Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 septembre 2007

Vogue sur les flots bleus

fcaf3a845c952f0700026a736629b809.jpgN'en déplaise à certains, le bleu layette fait fureur cette saison sur les façades du centre ville. Hasard de la mode? Envie d'île de Ré? Fantasme d'adulescents nostalgiques des schtroumpfs? On a pas encore atteint les concepts marketing pour bombes désodorisantes (brise marine) ou gels douches (fraîcheur océan) mais il semblerait qu'une partie des drouais ait choisi l'influence du grand large pour enluminer volets, portes et encadrements de fenêtre. Hé oui, les tons changent me rappelait récemment un bon ami coiffeur, spécialiste de la permanente sans amoniaque. Il reste certes des inconditionnels du chêne foncé ou de l'immaculée laque blanche. Mais crions le franchement, haut et fort - pour faire plaisir à mon hébergeur - les murs de Dreux osent l'effet de style et ont déjà succombé, comme beaucoup d'ailleurs, au pastel.

c5ce4b546eb4e065dda5b24107ba8d40.jpg

 

a5c9988bbfade1aa7b724c113f9defaa.jpgEntre ciel et gris, le coloris rappelle les villages portuaires de charme, magnifiés par ces magazines de décoration rompus à la mise en scène photographique. Une épuisette contre le mur, quelques algues, une lampe tempête légèrement rouillée et le cadre est planté. Le discret drouais préfère pour sa part joindre l'utile à l'agréable en plaçant un panneau d'interdiction de stationner en guise d'ornement.

P.S. : Je cause, je cause et je constate qu'une partie de ma frame tire légèrement sur le bleu layette. Me voilà contaminé... Le contexte local a définitivement une influence sur mes orientations artistiques.  

Commentaires

La deuxième photo prise rue Esmery-Caron me rappelle un souvenir d’enfance.

A cet endroit se trouvait un maréchal-ferrant dans les années soixantes.

Les portes (bleues maintenant) étaient toujours ouvertes. On apercevait les flammes de la forge dans le fond de la pièce.
Le maréchal ferrant ferrait les chevaux dans la rue. Il attrapait une des pattes (on dit peut-être pied) du cheval et la coinçait avec son corps recouvert d’un grand tablier de cuir. Cela faisait un grésillement d’enfer, un tourbillon de fumée et une forte odeur de grillé quand le fer rougi au feu était posé sur la corne…
Ce spectacle me fascinait.

Les propriétaires actuels sont respectueux du passé car les anneaux auxquels étaient attachés les chevaux ont été soigneusement conservés ainsi que le système de déroulement du store (voir en haut de la façade)

Les chevaux allaient s’abreuver dans la rivière en descendant le long de la maison la petite sente qui existe toujours. Mais l’accès à la rivière est maintenant grillagé. La municipalité a installé à côté des WC tournant et payant pour éviter la pollution de la Blaise..

Quant à la première photo il s'agit probablement des volets de la boulangerie "banette"rue de la porte chartraine. on devine un bout du beffroi.

Écrit par : pierlouim | 03 septembre 2007

Rien à ajouter... N'oubliez pas le guide messieurs, dames!

Écrit par : Jack | 04 septembre 2007

Comme ça, Dreux a un p'tit air d'Ile de Ré le soir au soleil couchant.
PS : Bleu layette mais jamais rose : où est la parité ?

Écrit par : Ellie | 04 septembre 2007

Pour la photo présentée depuis hier :
Elle est prise à l’angle des rues St Pierre et Rotrou en face de l’église St Pierre.
Au début des années 60 se trouvait là le magasin « la Rose des vents » (actuellement grand-rue Maurice Viollette).
Mes parents m’avaient offert un tourne disques (une nouveauté à l’époque). Théoriquement pour apprendre l’Allemand avec la méthode Assimil.. En réalité j’achetais des microsillons à la rose des vents.
Comme je n’étais pas très « yéyé », c’était des disques de musique classique, des chanteurs « à texte », Jean Ferrat, Brassens, Brel, Barbara Henri Salvador et des rigolos, Robert Lamoureux , Jacques Bodoin. Il faut dire aussi que le choix de 45 ou 33 tours était relativement restreint..
Pour répondre à Ellie, le rose existe à Dreux, c'est vrai ,plus rare. Mais il y a la "rose" des vents 'librairie. La rose des sables (resto), les roses du square de la république. Dans la rue Illier il doit y avoir une ou deux boutiques roses....

Écrit par : pierlouim | 05 septembre 2007

Dreux comme l'ile de Ré. Vous fumez quoi les mecs ?

Écrit par : Philippe | 05 septembre 2007

Les commentaires sont fermés.