Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 janvier 2007

Les ordures au régime

Avec les fêtes, Marcel Taupin avait accumulé les excès. Trois kilos de surcharge pondérale sur la balance, un découvert de 51 euros 97 sur le compte bancaire et une inflation de sa facture EDF pour cause d'illuminations de Noël un peu trop insistantes. Il lui fallait prendre des mesures drastiques et de bonnes résolutions. Pour comencer, il allait mettre un peu d'ordre dans son appartement, victime d'un relâchement des taches ménagères et des frasques de joyeux drilles de passage. Les déchets ménagers - Clairette de Die, emballage de coffret parfum Axe, boîtes de pâté de foie - sédimentaient sur son lino. Allez hop, tout ça à la poubelle. Mais pas n'importe comment.

Il savait que la fréquence de la collecte des déchets avait été modifiée. La Communauté d'agglomération du drouais avait pris cette résolution fin novembre en s'attelant au tri sélectif et en rationalisant les tournées des camions bennes. Pour les habitants du centre ville, ces rendez vous étaient fixés au lundi soir pour les ordures ménagères et le jeudi pour les cartons. Un petit bouleversement pas vraiment en odeur de sainteté dans les commerces de bouche ou chez les restaurateurs. Car une seule visite des éboueurs par semaine pour vider les poubelles de viandes avariées, de croutons de pain ou de poissons décomposés, ça renâcle.

Arguant l'incompatibilité de stocker des denrées périmées et leurs contraintes en matière d'hygiène, certains d'entre eux font depuis de la résistance et laissent leurs poubelles sur la voie publique. Alain Fillon, Monsieur environnement de la CAdd,  monte au créneau, martèle solennellement  que "la sauvegarde de la planète, ce n'est pas qu'une idée générale. Elle commence aussi sur le territoire de la communauté d'agglomération et en centre-ville de Dreux" avant d'asséner "s'ils veulent des tournées supplémentaires, c'est clair qu'ils paieront en plus". Côté commerçants, on digère mal le tri sélectif et on refuse toute idée de payer une redevance spéciale. Entre les deux parties, on ne s'est pas encore mis à table mais les marmites chauffent bien.

Marcel, très concerné par les problèmes environnementaux et les enjeux écologiques de notre planète, a quant à lui décidé de faire un régime. 

Commentaires

Sans oublier bien sûr que Marcel Taupin s'est fait piquer sa poubelle par des jeunes anti-CNE au printemps dernier et que depuis, il apporte tout lui-même à la déchetterie, sur son dos !
Quel homme tout de même, ce Marcel.

Écrit par : alayaya | 11 janvier 2007

Vous feriez mieux de mettre les régimes aux ordures !
Assumez-vous comme vous êtes, Marcel ...

Écrit par : ellie | 11 janvier 2007

Les commentaires sont fermés.