7.

 

 

 

27 avril 2008

Sous le soleil

Voyez cette belle image...

1150119901.JPG

... On dirait le Sud avec ses ocres chaulés, ses cyprès, ses lavandes et ses oliviers maousse costauds. En vérité nous ne somme ni à Saint-Tropez, ni à Bormes-les-Mimosas mais toujours à Dreux, rue des embûches, après toilettage des abords de l'office du tourisme. Chaque recoin du centre ville prend décidément une allure de carte postale. 

1078561442.JPG

 

25 avril 2008

Cachet postal

Poste restante

Cher Marcel,

Je suis bien arrivé à Dreux. Le printemps est enfin là, avec ses cerisiers en fleurs et ses premiers rayons de soleil. J'ai même retiré mon paletot de laine tellement il faisait bon mercredi après-midi. Je viens de visiter l'exposition sur l'art postal à l'Hôtel-Dieu et j'en sors ravi. L'idée est originale : une drouaise, Fabienne Ruaut-Lichet, a demandé à ses amis-correspondants d'exprimer leur talent artistique sur le courrier qu'ils lui expédient. Du coup, elle a décidé d'exposer sa belle collection d'enveloppes. On en voit de toutes les formes avec des aquarelles, des dessins, des collages... Moi j'ai bien aimé la lettre sous vide avec les bouts de ballon de baudruche. J'ai noté son adresse pour lui écrire : 42 rue Saint-Thibault 28100 Dreux.

Je rentre dimanche matin par le premier train. J'espère que ton durillon te fait moins mal.

Amitiés,

Jack

Jusqu'au 5 mai à l'Hôtel-Dieu.

718538215.JPG1343510151.JPG

767245994.JPG428639115.JPG

23 avril 2008

La gueule (drouaise) de l'emploi

 

 

Dreux va mal et ça ne date pas d'hier. De 1965 pour être précis. Les syndicats faisaient alors front commun face aux licenciements et aux fermetures d'entreprises du secteur industriel. C'était le temps des premiers soubresauts des trente glorieuses, des appels à manifester, de l'intersyndicale. Quarante-trois ans plus tard, le mode opératoire n'a guère varié et l'industrie demeure toute aussi dépendante des aléas conjoncturels. La différence se situe plutôt au niveau de la ligne d'horizon des salariés. Quel avenir professionnel peut-on envisager à Dreux quand on a passé 25 ans à bosser en usine? Dans les années 60, on pouvait encore répondre concrètement à cette problématique. Aujourd'hui, à l'époque de la désindustrialisation, on se jette, désespéré, dans une bataille à laquelle on ne croit plus. Même les syndicats ont baissé pavillon, plus affairé à négocier les primes de licenciements que de préserver l'emploi. L'unité syndicale a volé en éclat si j'en crois le responsable de la section CGT de Philips EGT, Manu Georget, dont l'appel à manifester contre le plan social de l'usine des Châtelet est resté sans écho. "J'ai contacté les unions départementales et locales de la CGT, qui m'ont au mieux dédaigné, au pire envoyé promener, et les autres syndicats nous ont adressé une fin de non recevoir" (La Rep, 21/04).

Juste un rappel : Philips EGT purge à nouveau ses effectifs. Après 283 licenciements en 2003 , 279 salariés sont aujourd'hui sur la sellette. Inutile de préciser qu'après l'hécatombe LG Philips, le dégraissage en cours chez Klarius, les sous-traitants s'apprêtent à vivre des lendemains douloureux.

En 1965, peu de temps après ces appels à manifestation, un vaste plan était mis en oeuvre pour redynamiser l'industrie. Aujourd'hui, on nous suggère gentiment d'aller trouver du boulot ailleurs ou bien de nous adapter aux mutations économiques en changeant de métier.

Alors, l'avenir de l'emploi à Dreux? La mobilité.