Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mars 2008

Lettre ouverte à un ex

 

1278926078.jpg

Cher Monsieur Larsonneur,

Je n'ai jamais eu l'honneur de vous serrer la pogne, ni même de vous croiser dans la rue. Mais comme vous, j'ai le goût des beaux pulls. Pas besoin d'être modiste pour constater que vous êtes un homme de style. Je vous imagine d'ailleurs très bien avec d'élégants mocassins à glands couleur bordeaux. J'en avais également une très jolie paire à la fin des années 80 que j'avais acheté au magasin Eram de la Grande rue pour la modique somme de 149 francs - prix maximum. Enfin je m'égare sur ces détails vestimentaires alors que je viens par la présente saluer votre action politique.

En lisant l'Action républicaine, j'ai appris avec consternation votre départ de la Mairie où vous étiez élu depuis 25 ans. Enfin départ, je vois surtout qu'on vous a mis à la porte, comme un malpropre. Vous avez donc raison de vous défendre.

"Hamel voulait me virer depuis un an. Ce que je lui reproche, c'est de n'avoir pas eu le courage de me le dire. je pense même avoir été victime de coups montés, comme une agression organisée où un habitant du quartier Kennedy était venu jusqu'ici me frapper, sans doute une action télécommandée...J'ai l'impresion que le maire n'est pas toujours bien entouré et qu'il n'est pas toujours bien conseillé... Gérard Hamel ne veut pas d'un véritable premier adjoint. Il veut être le seul patron à bord de la mairie"

Je racontais à mon ami La Fourne que vous avez dû en voir des vertes et des pas mûres durant tous vos mandats. Tout d'abord aux affaires scolaires sous Jean Hieaux, à l'action sociale avec Gérard Hamel et en tant qu'adjoint Proximum aux Rochelles. Vous dites même que vous étiez considéré comme la "tête de turc". Moi, je vous trouve plutôt un type normand, agricole. On vous a beaucoup reproché l'alliance avec le FN aux muncipales de 83, mais j'imagine que comme les autres, vous ne saviez pas qui se cachait derrière Jean-Pierre Stirbois, le modeste imprimeur. Et puis vous manquiez d'expérience.

Un peu comme ces petits jeunes aux dents longues qui débarquent. A leur place, je m'inspirerais de votre poigne et de votre parcours. Ingénieur en construction mécanique, enseignant au lycée professionnel de Granville, président de la PEEP Lagarde et un premier poste d'adjoint au maire à 37 ans.

"Pendant toutes ces années, j'ai organisé les services à la mairie. Je ne sais pas si les nouveaux adjoints vont pouvoir en faire autant. Et j'attends pour certains qu'ils démontrent qu'ils ont de la volonté de "vraiment" travailler... le courant ne passait pas avec Tayeb Touazi"

Vous partez aux Canaries avec votre épouse : vous l'avez bien mérité. Vous verrez, le club est très bien. Le buffet bien garni, les activités aux petits oignons et les animations à vous déboiter la mâchoire. Vous oublierez vite vos déboires!!!

Je vous laisse en vous souhaitant une bonne retraite loin des affaires municipales.

Marcel Taupin 

28 mars 2008

Tarte à la crème

1452465932.jpgValentino Gambuto est un gourmand. Il se ferait bien un petit pot de beurre avec la fraîche qui va avec et s'offrirait en plus les charmes courtois de la crémière. Seulement la crémière en question l'a mauvaise depuis qu'on l'accuse d'avoir généreusement dispensé ses attributs laitiers à de concupiscents électeurs tellement tourneboulés que leur bulletin de vote aurait changé de saveur.

La vie de Valentino ne ressemble pourtant pas à une fable, ni un conte de fée. Recalé deux fois aux élections, gentiment raillé par certains membres de sa famille socialiste, le challenger de Gérard Hamel persiste à croire qu'il a encore un avenir politique sur la scène locale. Défait de 40 petites voix aux cantonales, il vient d'introduire un recours en annulation car, de sa propre analyse, "la distribution de produits laitiers depuis le local de l'association Femmes Plus, par des personnes proches de la mairie a pu influencer les électeurs".

