Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 avril 2008

Radioscopie

1292571409.jpgLes sociologues adorent se pencher au chevet de Dreux. Dreux, la tubarde, qui n'en finit pas d'expectorer ses maux. Dreux, petit rat de laboratoire testé pour la cause nationale. On se souvient du fracassant "Dreux, voyage au coeur du malaise français" de Michèle Tribalat, ouvrage issu d'une enquête préalablement commanditéé  par Gérard Hamel et qui avait le mérite de faire sortir le pus de la plaie. Plus récemment, en 2006, un groupe d'étudiants de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) s'est penché sur plusieurs problématiques relatives au phénomène drouais.

J'ai pour ma part été attentif à deux rapports. Le premier sur l'étude des marchés (ceux où l'on achète fruits, légumes, poulets...) de Dreux où les auteurs signalent que "les frontières sociales et symboliques de la ville se retrouvent dans l'espace des marchés". Le commerçant devient un "acteur social" et le marché couvert un enjeu de "stratification sociale", un "lieu socialement valorisé" en regard des étals de la place Verdun et de la Cité Le Moulec.

L'autre beaucoup plus pertinent concerne Proximum, trait d'union conceptualisé entre drouais et pouvoir local. La notion de proximité implique selon nos chercheurs, "une volonté de circonscrire un espace, de maîtriser un espace en le redéfinissant". Le coeur du dispositif touche à des "problèmes locaux, à un traitement individualisé des revendications et des plaintes. Ce sont des problèmes individuels qui annulent les positionnements collectifs". L'étude démontre également que les adjoints Proximum doivent faire "local", "proche", même s'ils ne sont pas tous issus du quartier qu'ils administrent, avant de conclure interrogatif : de quel type de proximité s'agit-il? La notion d'habitant de proximité a-t-elle un sens?

Les copies sont à glisser juste en dessous dans la rubrique commentaires.

Commentaires

Bonjour Jack
Savez vous comment nous pourrions nous procurer l'étude complète faite par Yasmine Bouagga et Marcin Nowak sur Proximum au travers des
quartiers des Bates et Kennedy ? Ou en avez vous la copie ?

Écrit par : Les Bâtes Autrement | 07 avril 2008

je suis d'accord avec la question concernant proximum: quelle proximité?

en effet, ce système a l'avantage d'apporter le service public vers les habitants des quartiers. Mais d'un autre côté, cela ne contibue t'il pas encore un peu plus à la ghettoïsation de ces quartiers?
Des administrés qui ne sortent même plus du quartier pour aller chercher un formulaire...

Écrit par : aurél | 08 avril 2008

Coluche disait : quand tu poses une question à un technocrate, non seulement tu comprends pas la réponse, mais en plus, tu comprends même plus la question...

Écrit par : Ellie | 08 avril 2008

Dire de proximum qu'il ghettoise, c'est la même dynamique que lorsque l'on parlait du ghetto des "Chamards". C'est le comportement des habitants qui fait parler de ghetto, alors que la référence du ghetto est liée à une interdiction de sortir d'un périmètre géographique.
Le dispositif a été conçu pour rapprocher l'Administration municipale des habitants qui se désespéraient de pouvoir se faire entendre. Il est évident que quelques bémols ont été mis aux intentions des initiateurs du Système qui ont atténués dans leurs effets les valeurs de reconnaissance individuelle du citoyen unique et partie prenante de son quartier et de sa ville.

Écrit par : Amazigh | 17 avril 2008

Je peux fournir mes notes sur Proximum à Dreux; c'est loin d'être une étude complète cependant. Je me suis pour ma part davantage intéressée à la question des élus de proximité. Vous pouvez me contacter à l'adresse:
YASMINE.BOUAGGA(AT)GMAIL.COM en remplaçant (AT) par @.

Écrit par : yasmine bouagga | 05 mai 2008

Bonjour Jack,
Je sais que l'article remonte à loin mais... Sauriez-vous me dire à quelle recherche vous faites allusion dans cet article au passage :

"Plus récemment, en 2006, un groupe d'étudiants de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) s'est penché sur plusieurs problématiques relatives au phénomène drouais."

Cela me serait très utile.
merci et bonne soirée
marie

Écrit par : marie | 05 mai 2013

Les commentaires sont fermés.