Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 novembre 2007

Jean de lettres

Il y a quelques mois, ma bonne amie Ellie, de passage à Dreux, m'avait fait l'honneur de rédiger quelques bafouilles sur ce blog. Elle parlait, entre autres choses, d'une statue de Molière (1622-1673) au théâtre municipal, détail dont s'empressait de rectifier Pierlouim, ardent défenseur de la cause culturelle drouaise, qui trouvait injuste que l'on prit Jean de Rotrou (1609-1650) pour l'auteur du Bourgeois gentilhomme.

68c0216de053fae7ab455c7d2300bb60.jpg

869083156aeec0ec01d4fa6db702e6c8.jpg

A adopter le même style capillaire, on s'emmèle forcément les rouleaux. Rotrou avait peut être la moustache un peu plus gauloise et Molière le cheveu plus plat. Encore s'agissait-il de perruques...

Mais outre leur goût commun pour les permanentes, il existe une corrélation entre les deux. Molière joua au Palais Royal  "Vanceslas", oeuvre première de notre illustre dramaturge drouais en préambule de certaines de ses pièces comme "le cocu imaginaire", "l'école des maris", "le medecin volant" ou "les fâcheux". Une comédie de Rotrou, "La soeur", fut également présentée au public parisien mais fut très rapidement retirée de l'affiche à cause de ses faibles recettes. Le tiroir-caisse, ultime baromètre du succès, décidait déjà de la pérennité d'une oeuvre.

 

25 novembre 2007

Le gué aux ânes

17f30fc0ee84410f27dde3ce378d6f35.jpgIl existe à Dreux une zone comparable au triangle des Bermudes, là où bon nombre de navigateurs se perdent, enlisés dans la détresse et l'embarras. Chemin étroit et bosselé, on l'appelle plus communément le "Gué aux ânes", appelation d'origine vernaculaire dont le sens trivial s'étend maintenant aux conducteurs trop scrupuleux des nouvelles technologies routières.

La rue du gué aux ânes est un cul de sac bucolique, calme, parsemé de jardins ouvriers et situé entre les Châtelets et l'avenue du Général Leclerc. Depuis peu, c'est aussi le point où échouent automobilistes et chauffeurs routiers victimes de leur GPS et des aménagements successifs des accès et sorties de la RN12. Passe encore pour les véhicules légers qui peuvent faire demi-tour sans encombres. Mais l'affaire est plus délicate pour les poids lourds pris dans l'étau, une fois engagé dans la sente. Je vous laisse imaginer la scène entre capharnaüm, curieux aux rideaux, manoueuvres perilleuses, colères contenues...

Les riverains en ont marre et l'ont fait savoir à Gérard Hamel, venu dans les parages prendre un bol d'oxygène Proximum. L'édile a promis d'installer un panneau à l'entrée de la rue. Pas sûr cependant que le chauffeur Lituanien soit sensible à l'avertissement. 

20 novembre 2007

La fin d'une époque

ebd6e54895c635f2aacb574dc5904ecc.jpgAvec ses culs de bouteilles triangulaires et son pilier en schiste, c'était la devanture la plus vintage de Dreux. C'était car le gérant de ce cabinet d'assurances situé au 36 rue Parisis a décidé de rendre moins opaque son activité en installant des baies vitrées en lieu et place des briques de verre. Finies les formes floues qui ondulaient derrière la vitrine ; Place à la transparence et à l'ouverture.

Il y a quelques jours encore, l'établissement sentait bon le style neo-pompidolien avec son sol en linoleum et son mobilier en acier laqué gris. On cherchait du regard le stencil ou la machine à écrire. Une employée à chignon, habillée d'une jupe en tweed et d'un chemisier en satin nous renseignait sur les meilleures formules de souscription à une police de prévoyance santé. En quelques pas on faisait un bond de quarante ans dans le temps avec cette étrange impression de suranné, de vague sentiment anachronique.

Une certaine lassitude du décor et un peu de bon sens  marketing auront donc eu raison de cette exception commerciale qui aura perduré quelques décennies en maintenant le même port. Chapeau donc!

