Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 février 2008

Marivaudage à la mode drouaise

C'est de notoriété publique à notre échelle locale : Gérard Hamel et Michel Lethuillier ne s'entendent pas. Dès que l'un ouvre la bouche, l'autre éternue. Un problème d'isolation et de courants d'air, dit-on.

A l'origine du contentieux, Michel, maire de Cherisy, refuse d'adhérer à la CAdd (Communauté d'agglomération du drouais). La rebuffade n'est pas du goût de Gérard qui tire aussitôt le rideau de fer entre les deux communes, non sans avoir réglé au préalable ses comptes avec le récalcitrant en dépêchant deux de ses sbires pour le virer manu militari alors qu'il voulait s'introduire au Parc des expositions lors de la création de la CAdD.

Depuis, nous assistons à des règlements de compte en série entre les deux édiles qui, signalons-le, appartiennent à la même famille politique. Au programme, bâtons dans les roues, friction à l'invective, boîte à gifles. Un peu comme deux bons copains de vestiaires qui au moment de la douche, enroulent leur serviette et se cinglent avec. Un jeu complètement stupide mais qui fait mâle.

Pour les cantonales, par exemple, Gérard a répandu du poil à gratter. En adoubant Tayeb Touazi, conseiller sortant du maire de Dreux, et adversaire désigné de Michel Lethuillier, il savonne le terrain de son ennemi préféré, élu depuis ... 1982, me semble-t-il - il faudrait demander confirmation à Alain Fillon qui mord la poussière à chaque scrutin sur le canton de Dreux-Est.

Michel, pourtant d'un naturel placide, s'est d'un seul coup emporté, exprimant, par voie de presse, son incompréhension devant tant de haine.

Gérard, lui ne pardonne pas et mitraille à tout dézinguer, tel un amant déchu, le coeur brisé rattrapé par l'orgueil.

En m'en tenant à leurs déclarations respectives, je me suis permis d'adapter ce petit ce drame en un acte (manqué) que j'ai intitulé "Fais moi mal chéri, chéri ".

 

1315512063.jpg

1067059347.jpg


FAIS-MOI MAL, CHERI-CHERI
 

La scène : une grande demeure bourgeoise près de la gare de Dreux. La lumière est hamiltonienne, un feu crépite dans la cheminée, une douce musique d'ascenceur brise l'ambiance glaciale du salon. Michel, debout, s'agite à faire les cent pas; Gérard, stoïque mais l'air renfrogné est assis dans le sofa les mains jointes, comme pour prier.

Michel : Que de haine et que hargne! C'est de l'acharnement! Tu ne t'es jamais excusé de m'avoir viré du Parc des expos ; Tu as un problème d'éducation!

Gérard : Un peu de décence!

Michel : Tu dis que je n'aime pas Dreux. Tu mens! J'y ai mes racines, c'est la ville où ma famille est née. J'y ai suivi toute ma  scolarité primaire et secondaire et j'y ai rencontré mes premières petites amies.

Gérard : Tu tires depuis 6 ans sur Dreux et tu viens aujourd'hui lui déclarer ta flamme!

Michel : J'aime la ville de Dreux et je reconnais qu'elle évolue positivement, que la construction des parkings est une bonne chose.

Gérard : Tu n'as pas manqué de m'attaquer depuis 4 ans

Michel : Je peux aimer la ville mais avoir des réserves sur la personnalité de celui qui la dirige. Tu fais un amalgame erroné. Et puis arrête de bloquer tous les projets économiques qui donneront du travail à nos familles. Tu as bloqué l'Ecomarché de Cherisy, j'ai dû aller en commission nationale pour avoir gain de cause!

Gérard : J'étais contre car il entrait en concurrence avec celui d'abondant.

Michel : Avec Alain Fillon, tu bloques l'installation d'un Brico-dépôt à Chérisy! 

Gérard : Ce Brico-dépôt détruira des emplois en faisant une concurrence aux enseignes installées

Michel : Tu retardes la construction de l'échangeur Germainville-Serville et tu ralentis l'implantation des établissements Segurel!

Gérard : Rien ne sera fait tant que l'échangeur de Serville ne sera ouvert. Le maire de Germainville est venu me voir pour me demander de reprendre le dossier qui n'avançait pas et je suis allé le défendre devant le ministre Perben. C'est maintenant programmé mais ça ne se fera pas avant 2010.

Michel : Et quand tu affirmes que le POS de Chérisy ne permet pas l'implantation d'un hôtel prévu à la Croix de raville sur la RN12. De quoi te mêles-tu?

Gérard : Il n'y a rien derrière, ce n'est pas une chaîne hotellière mais un petit investisseur privé drouais!

Michel : Je te demande de me respecter! En fait tu veux m'éliminer, me "tuer", sans doute pour mieux avoir à ta botte celui qui pourrait me succéder.

Gérard : Désolé mon choix est fait : je soutiens Tayeb

Michel : Tu as apporté ton soutien aux candidats de la majorité du conseil général et aujourd'hui tu renies ta parole!