L'argument est pittoresque. Un peu light tout de même. Mais on ne peut plus sérieux. L'affaire remonte au deuxième tour des cantonales, au bureau de vote de Paul Bert où à quelques encâblures, Fatima Karboubi, présidente de "Femmes plus" et proche de Gérard Hamel, distribue un lot de 36 000 yaourts généreusement offert par un partenaire de l'association à destination de ses membres. Collusion électorale, piaffe le camp socialiste. Simple démarche philantropique, tempête Fatima Karboubi.

Quoiqu'il en soit, à moins d'un hypothétique troisième tour, Valentino Gambuto a laissé passer sa chance. Maurice Ravanne regrette d'ailleurs les options stratégiques du candidat "La partie était jouable pour la gauche. Je crois que c'était une erreur de courir plusieurs lièvres à la fois. Le canton de Dreux-ouest était prenable. Valentino aurait dû se concentrer sur cet objectif. En outre, même si tout le monde connaît les qualités de Gisèle Boullais [sa suppléante], il est incontestable qu'un ticket urbain-rural aurait été plus efficace sur le plan électoral". Avant de conclure, piquant, "Il suffit de se balader un peu dans les quartiers, d'écouter les gens, pour mesurer qu'il n'a pas un charisme suffisant pour emporter les suffrages" (In la Rep). Moralité : Rien ne sert de courir deux lièvres à la fois car la crême risque de tourner.

24 mars 2008

Allez les verres!

463332263.jpgPlace Metezeau, le Rothen coule des jours paisible à l'ombre du Beffroi. Bar de style art-déco revisité - cosy mais sans grand charme - l'enseigne intrigue. Le "Ro" quoi? Rothen... le mot n'est pas dans le dictionnaire. Il y a "civette" mais pas de "Rothen". Même dans les noms propres. Alors, c'est quoi un Rothen?

T'as qu'à lire l'équipe! Vl'a ce qu'on m'a dit l'aut' matin au Balto. Ben oui, Rothen, Jérôme Rothen, attaquant du PSG, 9 sélections en équipe de France, un pied gauche délicat et un droit assez porté sur l'accélérateur (flashé à 241 km!!). Bref, l'endroit fréquenté par les élites drouaises à l'époque de l'Auberge Normande, porte aujourd'hui le nom d'un footballeur. 

La raison? Simple, mon cher Albert. L'acquéreur des murs, un fondu de foot, a trouvé original de baptiser son bistrot du nom de son idole. Hélas pour le limonadier inspiré, l'affaire a vite périclité. Faute de résultats, le Rothen s'est retrouvé au bout de quelques mois sur le marché des transferts, à vendre.  Un courageux a repris les choses en main mais n'a pas osé touché à l'enseigne. Depuis, les comptes sonts ronds et les ballons ne se shootent plus mais se boivent. A la tienne, Rothen.

22 mars 2008

Végétal en colorama triphasé

Ou si vous vous préférez les formules moins alambiquées, "jeux de loupiottes sur arbre".

878231738.jpg

Le specimen a vu le jour avec les aménagements effectués autour de l'ilôt Violette, près de la passerelle qui enjambe la Blaise. Un genre de prunus désuet est éclairé par deux spots provoquant une alternance de couleurs. De nuit, l'effet interpelle.

20 mars 2008

Rachida et sa cabane au Canada

Le monde est petit. Mon cher Marcel Taupin me le rappelait fort justement alors que nous déambulions dans les travées du salon du livre. Pensez-donc... je m'étais égaré quelque part du côté des littératures du monde, plus précisément chez les canadiens. Crisse! Un bouquin attire mon attention. Pourquoi celui-ci plus qu'un autre? Mystère et boules d'opium.

Peut-être le nom, M'faddel, qui m'est familier. Machinalement, je lis la quatrième de couverture et j'apprends que l'auteur a grandi à Dreux et a collaboré en tant que pigiste à la République du Centre. La suite de sa vie, c'est en fait l'histoire du livre :

1080363384.JPG"Anéantie par la vague de xénophobie qui envahit la France, une jeune fille d'origine maghrébine, née en France de parents immigrés, accepte d'abandonner ses études pour épouser au pays, un inconnu choisi par ses parents. Elle pense trouver dans ce retour, une panacée à sa quête identitaire [...] Elle rencontrera des difficultés à s'intégrer dans son pays d'origine et souffrira du rejet et de l'incompréhension...".

 

Rachida M'Faddel-Boutayeb vit depuis 2000 au Canada avec son mari et ses trois enfants. "Le destin d'Assia" est édité chez les québécois d'Editions Nouvelles. C'est tiguidou!