323118ea76161f33abde8cb414b895e8.jpg

 

16 novembre 2007

Pour une VRAIE info de proximité

Mais qui sont donc ceux que les parigots désignent par les VRAIS gens? Ceux qui ignorent "after" et "before", qui n'ont pas internet et qui ne consultent jamais le psy? Ceux qui marchent avec des bottes en caoutchouc, font mijoter le pot au feu sur le poèle à bois, boivent le Ricard et partent en camping chaque été? Qui sont-ils ces VRAIS gens dont on nous ressassent l'exemplarité, l'authenticité, l'intégrité? Hein? Qui sont-ils?

Suffit de lire le journal, la presse locale a cette tradition de mettre en lumière les VRAIES valeurs de la société. On peut s'intéresser aux affaires municipales, aux résultats sportifs, à la choucroute-party organisée à la maison de retraite en face du club de Scrabble... mais franchement ce qui fait le sel et le piment de l'info de proximité,  c'est la vie des gens. découvrir que son collègue de bureau joue de l'accordéon, que le fils de Mme Michu a remporté le concours du meilleur ouvrier charcutier du canton, que le voisin de Marcel taupin a pêché une carpe de 8 kilos. On est comme ça, la vie des autres nous intéresse parfois beaucoup plus que la nôtre.

Aussi me suis-je réjoui, à la lecture de la Rep, que monsieur Roger Dutillieux ait enfin la reconnaissance qu'il méritait. Ce docteur en art de vivre qui murmure aux oreilles de ses choux vient de récolter d'énormes betteraves rouges. Les deux dernières avoisinent même les 5 kilos. Et au milieu de cette arche végétale poussent des légumes cultivés avec amour et sans engrais. Une certaine idée du bonheur. Voyez-vous, faire un potager, c'est pas planter quelques pieds de tomates à la sauvage sur son balcon et bourrer des brins de persil dans une jardinière, histoire de se sentir pousser des mains vertes. Il faut de la persévérance, de l'effort, de la sagesse, de la patience. Alors au-delà de l'étonnant calibre de ces chénopodiacées, soulignons le travail d'un homme au service de la terre.

324026ffa2fc1db60626bc9bbbc80103.jpg

In fine. Si la Rep continue, elle va nous faire du Marcel Aymé. Et là je prends de suite un abonnement pour le reste de ma vie. Petit bémol concernant le compte rendu : J'aurais bien voulu savoir à quelle sauce ces betteraves ont été dévorées. Crues en vinaigrette? Cuites en purée? A moins qu'elles aient été distillées??...

12 novembre 2007

La piscine aux canards

9cdb78bf5bc2a7aee850e3224f5d7569.jpgDreux a toujours peiné à se mettre dans le bain. Ce n'est pas un parti pris, juste un constat basé sur des vérités historiques. Pendant des années, les drouais, condamnés aux atermoiements d'une municipalité hésitante à construire un bassin de natation, ont dû barboter joyeusement sur le plan d'eau de Becheret, à St Gemme-Moronval. C'était le bon temps pour certains mais il aura fallu attendre quelques décennies pour qu'une piscine sorte enfin de terre. Elle apparaît au cours des années 60, ouverte au plein air, surplombant le vieux pré. Une réussite populaire. Mais à la fin des années 90, confrontée à des problèmes de mises aux normes dispendieuses, elle doit fermer ses portes. Les nageurs sont alors invité à brasser chez leurs voisins vernolitains.

Seulement personne n'a songé à vidanger la cuve avant de partir. Et depuis, la piscine, laissée en déshérence, offre un spectacle des plus rustiques du centre ville. Aux premières loges, les habitants de l'immeuble voisin, le Panoramic, voient s'ébrouer les canards dans un bassin marécageux, rempli de limon et d'excréments. Une véritable mouise. Il y a dans cette histoire quelques responsables municipaux qui nagent en eaux troubles et d'autres qui n'ont pas voulu se mouiller. J'en connais même qui vont boire la tasse. Gloup.