Gérard : Tu dégommes en série les projets de MID, de centre d'art contemporain. Et le Scot de la CAdD contre lequel tu as déposé un recours  : toutes les autres communautés de commune étaient là, tu étais invité, tu n'avais qu'à venir! Ta présence au Conseil général est un handicap pour Dreux et tout le Drouais. Tant que tu seras là, tu compromettras les chances du bassin drouais. Tu es contre tout ce qui vient de la CAdD, il n'y aucun espoir de développement harmonieux avec toi! 

Michel : J'ai validé le dossier attribuant 3,5 millions d'euros à la CadD 

Gérard : Tu n'as jamais participé à ça, tu n'as jamais été pour une seule action du conseil général qui intéresse Dreux

Michel : Enterrons la hache de guerre... Moi je n'ai ni haine, ni rancune, car l'éducation que j'ai reçue m'a enseigné l'amour et le respect de son prochain par la tolérance et l'enrichissement de nos mutuelles différences! 

[silence] 

Michel : Gérard, tu m'aimes encore

Gérard : Non. Entre nous c'est fini.

Rideau. 

(Avec l'aimable contribution des protagonistes et de l'Action républicaine). 

28 février 2008

La mauvaise blague du mois

Laurent Leclercq aurait pu faire un médiocre voyageur de commerce. Le genre de type capable de vendre une paire de lunettes à un aveugle. Sans scrupules, avec l'ambition de parvenir à ses fins sans considérer les moyens. Question arnaque, Laurent Leclercq a préféré la politique et à défaut de pratiquer le coup de poing comme ses illustres prédécesseurs, il se distingue plutôt dans l'entourloupe. C'est du moins ce dont parlait la presse ces derniers jours.

Misère et duperie. Le répésentant local de l'extrême droite, paré pour les municipales, est parti bille en tête à la recherche de figurants pour compléter sa liste. Sa stratégie : tournée dans les quartiers défavorisés, porte à porte, on gruge quelques bonnes pâtes en leur demandant de signer un simple soutien qui se transforme à leur insu en candidature. En lisant le journal, plusieurs personnes ont ainsi découvert leur nom dans cette liste de fortune allant à l'encontre des principes élémentaires de démocratie. Certains, désormais conscients de leur méprise, crient à l'abus et en appellent à Gérard Hamel, lequel demande que le procureur de la république soit saisi.

En attendant, Laurent Leclerc a réussi son pari. Présenter une liste sous le nom de "Dreux identité française". A ce jour, aucune plainte n'a été enregistrée par le procureur de la république; la liste est donc valide.

26 février 2008

Pour la postérité

Pierlouim m'a signalé pendant mon congé, la parution d'un cliché de notre distingué Maire en compagnie de Pascal Bataille et Laurent Fontaine, dans l'Action Républicaine. J'ai remis la main sur cet objet de convoitise.

696259692.JPG

Cherchez la groupie. Reste à savoir si cette rencontre immortalisée rejoindra l'autel des photos sacrées de Gégé - je pense en particulier à celle où il figure aux côtés de Martial Taugourdeau et Jacques Chirac. 

23 février 2008

Maratouristes de l'extrême

07561e6ef63eb05d520f49a4d211b0fe.jpgEn voilà de drôles d'asticots. Filiformes, efflanqués, opérant en toute saison, sur n'importe quel terrain. Des costauds, pas franchement gaillards, à la mine souvient émaciée mais aux branchies sacrément saines.

Et ils courent. Sans cesse, par monts et par vaux, généralement en groupe, de nuit comme de jour. Ils ne s'arrêtent quasiment jamais, ça en devient même fatigant. Leurs exploits ont fait le tour du canton et passent en boucle dans la presse locale. Comme une version drouaise des aventures de Martine. On peut ainsi lire : "les maratouristes et le pic du midi", "les maratouristes au clair de lune", "les maratouristes et la mer de glace", "Mon curé ches les maratouristes"...

Poids moyen : 50 kg mais des jambes de feu. Fortiches dans l'effort,  jamais à bout de souffle, prêts à grimper les pentes les plus ardues, à fouler les chemins non balisés en nocturne avec lampe frontale et boussole... Des ultras du jogging, durs au mal. Loin de la trottinette dominicale sur plat goudronné avec Ipod sur les oreilles. Bref, ne soyez pas surpris de les croiser un beau jour en forêt de Dreux ou du côté d'Ecluzelles à une heure avancée de la nuit. Ils prennent juste leur pied.

 

11 février 2008

Une pause s'impose

Je quitte Dreux pour quelques jours. Je vous laisse les clés au cas où vous voudriez faire un peu de ménage, ranger, compiler, classer, que sais-je encore... Tiens racontez-moi ce qu'il se passe pendant mon absence, ce que vous voyez de votre fenêtre, ce que vous avez lu dans la presse locale... Petit rappel pour les non-initiés : vous pouvez garder l'anonymat pour vos commentaires.

Allez, à bientôt les aminches.